Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures.

Saisir des mots clefs à rechercher

Affichage des articles dont le libellé est Droits et Enjeux de société. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Droits et Enjeux de société. Afficher tous les articles

mardi 15 juin 2021

Extrême droite en Allemagne : pourquoi le parti AfD a-t-il été mis sous surveillance policière ? | FRANCE 24 4 mars 2021


Les services de renseignement #allemands ont décidé de placer sous surveillance le parti d'extrême droite AfD, estimant qu’il avait multiplié les atteintes à l’ordre démocratique. Cette surveillance ne concernera pas ses députés et ses candidats aux élections à venir, régionales ou nationales.

vendredi 11 juin 2021

∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ Qu'est-ce que MIF 2 ? New financial law comes into force on Jan. 3 across Europe : How MiFID II Is Going to Change Banking | Bloomberg

Le 3 janvier 2018, la directive MIF 2, conséquence des crises financières, s'appliquera en France pour tous les acteurs commercialisant des produits financiers.



European Banks Brace for, Seek to Reduce Costs

The impact of new market rules sweeping across Europe has been likened to motorists suddenly being told they must drive on the other side of the road. While the aim is to force unprecedented transparency and curb conflicts of interest, the regulation is upending security markets. From cuts to research and commissions to new reporting requirements and limits on so-called dark trading, the effects of MiFID II reach deep into an industry scrambling to comply by Jan. 3. While the shakeout could take years, here are some early guesses on who may benefit from the overhaul and who may not.

Winners

PENSION FUNDS, FAMILY OFFICES. Investors will have a clearer picture of whether they are getting value for money from fund managers when negotiating fees. With the regulation forcing brokers to charge for research, an increasing number of money managers have opted to start paying for analyst reports themselves, potentially reducing costs for clients.

HEDGE FUND PLATFORMS. These companies, including Mirabella Advisers and Brooklands Fund Management, help hedge funds with everything from record-keeping, back office operations and compliance oversight to administrative tasks. Some hedge funds are clubbing together on these platforms to share the costs of the upcoming regulation.

BIG MONEY MANAGERS. Those who can afford to pay, such as BlackRock Inc. and Vanguard Group Inc., have more leverage to negotiate the price of research to banks and brokers.

EXCHANGE-TRADED FUNDS. As the regulations force investors to focus on fees, they’ll send more money to cheaper passive products. ETF assets in Europe are forecast to surge from $725 billion to $1 trillion in the next four years.

EMAIL INBOXES. Solicitations from traders looking to pick up business from the buy side will drop significantly as the regulations stipulate that all research must be paid for. Money managers are even taking steps to block emails from those firms that have been dropped from their broker lists.

BIG INVESTMENT BANKS. As fund managers tighten their belts to the tune of $1.5 billion, bulge-bracket firms with bigger balance sheets can compete in price wars, talent and cultivate corporate ties. The rules could also lead to new revenue streams.

RESEARCH STARTUPS. When one door closes, another opens. And so it may be for those analysts who lose their job in 2018. Some are striking out on their own, creating a cottage industry of specialization.

SYSTEMATIC INTERNALIZERS. Banks and high-frequency traders who operate new trading venues known as SIs may also lure business. They can sidestep dark-pool trading caps and help reduce fund managers’ trade-reporting tasks, and may be able to offer more flexible pricing than exchanges can. JPMorgan Chase & Co. and Goldman Sachs Group Inc. are among firms that plan to become SIs.

Losers

SMALL MONEY MANAGERS, TRADERS. Firms with tighter budgets may have to limit the research they buy or pass on the cost to clients and risk losing business. Onerous reporting requirements also mean a single transaction could have about 70 data points that will have to be documented and stored.

VOICE BROKERS. Traders will have to demonstrate that they’re executing trades at the best prices and in the right venues. Tracking those details is faster and cheaper when the trades are done by computer, rather than by shouting down the phone.

HEDGE FUNDS. Hedge funds will have to report equity trades within 1 minute and fixed-income trades within 15 minutes, impacting those that trade across asset classes in large volumes. Some smaller hedge funds are also planning to stop consuming sell-side research for the foreseeable future because they can’t afford the price tag.

RESEARCH ANALYSTS. Those that aren’t ranked in the top three or four in their sector could be axed from trading floors. McKinsey & Co. expects banks to cut about $1.2 billion of spending in the area.

INVESTOR RETURNS? Fewer analysts means less research, which means some fund managers may have to shrink the universe of companies they invest in. Missed opportunities could potentially limit returns, while less oversight could impact decision-making.

BOUTIQUE INVESTMENT BANKS. Independent research firms will see new competition once banks roll out their new offerings. MiFID II may also trigger a price war in execution, which could see bulge-bracket investment banks drive boutiques out of equities trading.

STOCK EXCHANGES. Bourses such as Euronext NV and Deutsche Boerse AG could also lose out. Even if regulators close the pricing loophole that currently give SIs an advantage, bank-run platforms may still be more attractive as banks roll out increasingly competitive stock-trading options, such as low execution prices and larger “risk trades” to lure business.

SMALL-TO-MEDIUM-SIZED ENTERPRISES. Smaller companies are expected to see less coverage from research analysts, potentially reducing their shareholder base. That could make it hard for investors to price the shares and make stocks more illiquid. London-based Toscafund Asset Management, which invests in U.K. small caps, wrote a letter to 30 such companies urging them to pay for research on their own stocks.

mardi 8 juin 2021

Travail, Salaire, Profit - Épisode 6 : Profit ( Regarder directement sur YouTube ! ) | ARTE 15 oct. 2019


D'où vient l'argent ? Au cours de l'histoire les thèses se sont succédées sans parvenir à conclure. Le profit est un concept fuyant. Pour Marx il était le produit d'un vol, le capitaliste volait au travailleur une part de son travail ; pour Milton Friedman, Prix Nobel d'économie, accroître les profits était l'unique responsabilité des entreprises. Entre l'enjeu financier et l'enjeu social, la querelle demeure.

Crise néolibérale

La série documentaire Travail, salaire, profit nous entraîne dans les arcanes de l'économie mondiale, jugée bien souvent trop opaque pour en saisir tous les tenants et les aboutissants. L'étude de cas, didactique et passionnante, est pourtant salutaire, à l'heure d'une crise massive du capitalisme, notamment via son avatar contemporain, le néolibéralisme, rejeté en bloc par une grande partie de la société. Après Jésus et l'islam, avec Jérôme Prieur, et Mélancolie ouvrière, Gérard Mordillat, accompagné de l'économiste Bertrand Rothé, signe une réflexion creusée et lucide sur cette "nouvelle religion contemporaine", via le témoignage d'économistes renommés, dont Frédéric Lordon et David Graeber.

Travail, Salaire, Profit
Episode 6 : Profit
Série documentaire de Bertrand Rothé et Gérard Mordillat (France, 2019, 54mn)

Travail, Salaire, Profit - Épisode 5 : Capital ( Regarder directement sur YouTube ! ) | ARTE 15 oct. 2019


Comme tous les concepts économiques, le capital a une histoire ; une histoire singulière que l'on peut raconter de bien des manières. D'autant plus que la signification de ce terme s'est transformée au rythme du changement des modes de production... Plutôt que de faire une théorie du capital, la situation contemporaine de l'économie ne nous invite-t-elle pas à faire une théorie de l'actionnariat ?

Crise néolibérale

La série documentaire Travail, salaire, profit nous entraîne dans les arcanes de l'économie mondiale, jugée bien souvent trop opaque pour en saisir tous les tenants et les aboutissants. L'étude de cas, didactique et passionnante, est pourtant salutaire, à l'heure d'une crise massive du capitalisme, notamment via son avatar contemporain, le néolibéralisme, rejeté en bloc par une grande partie de la société. Après Jésus et l'islam, avec Jérôme Prieur, et Mélancolie ouvrière, Gérard Mordillat, accompagné de l'économiste Bertrand Rothé, signe une réflexion creusée et lucide sur cette "nouvelle religion contemporaine", via le témoignage d'économistes renommés, dont Frédéric Lordon et David Graeber.

Travail, Salaire, Profit
Episode 5 : Capital
Série documentaire de Bertrand Rothé et Gérard Mordillat (France, 2019, 54mn)

Travail, Salaire, Profit - Épisode 4 : Marché ( Regarder directement sur YouTube ! ) | ARTE 15 oct. 2019


Aujourd’hui, le marché occupe une place hégémonique dans les sciences économiques. D’Adam Smith et sa "main invisible" aux libéraux contemporains, tous y voient le principe central de l’économie. Forts d’un discours théologico-économique, ils en font un dieu incontestable. Pour les libéraux, le marché a toujours raison. Mais de la guerre commerciale à la guerre entre nations, il n’y a qu’un pas…  

Sommaire de l'épisode 

00 :34 Le marché a toujours raison ? 
10 :34Le marché et l’Etat
17 :53 Le déclin de l’interventionnisme étatique, l’hégémonie du libéralisme 
28 :23 La notion de crise
38 :10 Le soutien de l’Etat, un rempart du système néo-libéral 

Crise néolibérale  

La série documentaire Travail, salaire, profit nous entraîne dans les arcanes de l'économie mondiale, jugée bien souvent trop opaque pour en saisir tous les tenants et les aboutissants. L'étude de cas, didactique et passionnante, est pourtant salutaire, à l'heure d'une crise massive du capitalisme, notamment via son avatar contemporain, le néolibéralisme, rejeté en bloc par une grande partie de la société. Après Jésus et l'islam, avec Jérôme Prieur, et Mélancolie ouvrière, Gérard Mordillat, accompagné de l'économiste Bertrand Rothé, signe une réflexion creusée et lucide sur cette "nouvelle religion contemporaine", via le témoignage d'économistes renommés, dont Frédéric Lordon et David Graeber.

Travail, Salaire, Profit
Episode 4 : Marché
Série documentaire de Bertrand Rothé et Gérard Mordillat (France, 2019, 54mn)

Travail, Salaire, Profit - Épisode 3 : Salaire ( Regarder directement sur YouTube ! ) | ARTE 15 oct. 2019


"Le salaire est la somme d’argent que le capitaliste paie pour un temps de travail déterminé ou pour la fourniture d’un travail déterminé." Cette citation de Marx est-elle encore valide aujourd’hui ? Après le salaire de subsistance et le salaire différé, l'on voit apparaître les notions de revenu universel ou de salaire à vie. Serait-ce la fin du salariat ?

Sommaire de l'épisode

00:34 La transformation du salaire : de l’enveloppe hebdomadaire à la fiche de paie mensuelle 
10:15 Le « salaire de subsistance » 
13:59 La productivité marginale des travailleurs 
18:28 La disparition du marché du travail
29:03 L’armée de réserve
36:16 La polarisation du marché du travail : l’accroissement des inégalités salariales et la disparition de la classe moyenne
46:58 Vers la disparition du salariat ? 

Crise néolibérale

La série documentaire Travail, salaire, profit nous entraîne dans les arcanes de l'économie mondiale, jugée bien souvent trop opaque pour en saisir tous les tenants et les aboutissants. L'étude de cas, didactique et passionnante, est pourtant salutaire, à l'heure d'une crise massive du capitalisme, notamment via son avatar contemporain, le néolibéralisme, rejeté en bloc par une grande partie de la société. Après Jésus et l'islam, avec Jérôme Prieur, et Mélancolie ouvrière, Gérard Mordillat, accompagné de l'économiste Bertrand Rothé, signe une réflexion creusée et lucide sur cette "nouvelle religion contemporaine", via le témoignage d'économistes renommés, dont Frédéric Lordon et David Graeber.

Travail, Salaire, Profit
Episode 3 : Salaire
Série documentaire de Bertrand Rothé et Gérard Mordillat (France, 2019, 54mn)

Travail, Salaire, Profit - Épisode 2 : Emploi ( Regarder directement sur YouTube ! ) | 15 oct. 2019 ARTE


Le travail et l’emploi apparaissent souvent comme deux termes interchangeables. De façon ordinaire, aujourd’hui, c’est l’emploi qui est le plus souvent utilisé pour désigner le travail… Seraient-ils de faux jumeaux ? Étude des incroyables transformations du management contemporain, ainsi que de l’invention de l’autoentrepreneuriat comme forme moderne de l’emploi.

Sommaire de l'épisode

00:33 Les différences entre le travail et emploi
11:00 La fin du  taylorisme, une diversification des compétences de l’employé ?
26:41 Le passage du salariat à la relation commerciale 
36:06 L’avenir de l’emploi face à l’informatisation et la robotisation 

Crise néolibérale

La série documentaire Travail, salaire, profit nous entraîne dans les arcanes de l'économie mondiale, jugée bien souvent trop opaque pour en saisir tous les tenants et les aboutissants. L'étude de cas, didactique et passionnante, est pourtant salutaire, à l'heure d'une crise massive du capitalisme, notamment via son avatar contemporain, le néolibéralisme, rejeté en bloc par une grande partie de la société. Après Jésus et l'islam, avec Jérôme Prieur, et Mélancolie ouvrière, Gérard Mordillat, accompagné de l'économiste Bertrand Rothé, signe une réflexion creusée et lucide sur cette "nouvelle religion contemporaine", via le témoignage d'économistes renommés, dont Frédéric Lordon et David Graeber.

Travail, Salaire, Profit
Episode 2 : Emploi
Série documentaire de Bertrand Rothé et Gérard Mordillat (France, 2019, 54mn)

Travail, Salaire, Profit - Épisode 1 : Travail ( Regarder directement sur YouTube ! ) | ARTE 15 oct. 2019


Certains mots sont d’un usage si courant qu’on finit par les utiliser sans en interroger le sens. Comme celui de "travail". Depuis la nuit des temps l’homme travaille : une activité qui n'a pourtant pas cessé d'évoluer depuis le paléolithique. Qu'est-ce que le travail aujourd’hui ? Est-il devenu une marchandise ? Qu'achète-t-on sur le marché du travail ? Pourquoi et comment est apparu le Code du travail ?

Sommaire de l'épisode

00:34 La notion de travail 
14:15 Le travail une marchandise 
22:48 Le marché du travail 
30:05 Le droit du travail, l’équilibre entre capital et travail
41:40 Le contrat de travail, une manière de légitimer le lien de subordination 

Crise néolibérale

La série documentaire Travail, salaire, profit nous entraîne dans les arcanes de l'économie mondiale, jugée bien souvent trop opaque pour en saisir tous les tenants et les aboutissants. L'étude de cas, didactique et passionnante, est pourtant salutaire, à l'heure d'une crise massive du capitalisme, notamment via son avatar contemporain, le néolibéralisme, rejeté en bloc par une grande partie de la société. Après Jésus et l'islam, avec Jérôme Prieur, et Mélancolie ouvrière, Gérard Mordillat, accompagné de l'économiste Bertrand Rothé, signe une réflexion creusée et lucide sur cette "nouvelle religion contemporaine", via le témoignage d'économistes renommés, dont Frédéric Lordon et David Graeber.

Travail, Salaire, Profit
Episode 1 : Travail
Série documentaire de Bertrand Rothé et Gérard Mordillat (France, 2019, 54mn)

lundi 7 juin 2021

Islam, islamisme, islamophobie ( Cliquer sur l'image ) | France culture 10/09/2016

À retrouver dans l'émission RÉPLIQUES par Alain Finkielkraut

Pour débattre de l'épisode politico-judiciaire estival autour du burkini, Alain Finkielkraut a invité la journaliste Rokhaya Diallo et l'écrivain Tahar Ben Jelloun.

Aheda Zanetti a inventé le burkini.

Fin juillet alors que l'émotion soulevée par le massacre de Nice et l'assassinat du père Jacques Hamel dans son église de Saint-Etienne-de-Rouvray était à son comble, une affiche commença à circuler sur les réseaux pour annoncer une journée réservée aux femmes en burkini et jilbeb bain dans un parc aquatique des Bouches-du-Rhône. Le tollé provoqué par cette annonce a suscité l'annulation de l'événement. 

Le 28 juillet, le maire de Cannes David Lisnard a pris un arrêté contre les costumes de bains intégraux et ostentatoires, suivi en quelques jours par une trentaine de maires essentiellement dans le sud de la France et en Corse. 

Le 26 août, le Conseil d'Etat, saisi par la Ligue des droits de l'homme et le Comité contre l'Islamophobie en France a annulé l'arrêté pris à Villeneuve-Loubet au motif qu'il n'y avait pas en l'occurence trouble à l'ordre public. A mes deux invités la journaliste et réalisatrice Rokhaya Diallo , et l'écrivain Tahar Ben Jelloun, je voudrais d'abord demander quelles réflexions leur inspire cet épisode politico-judiciaire.

>>> Le blog RokMyWorld de Rokhaya Diallo

dimanche 6 juin 2021

Serge Reggiani "L'italien" | Archive INA | Ina Chansons 16 janv. 2018


C'est moi, c'est l'Italien
Est-ce qu'il y a quelqu'un
Est-ce qu'il y a quelqu'une
D'ici j'entends le chien
Et si tu n'es pas morte
Ouvre-moi sans rancune
Je rentre un peu tard je sais
18 ans de retard c'est vrai
Mais j'ai trouvé mes allumettes
Dans une rue du Massachussetts
Il est fatiguant le voyage
Pour un enfant de mon âge
Ouvre-moi, ouvre-moi la porte
Io non ne posso proprio più
Se ci sei, aprimi la porta
Non sai come è stato laggiù
Je reviens au logis
J'ai fais tous les métiers
Voleur, équilibriste
Maréchal des logis
Comédien, braconnier
Empereur et pianiste
J'ai connu des femmes, oui mais
Je joue bien mal aux dames, tu sais
Du temps que j'étais chercheur d'or
Elles m'ont tout pris, j'en pleure encore
Là-dessus le temps est passé
Quand j'avais le dos tourné
Ouvre-moi, ouvre-moi la porte
Io non ne posso proprio più
Se ci sei, aprimi la porta
Diro come è stato laggiù
C'est moi, c'est l'Italien
Je reviens de si loin
La route était mauvaise
Et tant d'années après
Tant de chagrins après
Je rêve d'une chaise
Ouvre, tu es là, je sais
Je suis tellement las, tu sais
Il ne me reste qu'une chance
C'est que tu n'aies pas eu ta chance
Mais ce n'est plus le même chien
Et la lumière s'éteint
Ouvrez-moi, ouvrez une porte
Io non ne posso proprio più
Se ci siete, aprite una porta
Diro come è stato laggiù.
Source : LyricFind
Paroliers : Jacques DATIN / Jean-Loup DABADIE

De quel droit la précarité ? ( Cliquer sur l'image ) | France culture 04/06/2021

À retrouver dans l'émission À PRÉSENT par Frédéric Worms

La pandémie actuelle révèle plus que jamais les multiples formes de précarité : comment les prendre en charge, quels outils pour en sortir ? Nous en débattons ce soir avec la Défenseure des droits, Claire Hédon, et le philosophe Guillaume Le Blanc.

En 2017, E.Macron déclarait : "Je ne veux plus,
d’ici la fin de l’année, avoir d’hommes et
de femmes dans la rue".
3 ans plus tard qu’en est-il,
alors que la pandémie nous invite à rester chez nous.

Claire Hédon est la Défenseure des droits. Auparavant, elle dirigeait ATD Quart Monde. Il y a un lien entre les deux, au cœur du présent. La précarité révélatrice des maux du présent, mais aussi des pistes pour en sortir ? 

Aggravatrice d’incertitude, de toutes les incertitudes, aggravées par la pandémie, mais aussi indicatrice des besoins, des réponses, et du premier besoin, savoir que les réponses existent, savoir qu’on y a droit ? 

Le droit, repère dans la tourmente. La précarité ce n’est pas le non-droit. Il y a des droits. Mais la précarité c’est de ne pas pouvoir s’en saisir, de ne pas avoir l'accès.

 Pour Claire Hédon, c'est la définition de la précarité : le manque d’accès au droit et donc au monde. Rétablir ce lien, c’est répondre à toute l’incertitude du temps. Elle a accepté d’en parler ce soir avec Guillaume Le Blanc, philosophe qui traite de la « vie précaire » et des « vies minuscules » au cœur du présent et de la cité. 

"Oui,  il y a des personnes qui ont des difficultés à accéder à leurs droits. Pour une majorité de personnes, les droits, finalement, sont relativement accessibles, mais pour des personnes qui sont victimes de discrimination : des enfants, des personnes précaires, des personnes en situation de handicap... Oui, il y a des gens qui ont du mal à faire valoir leurs droits. Et nous, Institution du Défenseur des droits, on est là pour les rétablir dans leurs droits." Claire Hédon

"Pour moi la précarité, est une sorte d'état intermédiaire dans lequel on est à la fois inclus parce qu'on a encore quelques propriétés sociales, et en même temps, pendant lequel on est en voie d'exclusion parce qu'il manque une propriété sociale fondamentale comme le travail, le logement, l'accès à la santé. Et effectivement, ces propriétés sociales manquantes, elles doivent être traduites en droits fondamentaux, afin de pouvoir les réclamer, pouvoir s'en saisir." Guillaume Le Blanc

"Nous recevons 103 000 réclamations par an,  80% sont traitées par des délégués territoriaux et une autre partie est traitée au siège par des juristes." Claire Hédon

"Je pense qu'il y a une espèce de jugement  qui circule dans la société. Au fond, selon lequel la vie pauvre est une pauvre vie. Et ça, c'est terrible. C'est-à-dire que quand on commence à penser que la vie pauvre est une pauvre vie, on écarte des vies pauvres tout ce qui l'ensemble de leurs rêves, de leurs critiques, de leurs pensées. Finalement, ce qui fait justement une vie pleinement humaine." Guillaume Le Blanc

Pour en savoir plus 

Sur Claire Hédon
• La page de Claire Hédon sur le site "Défenseur des droits".
• Portrait de Claire Hédon sur le site du journal L'Obs.
• Le lien vers l'association ATD Quart Monde.

"Je crois beaucoup à la séparation des pouvoirs et à l'équilibre entre le gouvernement, le Parlement et le judiciaire. Et je pense que des débats sur ces questions là sont absolument capitaux. Il y a aussi des études qui montrent que les gens sont préoccupés par ces questions de pauvreté. Donc, il y a moyen d'agir et vraiment raisonner en termes de droits. Ça rassure tout le monde parce qu'on se dit si, si on protège les droits de tous, chacun se dit protégé. Donc, c'est à ça que sert le Défenseur des droits." Claire Hédon

Sur Guillaume Le Blanc
• La page de Guillaume Le Blanc sur le site de l'UPEC (Université Paris-Est Créteil).
• Les publications de Guillaume Le Blanc (site Cairn.info).

"La jungle de Calais : Ça veut dire fondamentalement qu'il y a des lieux, dans lesquels on vit sans adresse. Est ce que c'est acceptable aujourd'hui, en 2020, de pouvoir vivre dans des lieux sans adresse.  Quand on est sans adresse, ça signifie que sa place locale dans le monde n'est plus du tout appréhendée précisément. C'est comme, si vous voulez, une disparition. C'est une façon de nier la vie. C'est une façon de nier le nom d'une personne en tant que personne vivante." Guillaume Le Blanc

"ll faut créer une instance de compétences, des personnes dont on dit qu'elles sont sans compétence. Il faut que cette Assemblée là existe aujourd'hui et prenne toute sa part dans la Constitution, dans notre politique nationale." Guillaume Le Blanc

Choix musicaux 

  • Chanson choisie par Claire Hédon : "Philharmonics" par Agnès Obel - Album : Philharmonics (2010) - Label : Play it again Sam.
  

  • Chanson choisie par Guillaume Le Blanc : "Le courage des oiseaux" par Dominique A - Album : Sur nos forces motrices (2007) - Label : Cinq 7. 

lundi 31 mai 2021

Sexualité : quand les femmes ont peur des hommes | Le Monde Maïa Mazaurette 16 mai 2021

Suis-je en danger avec lui ? Avec tous les hommes potentiellement ? De scandales de violences sexuelles en révélations de féminicides, la confiance s’est peu à peu brisée pour certaines femmes. La chroniqueuse de « La Matinale », Maïa Mazaurette, s’arrête ce dimanche sur ce sentiment.

« Les hommes ont peur que les femmes se moquent d’eux. Les femmes ont peur que les hommes les tuent » : la phrase est de Margaret Atwood, l’autrice acclamée de La Servante Ecarlate (The Handmaid’s Tale en VO). Le roman date de 1985, son adaptation en série télé remonte à avril 2017. Six mois plus tard, le mouvement #metoo explosait… Et de scandales de violences sexuelles en féminicides, l’actualité n’en finit pas d’effectivement faire peur.

Pour certaines femmes, la confiance envers les hommes s’est brisée. La sexualité « ciment du couple » (comme le veut la légende), mais aussi l’amour hétérosexuel sont devenus des champs de bataille.

L’actualité littéraire s’en ressent : rien que cette dernière année, on a vu paraître en librairie la réédition de Moi les hommes, je les déteste, par Pauline Harmange, aux éditions du Seuil, celle du pamphlet misandre Scum Manifesto de Valerie Solanas, aux 1001 Nuits, et la parution de l’essai La terreur féministe, Petit éloge du féminisme extrémiste, signé par Irène, aux éditions Divergence (l’autrice y donne des exemples de réponse par la violence à la peur).

>>> Il y a cinquante ans, le choc « SCUM Manifesto », un texte féminin radical

Dernier pavé dans la mare : Judith Duportail, la journaliste à qui on devait L’Amour sous algorithme (éditions la Goutte d’Or, mars 2019) publie, le 19 mai, Dating Fatigue, amours et solitudes dans les années (20)20 aux éditions de l’Observatoire. Le malaise y est clairement exprimé : « Comment faire pour aller à des dates [ndMaïa : des rendez-vous amoureux], faire les yeux doux dans des bars à des semi-inconnus, quand tu sais que si quasiment toutes les femmes ont été victimes de violences sexuelles, c’est peut-être bien que quasiment tous les hommes… que presque tous les hommes… parce que si toutes les femmes… mathématiquement… c’est peut-être que tous les hommes… Non ? »

Entre 94 % et 98 % des violeurs sont des hommes

Ce calcul, nous sommes nombreuses – et nombreux ! – à l’avoir envisagé. Parfois en couple, avec notre partenaire. Parfois entre amies à l’apéro, ou dans l’inquiétude de nos insomnies. En l’occurrence, l’étude à laquelle ce passage fait référence a été commandée par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes. Elle date d’avril 2015, et 100 % des femmes disaient avoir été harcelées dans les transports en commun. Pour les viols, le chiffre est (heureusement) moins élevé : une femme sur vingt-six est violée dans sa vie, une femme sur sept est agressée sexuellement (enquête Virage, par l’Institut national d’études démographiques).

Dans le podcast Les Couilles sur la Table, conçu par l’excellente Victoire Tuaillon, on retourne le calcul pour un résultat tout aussi effrayant : 96 % des auteurs d’inceste sont des hommes (au passage, ces épisodes sur l’inceste sont vraiment passionnants). Même chose pour les violeurs : entre 94 % et 98 % sont des hommes (vous pouvez écouter l’épisode ici). Demander aux femmes de ne pas intégrer ces chiffres dans leurs rapports quotidiens avec les hommes – tout en leur expliquant qu’il faut faire attention à ne pas rentrer en jupe le soir – serait complètement incohérent.

>>> Violences sexuelles : plus de plaintes et des chiffres en forte hausse, dans le sillage de #metoo

Habituellement, c’est le moment du débat où on dégaine son hashtag #NotAllMen (#pastousleshommes). Rassurons-nous, gardons la tête froide ! Certes, il y aurait une minorité de « forceurs » qui ferait beaucoup de dégâts, mais on ne va quand même pas remettre en question la paix sociale pour quelques épiphénomènes, n’est-ce pas ? Et puis pourquoi faire des amalgames, alors qu’il suffirait aux femmes de mieux choisir leurs fréquentations et d’éviter les profils problématiques (qui, comme chacun sait, se promènent avec un tatouage « violeur » sur le front) ?

Face à la grande incompréhension (« on a peur » versus « vous êtes parano »), le slogan #pastousleshommes a trouvé sa réponse : #pastousleshommes… « mais ». Et, plus précisément : « pas tous les hommes, mais assez pour qu’on ait toutes peur » , « pas tous les hommes mais quand même beaucoup »…

« Sexualité sous le règne de la terreur »

Entrons donc dans un décompte plus large : un Français sur trois pense qu’à l’origine du viol, il y a souvent un malentendu (enquête Ipsos/Mémoire Traumatique, juin 2019). Un Français sur cinq pense qu’une femme peut prendre du plaisir à être forcée, qu’une femme dit parfois non quand elle pense oui, et que forcer sa conjointe ne constitue pas un viol. Un sur cinq, cela nous donne 5 290 862 potentiels violeurs en France (20 % des hommes âgés de plus de 15 ans) – qui peuvent compter sur l’assourdissant silence de la majorité des autres.

Vous pouvez ne pas être d’accord avec cette dernière observation, vous pouvez peut-être vous sentir personnellement visé (tant mieux) : il se trouve que nous sommes légion à estimer que la solidarité post-#metoo des hommes envers les femmes laisse à désirer.

>>> Selon une enquête, une étudiante française sur vingt dit avoir été victime de viol

Judith Duportail dresse ce même constat : « Les posts Insta, les articles, les témoignages sur l’importance du consentement : finalement, seules les meufs les lisent entre elles, dans une forme de transe collective post-traumatique ! Dans la vraie vie, tout le monde s’en fout de notre consentement. » Et de se demander si les rencontres entre hommes et femmes sont même possibles.

Cette idée vous déprime, vous exaspère, vous amuse ? Attendez donc de lire les théories de l’activiste Juliet Drouar (les propos qui suivent sont eux aussi tirés de Dating Fatigue) : « Avec notre génération [ndMaïa : les trentenaires], nous sommes entrés en sexualité sous le règne de la terreur. Nous sommes des traumatisés du lien, réduit à néant par les codes de l’amour hétérosexuel qui érotisent la violence. Nous apprenons, dans les films, les livres, les contes, toutes les représentations culturelles, que les sentiments amoureux naissent dans la contradiction, les obstacles, la douleur, la contrariété. Logiquement, pour nous, la sexualité, en continuité de ce modèle, devient un rapport de force, de pouvoir, quelque chose que l’on arrache à l’autre. »

L’incertitude et le danger

« Terrorisme de l’intime », « violence de la société hétérosexuelle » qui impose des pénétrations aux jeunes filles « en les sommant de perdre leur virginité à tel ou tel âge en publiant chaque année des statistiques sur l’âge moyen du premier rapport sexuel »… Les mots sont durs, mais on aurait tort de les disqualifier. Déjà parce que cette colère est souvent tue – et que pour faire changer les choses, on a le droit de taper du poing sur la table. Ensuite parce qu’avoir peur, au regard de l’actualité, démontre l’excellente santé de notre instinct de survie – on ne va quand même pas commencer à s’en excuser.

Une fois le constat posé, essayons de répondre à la question qu’il engendre : que faire de la peur, que faire du doute ressenti en présence des hommes (ou de certains hommes, comme vous voulez) ? Dans l’essai de Judith Duportail, cette méfiance n’est pas paralysante. Elle n’empêche pas d’être en relation avec des hommes, ni d’avoir envie de coucher avec eux. Quand l’autrice essaie de trouver du répit dans les bras d’une lesbienne – pour voir à quoi ressemblerait une sexualité vécue « à égalité et en sécurité », l’expérience n’est pas concluante (mais la scène est très drôle). Faut-il céder au désespoir ? Ce n’est l’avis de personne. Au contraire, la peur constitue un levier politique. Plutôt que faire la guerre, Judith Duportail veut faire l’amour – qu’on baisse enfin les armes.

>>> « Eduquons nos adolescents au consentement »

Mais une fois encore : comment ? Pour réparer le lien, on ne peut décemment pas compter sur la fin magique des violences sexuelles. On ne peut pas non plus se moquer des femmes qui ont peur, ou les mépriser, ou s’en désolidariser : ce que le mouvement #metoo a démontré, c’est que les problèmes des unes sont les problèmes des autres. On peut, en revanche, se rappeler d’où vient la peur : essentiellement de l’incertitude et du danger.

La certitude du désir

Alors pour commencer à colmater, patiemment, des millénaires de brèches de confiance, on pourrait travailler sur la certitude du désir, en demandant le consentement pour les uns, en intervenant quand il est transgressé pour les autres.

On pourrait se pencher sur l’élaboration d’un érotisme sans danger, du moins avant d’avoir la complicité nécessaire aux jeux les plus risqués.

On pourrait faire une petite pause du côté de l’imaginaire masculin de la prédation, de la conquête, du grand pillage des corps.

On pourrait lâcher du lest du côté de l’imaginaire sacrificiel féminin, qui conduit à toujours faire passer l’autre avant soi-même.

On pourrait écouter – et le cas échéant, rassurer.

On pourrait se faire du bien.

Ce ne serait pas trop tôt.

Maïa Mazaurette

vendredi 28 mai 2021

Rwanda : le « Que sais-je ? » qui fait basculer l’Histoire | LE MONDE

Selon un collectif d’historiens, l’auteur du livre, Filip Reyntjens, juriste, banalise les faits du génocide et sort de l’Histoire au profit de l’idéologie et l’interprétation tendancieuse.

La collection « Que sais-je ? », qui met « à la portée de tous le savoir des meilleurs spécialistes », a publié en avril dernier un ouvrage du juriste Filip Reyntjens consacré au génocide des Tutsi au Rwanda (PUF, 128 pages, 9 euros). On ne peut que se réjouir du fait que ce sujet, sous haute tension politique à cause du rôle joué par l’Etat français au Rwanda, fasse l’objet d’une synthèse accessible.

Mais s’il mime l’objectivité scientifique, cet ouvrage a tout du brûlot politique : l’ensemble du texte semble guidé par un seul but : dénoncer le Front Patriotique Rwandais (FPR), coupable de crimes innombrables – « peut-être » de « génocide » au Congo – et le régime au pouvoir à Kigali, qui porte et perpétue ce criminel héritage. Banalisé parmi « les premiers génocides du XXIe siècle » et les « autres génocides (…) perpétrés en Afrique et dans la région des Grands-Lacs », le génocide des Tutsi est une « tragédie », certes, mais qui « constitue seulement une étape » d’une « grande guerre africaine » émaillée de crimes restés impunis. La justice internationale, accusée d’être une « justice des vainqueurs », refléterait donc un seul aspect de la « vérité » que l’auteur se propose, lui, de révéler « toute ».

Ceci n’empêche pas que soit concédée l’adéquation du concept juridique de « génocide » au crime dont au moins 800 000 Tutsi ont été victimes et, avec eux, des dizaines de milliers de Hutu opposés à l’idéologie génocidaire. Mais l’histoire ayant mené au génocide est fortement escamotée : la propagande anti-tutsi depuis 1959, la politique de discrimination, les pogroms, et même le rôle central de la Radio Télévision des Mille Collines, sont à peine évoqués. Quand ils le sont, c’est pour être systématiquement mis en balance avec les crimes du FPR.

Relativisée au sein d’une série de « massacres » commis de part et d’autre, l’extermination elle-même – dont les victimes ne sont évaluées par l’auteur qu’à « plus d’un demi-million » – est largement attribuée à la peur, à la convoitise, à des rivalités de voisinage et à l’opportunisme. Fruit d’une intention sans généalogie et sans planification préalable, le génocide est ainsi réduit au rôle de révélateur d’« une violence structurelle toujours à l’œuvre », à travers la perpétuation de la domination d’un « segment de l’élite tutsi qui est au pouvoir ».

Sur le terrain de l’idéologie 

Filip Reyntjens n’hésite pas à s’opposer à la plupart des spécialistes de la région des Grands-Lacs – très peu cités au demeurant – qu’il accuse de réduire l’histoire du Rwanda à « une histoire de bons et de méchants », là où lui-même voit « une histoire de méchants, des deux côtés politico-militaires opposés, l’un recourant à la violence de masse pour sauvegarder le pouvoir, l’autre pour le conquérir ». Il se livre également à des falsifications de citations et à des manipulations du lecteur. Ainsi laisse-t-il entendre fallacieusement que de nouvelles enquêtes ont abouti à un « faisceau d’indications » désignant le FPR comme l’auteur de l’attentat du 6 avril 1994 au Rwanda, thèse qui est son cheval de bataille depuis son livre de 1995. Trois jours qui ont fait basculer l’Histoire. La falsification la plus significative est celle qui, en manipulant une citation de Roméo Dallaire, fait « avouer » à Paul Kagamé qu’il a délibérément sacrifié les Tutsi de l’intérieur pour arriver au pouvoir.

Car c’est bien la thèse principale du livre : attribuer au FPR une responsabilité « historique et politique » dans le génocide des Tutsi. Si Filip Reyntjens est fondé à documenter les crimes du FPR, ainsi qu’à déplorer qu’ils n’aient pas été poursuivis, rien ne peut justifier cette inversion des responsabilités. Condamner le régime rwandais pour son non-respect des libertés fondamentales n’autorise pas pour autant à comparer la situation actuelle au Rwanda à la situation pré-génocidaire de 1994, sous-entendant que les victimes d’hier sont les bourreaux de demain. De manière générale, les victimes et les rescapés du génocide sont presque absents de l’ouvrage. Or c’est en grande partie à partir de leurs témoignages et de leurs récits que l’histoire du génocide a pu s’écrire, et continue de s’écrire aujourd’hui.

« Nous estimons que Filip Reyntjens a non seulement glissé, mais bel et bien dérapé »

Tout récit historique « articule un mode de compréhension en un discours de “faits” » et peut donner lieu à « une série indéfinie de “sens historiques” » (Michel de Certeau). Quand l’Histoire devient un « champ de bataille » (E. Traverso), comme ce fut le cas concernant la Shoah au moment de la « querelle des historiens » et comme c’est toujours le cas concernant le génocide des Arméniens, des voix doivent s’élever pour dénoncer les interprétations tendancieuses tout autant que les discours falsificateurs. Si, dans le cas du génocide des Tutsi, le « débat » concernant sa réalité peut être considéré comme clos – signant ainsi définitivement la défaite des formes les plus grossières de négationnisme –, la bataille de l’interprétation, elle, n’est pas achevée.

Il n’est d’ailleurs pas souhaitable qu’elle le soit : la vitalité de la recherche s’exprime par la succession des interprétations. Mais lorsqu’un auteur, sans nier directement les faits, les banalise et les relativise au point de nier le sens même de l’événement, on quitte le terrain de l’interprétation historique et on glisse dans celui de l’idéologie.

Nous estimons que Filip Reyntjens a non seulement glissé, mais bel et bien dérapé. Son récit participe d’un ensemble de discours qui gagne maintenant une collection destinée à un très large public, les « Que sais-je ? ». Le petit livre à la boussole aurait-il donc perdu le nord ? Il se pourrait en tout cas que sa parution chez un éditeur tel que les Presses universitaires de France (PUF) soit un symptôme de la confusion entretenue dans notre pays autour du génocide des Tutsi, au carrefour de représentations éculées des réalités africaines et d’une volonté de faire diversion pour éviter d’examiner les responsabilités des autorités françaises de l’époque dans ce crime.

Aurélia Kalisky, chercheuse en littérature au Centre pour la recherche sur la littérature et la culture ; Raphaël Doridant, instituteur et membre de l’association Survie ; Yves Ternon, historien ; Patrick de Saint-Exupéry, journaliste ; Vincent Duclert, historien, chercheur au CESPRA (EHESS-PSL) ; Hélène Dumas, historienne, chargée de recherche au CNRS (LAM) ; Stéphane Audoin-Rouzeau, historien, directeur d’études à l’EHESS, Cespra 

Liste intégrale des signataires : >>> www.que-sais-je-genocide-tutsi.fr 

mardi 25 mai 2021

Editer ou ne pas éditer Mein Kampf ? ( Cliquer sur l'image ) | France culture 21/05/2021

À retrouver dans l'émission LE TEMPS DU DÉBAT par Emmanuel Laurentin

En rééditant Mein Kampf, les éditions Fayard se sont engagés dans des choix éditoriaux délicats. Comment restituer de ce lourd héritage du XXe siècle l'intérêt scientifique ? A qui cet ouvrage s'adresse-t-il ? Peut-on envisager des répercussions sur la réédition d'autres écrits jusque là interdits ?

En Allemagne, Italie et Pologne, les rééditions de
Mein Kampf avaient été autorisées dès que les
droits étaient tombés dans le domaine public.

Les éditions Fayard viennent d’annoncer la parution prochaine, le 2 juin, de la nouvelle édition annotée par des historiennes et historiens de Mein Kampf d’Adolf Hitler. Une édition dont l’annonce, il y a cinq ans, avait provoqué de vifs débats entre chercheurs et politiques.

Vous pouvez entendre aux Matins de France Culture l’éditrice et le directeur de cet ouvrage titré «  Historiciser le Mal » et sous-titré « Une édition critique de Mein Kampf ».

Ce soir nous allons nous intéresser à l’écho mondial de cet ouvrage tombé dans le domaine public en 2006 et republié depuis en Allemagne, en Italie et en Pologne.

Pour en parler, les historiens Stefan Martens directeur adjoint de l’Institut historique allemand de Paris et contributeur de cet ouvrage et Elie Barnavi, professeur émérite d’histoire de l’Universite de Tel-Aviv, ancien ambassadeur d’Israel en France et conseiller du musée de l’Europe de Bruxelles.

INTERVENANTS

Stefan Martens, directeur adjoint de l’institut historique allemand et directeur du département Histoire contemporaine, rédacteur de la revue Francia (XIXe et XXe siècles)

Elie Barnavi, Ancien ambassadeur d'Israël en France de 2000 à 2002, professseur émérite d'histoire de l'Occident moderne à l'Université de Tel-Aviv

dimanche 23 mai 2021

Idéologie djihadiste, le "désengagement" ( Cliquer sur l'image ) | France culture 11/04/2021

À retrouver dans l'émission QUESTIONS D'ISLAM par >>> Ghaleb Bencheikh

Dans la stratégie française de lutte anti-terroriste et notamment dans les programmes de prévention contre l'idéologie djihadiste, sont employés les termes de "désengagement" et "déradicalisation", qu'entend-on par ces notions ?

 Quartier de prévention de la radicalisation (QPR)
de la prison de la Santé, créé en juin 2019.
Prison de la santé, Paris, juillet 2019

Le défi de la radicalisation religieuse en France, notamment de type salafiste djihadiste est à relever impérativement. La contre-attaque est à mener sur tous les fronts. Cette action continue et laborieuse n’est pas exempte de réelles difficultés. 

Aussi Mohammed Chirani, revient-il sur son expérience comme chargé de mission « lutte contre la radicalisation violente sur le volet idéologique et politico-religieux » au sein de l’administration pénitentiaire au ministère de la Justice. 

Il passe en revue les efforts consentis afin de contrecarrer le discours djihadiste en prison, travail distinct de la mission de l’aumônerie pénitentiaire. Il explique la notion de « désengagement » phase intermédiaire nécessaire avant l’insertion des « repentis déradicalisés ». 

"Le "désengagement", c'est agir sur la non-violence. C'est une personne à un moment donné, qui peut se radicaliser ou pas, décide de renoncer à la violence. (...) Ça veut dire dans sa pensée, dans son comportement, il est encore de type radical, avec une pratique de l'islam très rigoriste, mais il renonce à la violence.  Là on peut parler de "désengagement". C'est moins ambitieux que la "déradicalisation" mais le "désengagement" est plus facile à atteindre." 

Mohammed Chirani souligne surtout la difficulté de mener ce combat avec les salafo-djihadistes lorsque l’on tient une position médiane dans un contexte de polarisation exacerbée des identitarismes. 

Mohammed Chirani, essayiste, consultant en prévention de la radicalisation religieuse. Il est notamment l'auteur de Islam de France, la République en échec, publié chez Fayard en 2017 et Réconciliation française-Notre défi du vivre ensemble paru en 2014 aux éditions François Bourin.

La pause musicale

N3rdistan, label Le Rocher

samedi 22 mai 2021

Au Xinjiang, une « formatrice » dans l’enfer d’un camp de rééducation, par Brice Pedroletti | Le Monde 22/05/2021

Sayragul Sauytbay, qui s’est enfuie au Kazakhstan avant d’obtenir l’asile en Suède, décrit de l’intérieur la persécution que fait subir Pékin aux Ouïgours et aux Kazakhs de la région autonome, dans l’ouest de la Chine.

Sayragul Sauytbay à Paris, le 10 mai 2021.

C’est un univers de rafles au milieu de la nuit, de cagoules noires enfoncées sur la tête, d’êtres humains blessés dans leur âme et leur corps, enrôlés dans une mécanique de la peur et de l’auto-incrimination aux ressorts presque burlesques s’ils n’étaient tragiques.

Sayragul Sauytbay, 44 ans, directrice d’école du Xinjiang, d’ethnie kazakhe, cadre du Parti communiste chinois (PCC), fut pendant cinq mois chargée de « former » des détenus kazakhs et ouïgours d’un camp d’internement secret du district de Mongolküre (« Zhaosu » en chinois), à l’ouest du Xinjiang, non loin de la frontière du Kazakhstan, entre novembre 2017 et mars 2018.

Elle dit revivre ce cauchemar à épisodes réguliers : « Je dors encore très peu la nuit, trois ou quatre heures, je vois parfois en rêve les visages de ceux qui sont dans le camp, ils tendent leurs mains vers moi et je n’arrive jamais à les tirer de là », explique-t-elle au Monde lors d’un passage à Paris, le 10 mai, pour présenter la version française du livre qu’elle a coécrit avec la journaliste allemande Alexandra Cavelius (Condamnée à l’exil : Témoignage d’une rescapée de l’enfer des camps chinois. Editions Hugo Publishing, 19,95 euros).

>>> Au Xinjiang, en Chine, sur la trace des Ouïgours disparus

Médecin reconvertie dans l’éducation, Sayragul Sauytbay dirige cinq écoles maternelles à Mongolküre quand le contexte déjà très répressif du Xinjiang, où Pékin a déclaré la « guerre au terrorisme » en 2014 à la suite d’une vague d’attentats, s’aggrave un peu plus après la nomination d’un nouveau secrétaire du parti, Chen Quanguo, en août 2016. Elle est Kazakhe, la deuxième ethnie musulmane et turcophone (1,5 million de personnes) de la région « autonome », après les Ouïgours (11,5 millions). Sa famille a, depuis plusieurs années, le projet d’émigrer au Kazakhstan, mais seuls son mari, qui a quitté la fonction publique, et ses deux enfants, obtiennent un passeport et partent. Elle reste bloquée, en attente du sien – comme tous les fonctionnaires.

Ne jamais rien révéler

Un soir de novembre 2016, elle est convoquée avec 200 autres cadres kazakhs et ouïgours du parti à une grande réunion, où leur est présenté par des officiels hans (ethnie chinoise dominante) le projet de « déradicalisation » des « autochtones dont la tête est polluée par des idées nauséabondes et perfides ». Le moyen ? Des centres de « transformation par l’éducation », l’expression qui désigne en Chine la rééducation.

>>> « China Cables » : révélations sur le fonctionnement des camps d’internement des Ouïgours

Très vite, Sayragul doit accomplir toutes sortes de missions, comme contrôler les appartements des cent personnes qu’elle a sous sa responsabilité, en notant sur des formulaires les objets et livres religieux, et tout ce qui est lié à un pays étranger. Une autre fois, on lui ordonne d’identifier lesquels de ses employés ont un jour donné de l’argent pour construire une mosquée – une pratique courante dans les années 1990 et 2000. Elle ne le sait pas encore, mais toutes ces informations alimentent la base de données qui va justifier, plus tard, les internements.

Le Xinjiang est alors en pleine « sécurisation » : des checkpoints et des postes de police poussent partout, chacun participe jour et nuit à des exercices d’autodéfense face aux « terroristes ». Un soir de mars 2017, elle est cueillie chez elle par des policiers. Ils lui passent une cagoule noire sur la tête et l’emmènent pour un interrogatoire. On la cuisine sur son mari parti au Kazakhstan. La journée, elle retourne au travail, une épreuve qu’elle subit à intervalles réguliers pendant des mois.

Sayragul Sauytbay, à Paris,
le 10 mai 2021.

Puis, en novembre 2017, les policiers lui donnent rendez-vous à minuit, au centre de Mongolküre : elle est de nouveau emmenée, cagoule sur la tête, vers une destination inconnue. A 3 heures du matin, un haut gradé lui annonce qu’elle se trouve dans un centre de rééducation, et qu’elle doit travailler comme « formatrice ». On lui fait signer une promesse de ne jamais rien révéler, sans quoi elle sera « condamnée à mort ».

Une petite cellule, ainsi qu’une tenue militaire, lui sont attribuées. Tout est contrôlé par des hommes en armes et treillis. Les officiers gradés « portent des cagoules noires à la manière de cambrioleurs… Même parmi les employés chinois, on devine la crainte qu’inspirent ces hommes armés, chaussés de grosses bottes militaires à lacets. Pour douze agents chinois, je compte un autochtone, mais toujours à un poste subalterne », décrit-elle.

« Les cadavres doivent disparaître »

Il y a des caméras partout. Quand, à 7 heures du matin, elle est menée dans sa classe, c’est le choc : flanquée de deux gardes armés, elle fait face à 56 « élèves », « yeux cernés de bleus, mains mutilées, taches sombres sur la peau, vêtements maculés de crasse et de sang ». Il y a des intellectuels, des cadres, des agriculteurs, 60 % d’hommes. Elle doit leur enseigner le chinois, expliquer les coutumes des hans, leurs mariages, leurs funérailles – c’en est surréaliste : « Ces visages tristes et blêmes sont tendus vers moi, crâne rasé, errant douloureusement entre la vie et la mort, et me voilà droite comme un piquet, leur apprenant à féliciter des jeunes mariés chinois… »

La totalité de ses cours sont étroitement contrôlés et validés par les gardes et ses supérieurs. Quand son visage trahit qu’elle a reconnu dans l’assemblée une connaissance, elle sera punie. Puis torturée pour avoir aidé une vieille femme kazakhe en détresse.

Régulièrement, elle et d’autres formateurs sont convoqués, tard le soir, pour lire des circulaires secrètes qui sont ensuite détruites. L’une d’elles spécifie que « les cadavres des prisonniers morts dans les camps doivent disparaître sans laisser de trace ». On lui fait aussi lire les extraits d’un plan en trois phases. La première, 2014-2025, indique qu’au Xinjiang, « auront lieu l’assimilation de ceux qui se montrent volontaires et l’élimination des autres » et que le plan décidé par Pékin a d’abord visé les territoires du sud ouïgour du Xinjiang en 2014, puis a été étendu à la moitié nord, plus kazakhe, à partir de 2016.

La deuxième phase, 2025-2035, prévoit une « prise de pouvoir progressive au Kirghizistan, au Kazakhstan et dans les pays voisins de la Chine grâce aux “nouvelles routes de la soie” et à des investissements massifs ». La troisième, 2035-2055, étend le « rêve chinois » à l’Europe. « Je devais apprendre ce plan, et le transmettre aux élèves dans un langage simple. Il parlait en détail des routes de la soie. Le but, c’était de leur faire comprendre que cela ne sert à rien de résister, que quoi qu’il arrive, la Chine va dominer le monde, qu’il est illusoire de défendre une identité kazakhe ou ouïgoure », nous explique-t-elle.

Arrêtée et brutalisée par la police kazakhe

Le camp, où elle estime le nombre de détenus à 2 500 – plus de la moitié kazakhs – est un théâtre grandiloquent et détraqué à la gloire d’une Chine toute-puissante, du PCC et de son numéro un, Xi Jinping, auquel il faut sans cesse professer son « amour » et souhaiter la « vie éternelle » – un trait concordant dans les récits de la demi-douzaine de rescapés auxquels Le  Monde a eu accès depuis 2018.

L’événement qui a le plus traumatisé Sayragul Sauytbay, raconté en détail dans le livre, est le viol d’une jeune femme par des hommes encagoulés, dans une salle où sont menés environ 200 détenus et employés. Elle a une vingtaine d’années, doit confesser le « crime » d’avoir envoyé un SMS à une amie pour lui souhaiter une « fête religieuse » quelques années auparavant. Tous ceux qui, dans l’assemblée, s’indignent, crient, sont emmenés. Sayragul a compris qu’il s’agit d’un test : extirper ceux qui ne sont pas entièrement soumis.

>>> Kazakhs et Ouïgours dans l’enfer du goulag chinois

En mars 2018, le camp la renvoie soudainement à son travail. Quelques jours après, ses supérieurs lui demandent de démissionner. Les policiers la cueillent de nouveau chez elle et la préviennent que si elle ne trouve pas le moyen de faire revenir son mari, ce sera à son tour d’être rééduquée.

Dans le temps qu’il lui reste, Sayragul réussit à s’évader, guidée par un incroyable instinct de survie et le désir farouche de retrouver les siens au Kazakhstan. Elle obtient, moyennant un pot-de-vin, un laissez-passer pour la zone franche de Khorgos, entre le Xinjiang et le Kazakhstan. Puis passe en douce la frontière kazakhe. Elle rejoint les siens, mais est vite arrêtée et brutalisée par la police kazakhe.

Il s’en faut de peu pour qu’elle ne soit renvoyée directement en Chine, comme le prévoient les accords de police entre les deux pays. Emprisonnée et jugée à l’été 2018, elle livre alors un premier témoignage qui fait mouche dans ce pays autoritaire d’Asie centrale, où des centaines de citoyens n’ont plus de nouvelles de leurs proches de l’autre côté de la frontière, car il confirme de l’intérieur nombre des informations qui circulent sur les camps. En quelques mois, sous pression de l’opinion publique kazakhe et d’une ONG de réfugiés Kazakhs de Chine, Atazhurt, s’ouvre une brèche : plusieurs centaines de détenus ouïgours et kazakhs qui ont de la famille au Kazakhstan sont relâchés vers ce pays, où plusieurs d’entre eux révèlent les sévices qu’ils ont subis – avant qu’Astana ne change d’attitude en emprisonnant Serikjan Bilash, le fondateur d’Atazhurt, aujourd’hui exilé.

>>> « China Cables » : Tursunay Ziavdun, Ouïgoure, internée pendant onze mois

Sayragul, son mari et ses deux enfants, sont harcelés et intimidés par de mystérieux hommes de main. Jusqu’à ce qu’ils quittent le Kazakhstan pour la Suède, qui leur offre l’asile politique en juin 2019. A travers ses contacts au Kazakhstan, l’ex-directrice d’école entend que les autorités chinoises s’efforcent désormais de donner le change au Xinjiang : « On apprend qu’il y a de nouveau des fêtes religieuses, des mariages, moins de sécurité. Certains camps sont reconvertis. Mais d’autres camps souterrains seraient construits, nous dit-elle. Je pense qu’ils préparent le Xinjiang à des visites de délégations étrangères. »

Brice Pedroletti

∆∆∆ Comment l’épidémie permet à l’État chinois d’étendre son contrôle sur la population | The Conversation March 17, 2020 - Via notre F LB

Authors
Dionysios Stivas
Lecturer in International Relations, Hong Kong Baptist University
Nicholas Ross Smith
Assistant Professor of International Studies, University of Nottingham

Partners
University of Nottingham
University of Nottingham provides funding as a founding partner of The Conversation UK.

La réaction de la Chine à l’épidémie de coronavirus est suivie de très près, mais la plupart des analyses portent avant tout sur son degré d’efficacité. Un aspect important est souvent négligé : l’impact que cette réaction aura sur le fonctionnement de l’État en Chine.

Or la mise en place de prérogatives exceptionnelles soutenues par une technologie de surveillance avancée pourrait permettre à l’État d’exercer à long terme un niveau de contrôle inédit sur sa population.

Pour contenir efficacement l’épidémie dès son apparition, l’élite politique chinoise devait établir publiquement le fait que le virus constituait une menace pour la sécurité de la société. Ce processus, consistant à faire d’un élément (un problème de santé, en l’occurrence) un problème de sécurité alors qu’il ne serait normalement pas considéré comme tel, est connu en science politique sous le nom de « sécuritisation ».

La sécuritisation consiste à informer et à éduquer le public sur la question (ce qui est crucial lors d’une épidémie de maladie hautement infectieuse), mais aussi à l’alarmer au maximum sur la nature et la gravité de la menace, à un point tel qu’il apparaît alors légitime que l’État se dote, « temporairement », de prérogatives exceptionnelles.

La réaction initiale de la Chine à l’épidémie de coronavirus a consisté non pas à tout faire pour endiguer la propagation du virus, mais à tout faire pour endiguer toute information relative à l’épidémie. En conséquence, le grand public chinois n’était au départ pas du tout conscient de la gravité du virus.

Quand il est apparu que le problème ne disparaîtrait pas de lui-même, la Chine a opté pour la sécuritisation, prenant des décisions exceptionnelles comme la mise en quarantaine de plusieurs villes de la province de Hubei. Mais, dans le même temps, le gouvernement a continué d’étouffer tout débat public sur l’épidémie.

L’exemple le plus fameux de cette approche est le cas du médecin lanceur d’alerte Li Wenliang. Li a été l’un des premiers à essayer d’alerter le public sur la gravité de l’épidémie. Mais ses efforts lui ont valu d’être convoqué par la police locale et forcé de cesser ses activités.

Li est décédé le 7 février, après avoir contracté le virus. La colère causée par sa mort a conduit certains commentateurs à suggérer que la Chine pourrait connaître un « moment Tchernobyl », c’est-à-dire que l’État verrait sa légitimité significativement affaiblie et perdrait donc dans une large mesure le pouvoir et le contrôle qu’il exerce sur sa population.

L’hyper-sécuritisation

La sécuritisation consiste notamment à donner aux élites politiques la légitimité populaire nécessaire pour qu’elles puissent s’attaquer à un problème rapidement et avec force. Mais la réaction initiale de la Chine – dissimuler des informations importantes et harceler les lanceurs d’alerte – a eu l’effet inverse, nuisant à la légitimité du gouvernement.

Cependant, si la catastrophe de Tchernobyl en 1986, a provoqué un important examen de conscience au sein des élites de l’Union soviétique, la réponse du gouvernement chinois à l’épidémie de coronavirus a jusqu’à présent pris une autre direction. Les dirigeants ont « hyper-sécuritisé » la menace, non seulement pour s’attaquer plus rapidement au virus, mais aussi pour regagner une partie de la légitimité perdue du fait de leurs faux pas initiaux.

Ainsi, plutôt que de minimiser la gravité du problème, les autorités ont présenté l’épidémie comme une menace sans précédent pour la Chine, ne pouvant être résolue que par des mesures extraordinaires. Comme le président Xi Jinping l’a récemment déclaré dans une adresse en ligne destinée à 170 000 responsables du parti et de l’armée :

« C’est une crise et c’est aussi une épreuve majeure… l’efficacité du travail de prévention et de contrôle a une fois de plus montré les avantages significatifs de la direction du Parti communiste de Chine et du système socialiste à caractéristiques chinoises. »

Il n’est pas surprenant qu’après les premiers faux pas, la Chine se soit montrée extrêmement dynamique dans la mise en œuvre des mesures d’urgence. Dans le Hubei, le gouvernement a fait appel à l’armée pour garantir la bonne application des mesures de quarantaine tout en transférant des médecins depuis d’autres provinces pour venir en aide au personnel médical local. L’État a également organisé la construction de deux nouveaux hôpitaux à Wuhan en quelques semaines seulement.

Un robot de sécurité de la police en patrouille
dans une gare. Alex Plavevski/EPA
Mais ces mesures d’urgence ont été accompagnées de l’introduction de nouvelles formes de contrôle. La Chine a notamment utilisé de hautes technologies telles que des drones, des caméras de reconnaissance faciale et l’intelligence artificielle pour surveiller de plus près ses citoyens, tout cela au nom de la lutte contre le virus.

Grâce à une simple pression sur quelques boutons, l’État chinois a pu recueillir des données sur la quasi-totalité des habitants du pays. L’État sait exactement où se trouve chaque personne, quelle est sa routine quotidienne et même la température de son corps. Des sanctions sont infligées à ceux qui enfreignent les règles.

Cela représente un niveau de surveillance sans précédent. Mais, étant donné la gravité de la menace présumée d’une épidémie de coronavirus, ces mesures ont été étudiées et saluées par les chercheurs internationaux.

Que ces mesures aient été ou non efficaces pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, les implications politiques pour la Chine pourraient être durables. Quand un État réussit à « sécuritiser » une question, il s’engage sur une pente glissante. Plus la menace est présentée comme existentielle, plus l’État obtient de prérogatives pour y répondre, et plus sa puissance et son degré de contrôle sur la population augmentent.

La question est maintenant de savoir ce que la Chine fera des nouvelles formes de contrôle dont elle dispose une fois la menace surmontée. L’expérience montre qu’une « sécuritisation » réussie peut peser longtemps sur le modèle de gouvernance d’un État. Par exemple, à la suite des attentats du 11 Septembre, l’expansion des prérogatives du gouvernement américain en matière de surveillance a duré plus d’une décennie après l’événement qui avait justifié l’adoption de ces mesures.

Mais dans le cas du coronavirus, la question ne se pose pas seulement pour la Chine. Les effets de l’hypersécuritisation de cette épidémie pourraient se faire sentir au niveau mondial. La mauvaise gestion initiale de l’État chinois a fait passer l’épidémie d’un problème local à un problème mondial et, aujourd’hui, de nombreux autres pays s’interrogent en urgence sur la meilleure façon de répondre à la menace. Ironiquement, bon nombre d’entre eux saluent les avantages du modèle chinois…

jeudi 20 mai 2021

Il était une fois... "Moi, Daniel Blake" | ARTE Cinema 12 mai 2021


Sorti en 2016, >>> "Moi, Daniel Blake" de Ken Loach a obtenu la Palme d'or à Cannes et ému le monde entier. Dans ce documentaire, Rémi Lainé raconte la genèse et le retentissement inattendu de cette œuvre engagée et documentée. 

Palme d’or à Cannes en 2016, Moi, Daniel Blake est nourri de l’indignation de l’éternel rebelle >>> Ken Loach. Cinquante-cinquième film du réalisateur, aujourd’hui âgé de 84 ans, il retrace le parcours d’un homme malmené par les prétendus services d’aide à la recherche d’emploi outre-Manche. Le scénario puise sa source dans la casse du système de protection sociale britannique, décidée en 2010 par le gouvernement Cameron. Pour étayer leur script, Ken Loach et son scénariste Paul Laverty ont enquêté et rencontré un lanceur d’alerte, qui leur a démontré que les employés des agences Pôle emploi outre-Manche étaient encouragés à sanctionner les bénéficiaires. Révolté, le duo a alors imaginé les personnages de Daniel et Katie, deux chômeurs en butte à ces méthodes malveillantes. Pour le tournage en 2015 à Newcastle, terre natale ouvrière de Ken Loach, le réalisateur a, comme à son habitude, recruté dans un souci d’authenticité des comédiens non professionnels, habilement mêlés à des acteurs confirmés.

Un phénomène mondial

Cinq ans après sa sortie en salles, le documentariste Rémi Lainé (La victoire en chantant, Opéra-Comique, naissance d’une académie) raconte la genèse d’un drame social au succès planétaire. Il a rencontré Ken Loach et son équipe, inchangée depuis près de vingt ans, et composée, notamment, du scénariste Paul Laverty et de la productrice Rebecca O’Brien. Lesquels évoquent l’écho inattendu que le film, miroir de son époque, a rencontré dans le monde et au Royaume-Uni. Le député travailliste Jeremy Corbyn a même suggéré à Theresa May, Première ministre conservatrice de l’époque, de le visionner. Illustré par des extraits du tournage et par les essais des acteurs Dave Johns et Hayley Squires, un film qui décompose pas à pas la singulière méthode Ken Loach, toujours guidée par une inflexible quête de vérité.

Il était une fois... Moi, Daniel Blake
Documentaire de Rémi Lainé (France, 2021, 53mn)
Disponible jusqu'au 18/07/2021

dimanche 16 mai 2021

Politique identitaire aux Etats-Unis, du racisme à la “cancel culture” ( Cliquer sur l'image ) | France culture 16/05/2021

À retrouver dans l'émission SIGNES DES TEMPS par Marc Weitzmann

Qu’est-ce que la Cancel culture ? Ce phénomène existe-t-il au point de menacer de faire imploser la gauche américaine et d’assurer la réélection de Donald Trump ? Grand entretien avec Thomas Chatterton Williams.

Manifestation suite au décès de Daniel Prude,
New York, septembre 2020.

A la fin du mois de juin dernier, le magazine américain Harper’s publiait une lettre ouverte intitulée "Notre résistance à Donald Trump ne doit pas conduire au dogmatisme ou à la coercition" signée par 150 écrivains, artistes et journalistes. Parmi ceux-ci figuraient plusieurs grandes figures historiques de la gauche américaine telles Noam Chomski, Gloria Steinem ou encore Michael Walser. La lettre dénonçait un climat intellectuel de menaces, de dénonciations voire de peur que les américains appellent "Cancel culture" ou culture de la censure. Né dans les universités les plus prestigieuses, centré sur les questions de race et de genre ce climat s’apparenterait à un maccarthysme de gauche, aurait infesté les médias, le monde de la culture et même la vie des entreprises. 

Cette pétition publiée en français dans Le Monde début juillet a été traduite en six langues et à la grande surprise de ses auteurs elle a provoqué partout une avalanche de réactions et de débats.

Qu’est-ce au juste que la Cancel culture, le phénomène existe-t-il au point de menacer de faire imploser la gauche américaine et d’assurer la réélection de Donald Trump ? C’est ce que l’on va voir aujourd’hui avec l’un des initiateurs de cette lettre : Thomas Chatterton Williams.

Origines et réception de cette pétition

>>> Cette lettre publiée dans le magazine Harper's puis dans le journal Le Monde a suscité de nombreux débats. Pour Thomas Chatterton Williams ce phénomène américain peut s'exporter dans d'autres pays et d'autres cultures. 

"Le projet était d'établir un document que 150 personnes avec des opinions politiques très différentes pourraient signer. On avait un spectre très vaste de Fukuyama à droite à Noam Chomsky à gauche. La lettre a provoqué une colère qui avait moins à voir avec ce qui était écrit et les valeurs et principes que nous soutenions, que ce qui était perçu comme un message caché qui aurait été indiqué par le nom des signataires." Thomas Chatterton Williams.

Quels espaces pour exprimer les désaccords ? 

Marc Weitzmann évoque cette dynamique collective qui semble hors de contrôle et le rôle des wokes. Il mentionne le New York Times comme un des épicentres du débat qui fait rage en ce moment dans les médias et le milieu culturel.

"Les gens ne sont pas prêts pour être en désaccord les uns avec les autres, mais pour faire en sorte que la personne avec laquelle ils ne sont pas d'accord soit réduite au mutisme et ne puisse plus s'exprimer dans la sphère publique. [...] La culture de la suppression c'est de prendre quelqu'un et de faire l'exemple au sujet d'une norme qui est en train de changer." Thomas Chatterton Williams.

Ces pratiques ciblent des personnes qui ont des niveaux très différents de fortune, de puissance et de célébrité.

"Si vous regardez ce qui s'est passé à Portland, à Seattle... il n'y a que des foules blanches scandant "Black Lives Matter" qui manifestent contre d'autres blancs. Il n'y a quasiment pas de Noirs qui font partie de ce débat. [...] C'est quelque chose sur la psychologie des Blancs qui n'ont plus besoin de ses victimes noires. [...] Ca maintient l'idée que les Blancs sont supérieurs aux noirs, cela donne un nouveau canal qui est plus acceptable pour dire cela." Thomas Chatterton Williams.

Enjeux pour la démocratie américaine 

Thomas Chatterton Williams revendique l'héritage de la lutte pour les droits civiques et se dit très préoccupé par la situation de la démocratie américaine.

"Ca peut vous donner une compréhension de ce que les gens ne sont pas simplement des avatars de groupes ou de catégories de couleur. [...] Il faut lutter contre l'illibéralisme qu'il vienne de la droite ou de la gauche." Thomas Chatterton Williams

Références musicales : 

  • Personal Jesus de Johnny Cash
  • Lucifer de Jay-Z
  • Voodoo Chile de Jimmy Hendrix

Interprétation simultanée par Michel Zlotowski

mercredi 12 mai 2021

Belgique : Molenbeek, génération radicale ? | ARTE 20 avr. 2021


Devenu mondialement célèbre comme un berceau du djihadisme européen, Molenbeek est la deuxième commune la plus pauvre de Belgique, avec un taux de chômage qui atteint 45 % pour les moins de 25 ans. Portrait de groupe sensible et nuancé, à la rencontre de ses habitants et de ses travailleurs sociaux.

Non loin du centre prospère de Bruxelles, Molenbeek, deuxième commune la plus pauvre de Belgique, avec un taux de chômage qui atteint 45 % pour les moins de 25 ans, a vu grandir ou passer nombre des auteurs d'attentats islamistes qui ont marqué l'actualité depuis trente ans. Mais c'est au lendemain des attaques du 13 novembre 2015, dont quatre des responsables étaient des enfants du quartier, que celui-ci est devenu mondialement célèbre comme un berceau du djihadisme européen. Le tournage de ce documentaire a commencé peu après, et ses auteurs étaient sur place quand Salah Abdeslam a été arrêté, le 18 mars 2016, et, quatre jours plus tard, quand de nouveaux attentats ont ensanglanté Bruxelles.

À la rencontre d'habitants et de travailleurs sociaux, ils tentent de comprendre pourquoi Molenbeek a ainsi nourri le djihadisme, mais aussi comment leurs interlocuteurs vivent les événements et s'organisent pour y faire face. Jeunes et vieux, parents meurtris et écoliers, imam ou curé, travailleurs sociaux et artistes, sans oublier un slameur en herbe, ils composent un portrait de groupe sensible, riche de visages et de questions, et rappellent combien la stigmatisation collective induite par des médias avides de simplification relève de l'absurde.

Documentaire de José-Luis Peñafuerte et Chergui Kharroubi (2016, 1h05mn)

Disponible jusqu'au 10/06/2021