Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures.

Saisir des mots clefs à rechercher

Catégories

Affichage des articles dont le libellé est Droits et Enjeux de société. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Droits et Enjeux de société. Afficher tous les articles

lundi 13 septembre 2021

La petite reine et le terrible roi ( Cliquer sur l'image ) | France culture 11/09/2021

Au début du XXe siècle, l’invention du pneumatique en caoutchouc révolutionne les modes de vie. Dans l’État Indépendant du Congo, propriété privée de Leopold II roi des Belges, les colons terrorisent les populations locales pour intensifier la production de caoutchouc

Les colons iront jusqu'à instaurer la pratique des mains coupées. Mais une série de photos, en appui d’une campagne internationale, va faire basculer les opinions en Europe et aux Etats-Unis.

À retrouver dans l'émission UNE HISTOIRE PARTICULIÈRE, UN RÉCIT DOCUMENTAIRE EN DEUX PARTIES

TOUS LES ÉPISODES


>>> Produire du caoutchouc à tout prix

Au début du 20e siècle, l’invention de la bicyclette avec des roues en caoutchouc est une jolie révolution dans la vie quotidienne. Rapidement, “la petite reine“, surnom du vélo, est un succès : les Européens s’équipent de ce nouveau moyen de transport. Un vent de liberté souffle sur ce début de siècle. Et avec les pneumatiques et les chambres à air, la demande en caoutchouc augmente partout, et c’est une immense opportunité de marché. 


>>> La photo du scandale

Comment connaissons-nous cette histoire ? Les mains coupées du Congo sont restées le symbole de la démesure de la violence exercée sous l’égide de Leopold II, roi des Belges, au Congo dont il est propriétaire pour exploiter les ressources naturelles du pays à son profit.

Une femme, Alice Seeley Harris, missionnaire protestante britannique, vit au Congo depuis 1898. Alice Seeley Harris a eu le réflexe de prendre une photo, première d’une série qui va faire le tour du monde. Nous sommes le 14 mai 1904. La vie d'Alice Seeley Harris et de son mari John bascule. La connaissance de l’histoire du Congo aussi. 

Un documentaire d'Élise Gruau, réalisé par François Teste.

samedi 11 septembre 2021

We are on the cusp of one of the most dangerous arms races in human history, by AC Grayling | Prospect September 6, 2021

Fully autonomous weapons threaten to outpace our ethical frameworks for what is permitted in war

The MQ-9 Reaper. Do we trust AI enough to put it
 in control of hunter-killer drones?
US Department of Defense

War has always been a driver of technological development. Indeed it might well be the driver of civilisation itself, over the course of history making greater levels of social organisation necessary to muster, equip, train and organise fighting forces, together with the central authority needed to raise taxes to pay for it all. Often the factor that tips a conflict one way or the other is the extent to which one side is capable of deploying superior weaponry. Improvements to the spear, the metallurgy of swords and armour, rapid-fire small arms, aircraft and logistical equipment have all contributed towards military victories over the course of human history.

Although the aim of conflict is as it ever was - to destroy or degrade the enemy’s capacity and will to fight - at every level from the individual enemy soldier to the economic and political system behind them, war has changed in character. This evolution is prompting new and urgent ethical questions, particularly in relation to remote unmanned military machines. Surveillance and hunter-killer drones such as the Predator and the Reaper have become commonplace on the modern battlefield and their continued use suggests - perhaps indeed presages - a future of war in which the fighting is done by machines independent of direct human control. This scenario prompts great anxieties.

Almost all technological advances in weaponry bring new ethical problems. The St Petersburg Declaration of 1868 outlawed bullets, then newly-invented, that expanded and fragmented on penetrating a victim’s body to increase their incapacitating effect. Move on 150 years and this style of bullet is now widely available in gun shops in the United States. The Hague Convention of 1899 - before heavier-than-air flight was possible, note - outlawed aerial bombardment, for example throwing grenades or dropping bombs from manned balloons and dirigibles. Chemical weapons such as mustard gas were outlawed after the First World War, and since the Second World War numerous attempts have been made to ban - or at least limit - the spread of nuclear weapons. These are all examples of futility. The most difficult kind of race to stop, or even slow, is a weapons race. The development of military technologies is the purest example of the law that “what can be done will be done if it brings advantage to those who can do it” (which I have elsewhere dubbed “Grayling’s Law”).

Unmanned drones, used in terrains and circumstances where conventional forces are at a disadvantage, are among the more recent developments. Yet this is not an issue at the margins of warfare - serious analysts suggest that if 9/11 had happened just a few years later, there might not have been a Nato invasion at all: it might have been possible to do everything using drones.

Paradoxically, drone activity is at the less bad end, if there can be such a thing, of causing death from the air. It is more selective, more precisely targeted, and therefore marginally less likely to cause collateral damage than conventional bombing. The seemingly inhuman nature of drone operations - a deadly, faceless, remotely-controlled, unmanned machine, weighed down with missiles, remorselessly homing in on its target - is a prompt for extra dislike; yet it reprises a form of killing that anciently recommended itself, embodying the same principle as stoning to death, placing the killer at a sanitary remove from the victim. Not touching the victim, not being physically nearby, is a sop to the conscience. Drone pilots in locations such as Creech Air Force base near Las Vegas have the advantage over bomber pilots of guaranteed safety, as well as the stone-thrower’s remove.

In the terminology of remote warfare, mostdrones are described as “human-in-the-loop” weapons - that is, devices controlled by humans who select targets and decide whether to attack them. Other “human-on-the-loop” systems are capable of selecting and attacking targets autonomously, but with human oversight and the ability to override them. Examples include the Phalanx CIWS air-defence system used by the US, British, Australian and Canadian navies and described as “capable of autonomously performing its own search, detect, evaluation, track, engage and kill assessment functions,” and Israel’s Iron Dome system, intercepting rockets and shells fired from Palestinian territory.

Where the ethical battle is hottest, however, is in relation to “human-out-of-the-loop” systems: completely autonomous devices operating on land, under the sea or in the air, programmed to seek, identify and attack targets without any human oversight after the initial programming and launch. The more general term used to describe these systems is “robotic weapons,” and for the attacking kind “lethal autonomous weapons” (LAWs). There is a widespread view that they could be in standard operational service before the mid-21st century. Hundreds of billions of dollars are being invested in their development by a mixture of the US, China, Russia and the UK.

The areas of concern over their use are clear. The idea of delegating life-and-death decisions to unsupervised armed machines is inconsistent with humanitarian law, given the potential danger that they would pose to everyone and everything in their field of operation, including non-combatants. Anticipating the dangers and seeking to pre-empt them by banning LAWs before they become widely operational is the urgently preferred option of human rights activists. The “Campaign to Stop Killer Robots,” run by Human Rights Watch, has been successful not just in raising public concern but in marshalling support for a ban; at the time of writing 31 states, the European Parliament, the UN secretary-general, thousands of AI experts and scientists, and nearly two-thirds of people polled on the issue support an outright ban.

“The most difficult kind of race to stop is a weapons race”

International humanitarian law already contains provisions that outlaw the deployment of certain weapons and tactics, especially those that could be injurious to non-combatants. LAWs are not mentioned because they did not exist at the time the documents were drafted, but the intentions and implications of the various appended agreements and supplementary conventions are clear enough. They provide that novel weapons systems, or modifications of existing ones, should be examined for their consistency with the tenor of humanitarian law.

One of the immediate questions with LAWs is whether they could be programmed to conform to the principle of discrimination: that is, whether they would reliably be able to distinguish between justified military targets and everything else. Could they be programmed to make a fine judgment about whether it is necessary to deploy their weapons? If so, could they be programmed to adjust their activity so that it is proportional to the circumstances they find themselves in? Distinction, necessity and proportionality are key principles in the humanitarian law of conflict, and in each case flexible, nuanced, experienced judgment is at a premium. Could an AI programme instantiate the capacity for such judgment?

This would require AI to be developed to a point where battlefield analysis and decisions about how to respond to threats are not merely algorithmic but have the quality of evaluation that, in human beings, turns on affective considerations. This is best explained by recalling psychologist Antonio Damasio’s argument that if a purely logical individual such as Star Trek’s Mr Spock really existed, he would be a poor reasoner, because of the lack of  emotional dimension to his thought. A machine would need subtle programming to make decisions consistent with humanitarian considerations. Creating a machine analogue of compassion, for example, would be a remarkable achievement; but a capacity for compassion is one of the features that discriminating application of humanitarian principles requires.

Someone might reply to this by saying that human emotions are just what should not be required on the battlefield; machines would be less erratic as they would never be emotionally conflicted, making them swifter, more decisive and less error prone than most—if not all—humans. But the question is whether we wish the decision-maker in a battle zone to be this way, given that the capacity to read intentions, interpret behaviour and read body language is key to conforming to humanitarian law. These are psychological skills that humans develop early in life, and which they apply in mainly unconscious ways. To programme killer robots with such capacities would be yet another remarkable achievement.

“Who would be held accountable if autonomous weapons went haywire—commanders, manufacturers or governments?”

What is at issue here is something beyond facial recognition AI, a concern to human rights activists because of surveillance and privacy implications. The “something beyond” is the capacity of such systems to read and interpret emotions in faces. Emotion recognition is offered by Microsoft, Amazon and IBM as features of their facial recognition software, with obvious benefits to marketing campaigns and advertisers monitoring responses to their products.

But it is also claimed that the ability of machines to read emotions has more general applications, from identifying potential terrorist threats to road safety. The risk of deliberate misuse, not least in racial profiling, is obvious; less obvious is the prospect of fatal mistakes—for example, someone being shot to death because a system identifies them as an immediate terrorist threat on the basis of what it interprets as their emotional state.

It is surely inevitable that such technology will be used in LAWS to identify enemy combatants and read their intentions. Proponents will argue that such systems might have a higher degree of reliability than humans in battle situations, where our judgment can be affected by noise, confusion and anxiety. The answer to this, in turn, is to ask a simple question: if a person smiles, does it invariably and infallibly mean that they are happy? Are emotional indicators such as smiling or extending a friendly hand infallible indicators of an emotional state or an intention? Consider what any normal person would say in reply.

Another question concerns who would be held accountable if LAWs went haywire and killed everyone they encountered, irrespective of who or what they were and what they were doing. Would it be the military’s most senior commanders? The programmers? The manufacturers? The government of the state using them? Identifiable accountability is an important feature of humanitarian protection in times of conflict, because it imposes some restraint on what is done by militaries. Ambiguity or outright absence of it affords too much licence.

At time of writing, the governments of countries developing unmanned weapons and robotic systems still officially maintain that they have no intention of allowing their use without human supervision. But one knows what can happen to good intentions. And whereas we know that the rise of LAWs is inevitable, we have no sense of the limits of their further development or application: policing demonstrations? Conducting warfare in space? The science-fiction imagination, so often anticipating scientific fact, has no obvious boundaries here.

It could be that systems will be developed that render weapons ineffective—this would be the ultimate stop to war, given that most people would rather make peace than try to kill one another. Is that a pipe dream? In every house connected to an electricity supply there is a trip switch which, when the system overloads or there is a short, turns the power supply off. A trip switch for weapons of every kind would be wonderful. To some extent - so far - the mutual risks of nuclear warfare have constituted, as deterrence, a trip switch against that kind of war; other kinds of trip switch against other kinds of war might yet be possible.

Yet even as these words are written, there are doubtless researchers developing devices whose role in the future of war we do not yet know and cannot even anticipate. So long as war continues, so long will there be a race to gain technological advantages over real and putative enemies. LAWS, drones the size of mosquitoes, cyberspace marauders, sonic and laser weapons, violence in space, interdictions of the means of economic and personal life, indeed approximations of almost anything that our imaginations can offer, are almost certainly in current development. The question for the world is whether it is simply going to let this process unfold at its present breakneck speed, with scarcely any effort to limit and control the horrendous consequences that could follow.

AC Grayling is a philosopher and the master of the New College of the Humanities

lundi 6 septembre 2021

∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ « Ce qui distingue l’antisémitisme des diverses formes de racisme » par Yves Charles Zarka, philosophe | Le Monde 03 septembre 2021

Le retour d’un antisémitisme décomplexé, notamment dans les manifestations antivaccin et antipasse, « interroge et inquiète à juste titre », car il atteste que l’inhibition qui avait suivi la Shoah a quasiment disparu, explique le philosophe Yves-Charles Zarka dans une tribune au « Monde ».

Tribune. Le samedi 7 août, lors d’une manifestation antipasse sanitaire à Metz, une femme est photographiée avec une pancarte où sont inscrits plusieurs noms d’hommes politiques, d’hommes d’affaires et d’intellectuels dont la plupart sont juifs, autour du slogan « Mais qui ? ». En 2019, certaines manifestations des « gilets jaunes », centrées sur des revendications sociales de personnes n’arrivant pas à boucler leurs fins de mois, sont l’occasion de propos et d’actes graves ciblant la communauté juive.

En 2021, certains antivax circulent avec une étoile jaune sur la poitrine, assimilant ainsi la stigmatisation dont ils font l’objet dans leur refus d’être vaccinés, avec celle des juifs obligés de porter l’étoile jaune dans les pays occupés par les nazis. Comme si le sort des personnes non vaccinées dans un pays démocratique était assimilable à celui des juifs qui étaient ainsi désignés pour être transférés vers des camps d’extermination. Banalisation inouïe de l’extermination.

 >>> Enquête : Dans les manifestations antivaccin et antipasse, le retour de l’antisémitisme d’extrême droite décomplexé

Ces manifestations de l’antisémitisme explicite ou larvé interrogent et inquiètent à juste titre, car elles attestent que l’inhibition de l’antisémitisme qui avait suivi la Shoah a quasiment disparu. Les relents antisémites refont surface, et, au-delà de ces relents, il y a aussi des actes et mêmes des meurtres antisémites dont les raisons restent parfois obscures. La spécificité de l’antisémitisme réside dans la permanence de la stigmatisation et de l’accusation des juifs et sa réinvention selon le moment et l’occasion.

Bien entendu, certains moments de l’antisémitisme relèvent du racisme, cela n’a pas commencé aux XIXe et XXe siècles, avec le nazisme comme sommet de l’horreur, mais déjà à la fin du XVe siècle, en Espagne et au Portugal, avec le principe d’exigence de « pureté de sang ». En ce sens, il est légitime que l’antisémitisme soit mis, aux plans de la morale et du droit, au même rang que toutes les autres formes de racisme touchant la couleur de la peau, le sexe, l’ethnie ou encore le mode de vie.

Trois caractères distinctifs

L’antisémitisme comme toute autre forme de racisme n’est pas une opinion, c’est un délit. Il n’en reste pas moins que trois caractères distinguent l’antisémitisme des diverses formes de racisme.

Premièrement, aucune forme d’accusation, de mépris et de persécution à l’égard d’un peuple, à travers les communautés qui s’y reconnaissent, ne s’est maintenue sur une si longue durée. L’antisémitisme commence avant le christianisme (on en a le témoignage dans un texte de la fin du Ier siècle, le Contre Apion de Flavius Josephe, lequel entend démontrer l’antiquité de la communauté juive, la sienne, et la défendre contre l’accusation hallucinatoire de meurtre rituel, ce qui atteste l’antiquité de cette accusation) et continue avec certains courants du christianisme, par l’accusation suprême de déicide, dans l’Antiquité, le Moyen Âge et la Renaissance. Il se poursuit dans les temps modernes avec des motifs n’ayant rien de religieux, comme l’identification des juifs avec l’argent et le capitalisme, le caractère parasite de cette communauté sans liens avec une terre particulière et sans patrie, donc sans attachements, sans fidélité autre qu’à elle-même, donc traîtresse par essence. Les juifs sont alors, aisément, accusés de fomenter des complots non pas simplement locaux mais mondiaux.

La cause de tous les maux

Ainsi, Les Protocoles des sages de Sion, faux produit créé par la police tsariste au début du XXe siècle, qui décrit le prétendu plan de la conquête du monde par les juifs et les francs-maçons, a-t-il très bien fonctionné et continue d’être diffusé actuellement dans certains pays arabes. En somme, on a fait des juifs pratiquement la cause de tous les maux possibles et imaginables, et cela pas seulement de la part de populations ignorantes ou superstitieuses, mais aussi de personnalités politiques ou d’écrivains (Louis-Ferdinand Céline en est la figure la plus emblématique) et même d’illustres philosophes comme, entre autres, Heidegger, lequel voyait dans les juifs la cause de l’oubli de l’être et de l’effondrement du monde moderne dans un rapport technique et productif à la terre, et qui reprochait aux nazis de n’avoir pas été assez radicaux.

>>> Antisémitisme : le poison de la banalisation

Deuxièmement, outre sa durée, l’antisémitisme, comme on vient de l’esquisser, a des figures très diverses. Il ne s’agit pas d’une accusation identique récurrente mais d’une accusation permanente à travers des métamorphoses, dont l’une des plus récentes est la transformation politique de l’antisémitisme en antisionisme, quand il y a délégitimation de l’État d’Israël en tant que tel, c’est-à-dire volonté que cet État soit détruit, et, pourquoi pas, les juifs rejetés dans la mer. La métamorphose politique de l’antisémitisme est alors souvent liée à une « désappropriation » de l’histoire diasporique de ce peuple, et même de ses espérances (retour sur la terre de ses ancêtres), et à sa « réidentification » de victime en bourreau.

Propagation mondiale

Troisièmement, il y a, à bien des égards, une diffusion quasi universelle de l’antisémitisme. Non qu’il soit d’emblée partagé à travers le monde, mais qu’il se diffuse avec facilité, de sorte que parfois l’antisémitisme se propage là même où l’on n’a jamais vu un seul individu de confession juive, ou encore là où l’antisémitisme n’existait pas.

Sur ces trois points, l’antisémitisme se distingue des formes du racisme. On comprend donc que la question revienne de manière récurrente : pourquoi cette permanence, malgré les démentis de l’histoire, pourquoi ces métamorphoses, pourquoi cette facilité de diffusion ? Pourquoi les juifs sont-ils l’objet d’accusations et de persécutions quasi systématiques pour des motifs non seulement différents mais parfois diamétralement opposés ?

Les juifs apparaissent comme une anomalie dans l’histoire, un peuple dispersé, en exil, constitué de communautés diverses dans une multiplicité de pays et qui pourtant maintient une identité à travers une foi et des traditions communes. Cela est tout à fait étrange, nul autre peuple dont l’antiquité est attestée n’a ce caractère. C’est cela sans doute qui à la fois distingue les juifs et permet de les désigner, cette désignation pouvant devenir un stigmate objet d’accusation et de haine.

Yves Charles Zarka est philosophe, professeur émérite à l’Université de Paris, fondateur et directeur de la revue Cités (PUF).

>>> Yves Charles Zarka (Philosophe)

>>> En Belgique comme en France, le même déni de l'antisémitisme par les antiracistes, par Nadia Geerts | Marianne 17/05/2021

jeudi 2 septembre 2021

∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ Mon boss est un algorithme ( Cliquer sur l'image ) | France culture 05/07/2021

À retrouver dans l'émission LES PIEDS SUR TERRE par Sonia Kronlund

Julie est micro travailleuse et elle a entraîné Cortana, l’assistante vocale de Microsoft. Nassim, lui, était livreur pour Deliveroo et son temps de travail était décidé par un algorithme. Deux histoires de micro travailleurs précaires qui posent d'importants problèmes éthiques.

Ouvrières et ouvriers du Net, leur boss est
un algorithme ou un robot.

Julie a été micro travailleuse. Après toute une série de tests – non rémunérés – elle est acceptée, dit-elle, par le site de recrutement, suite à quoi elle est envoyée sur une plateforme de micro travail appartenant à Microsoft. Son travail consiste à entraîner Cortana, l’assistante vocale de Microsoft, dans la plus grande précarité. Pour ce faire, elle écoute les conversations et corrige les fautes de l’intelligence artificielle. 

"La société qui m’employait était chinoise, mon manager était basé en Italie, le site fait référence à l’Espagne en ce qui concerne les mentions légales et les paiements venaient des Etats-Unis."

"Au bout d’un moment, il n’y avait plus assez de travail, nous étions trop nombreux à avoir été recrutés. On aurait dit un groupe de vautours qui se jetaient sur toutes les transcriptions qui arrivaient sur la plateforme de micro travail.  C’était impressionnant de voir les chiffres descendre d’un coup. En cinq minutes, les trois milles transcriptions avaient disparu."

"Il fallait faire entre cent-vingt et cent soixante-dix transcriptions à l’heure. Si on en faisait moins, on était expulsés et si on en faisait plus, on était rappelé à l’ordre en nous disant qu’on bâclait notre travail."

>>> Tous évalués : sous le joug des étoiles

Même si Julie parvient à obtenir des transcriptions, son salaire ne dépasse jamais plus de six-cents euros. Son micro-travail est précaire, dans la solitude de son salon ou de sa chambre. D’autre part, l’entrainement d’assistants vocaux pose également des questions éthiques : écoute de conversations privées, employés non soumis à des clauses de confidentialité, enregistrement de conversations alors que assistant vocal n’a pas été sollicité… Ces écoutes pratiquées par de nombreuses entreprises d'informatique mettent en péril le droit à la vie privée et donnent lieu à des questionnements encore inédits. 

"Parfois, Cortana se déclenchait de façon non-sollicitée, donc elle enregistrait quelque chose alors qu’on ne l’avait pas activée. C’est là où des pistes pouvaient durer trois minutes. Elle est aussi connectée à la X-box, donc on entendait les conversations de personnes qui jouent à des jeux en réseau."

"C’étaient des choses complètement privées, les gens n’avaient clairement pas conscience que d’autres personnes allaient entendre leur conversation. Je ne me doutais pas que j’allais avoir accès à toutes ces données personnelles et confidentielles. C’était hyper-alarmant."

>>> Plateformes : qui a envie du salariat ?

De son coté, Nassim a été livreur pour Deliveroo et lui aussi a été un micro travailleur précaire. Il n’a jamais rencontré de représentant. Il dit lui-même que son patron était un algorithme. Peu importe la météo, il effectuait ses livraisons. Au début, il recevait des primes lorsqu’il pleuvait ou neigeait. Mais, en 2019, les primes ont soudain disparu. Pire encore, une nouvelle tarification entre en vigueur : Deliveroo s’aligne sur les prix de Uber Eats et divise le salairedes livreurs par deux.

"J’ai travaillé pendant l’hiver 2018. Je suis arrivé à 62 heures par semaine. Une commande toute les douze, treize minutes."

Après avoir participé à un mouvement social suite à la baisse drastique de son salaire, Nassim reçoit un mail qui lui annonce la fin de son contrat. Aucun motif de renvoi n’est mentionné. Grace à un journaliste du Huffington Post, il découvre qu’il est en fait soupçonné d’avoir volé des commandes qu’il était censé livrer. Le comble étant qu’aucune preuve ne peut être avancée par l’entreprise.

"On travaille pour un robot. Ce n’est pas de l’humain."

"En tant qu’indépendant je n’ai pas droit au chômage. En ayant travaillé cinquante-cinq heures par semaine, en ayant fait plus de deux-cent heures par mois pendant presque un an, je n’ai pas droit au chômage donc à partir de demain, je suis à 0€ par mois."

>>> "Loue un compte Uber Eats, 100 euros par semaine" : enquête sur la livraison en sous-location

Reportage : Martine Abat

Réalisation : Anne-Laure Chanel

Merci à Julie et Nassim.

Musique de fin : "Everyday robots”, Damon Albarn.

lundi 2 août 2021

Plus de 400 nouveaux migrants secourus en Méditerranée centrale | LN24 01.08.21

Plus de 400 migrants à bord d'une embarcation en bois ont été secourus par trois ONG en Méditerranée centrale dans la nuit de samedi à dimanche portant à près de 600 le nombre de personnes recueillies durant le week-end, a annoncé SOS Méditerranée.

"Le sauvetage effectué dans les eaux internationales a été périlleux, la grande embarcation en bois dans laquelle se trouvait plus de 400 personnes était en train de prendre l'eau", a expliqué une porte-parole de l'ONG européenne SOS Méditerranée affréteur de l' >>> Ocean Viking, navire de secours en mer.

Les rescapés ont été répartis sur trois bateaux: le Sea-Watch 3 de l'ONG Sea-Watch, le Nadir de l’ONG ResQship et l'Ocean Viking ,tout trois ayant participé au secours qui a duré jusqu'au petit matin.

Il s'agit de la cinquième opération de secours effectuée par l'Ocean Viking depuis samedi. Le navire qui avait déjà recueilli 196 personnes au cours de différents sauvetage au large de la Libye compte désormais à son bord 449 rescapés. Ils vont recevoir des soins comme ceux ayant trouvé refuge sur le Sea-Watch 3, précise SOS Méditerranée.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), au moins 1.146 personnes sont mortes en mer au cours du premier semestre 2021 en tentant de rejoindre l'Europe.

SOS Méditerranée assure avoir secouru plus de 30.000 personnes depuis février 2016, d'abord avec l'Aquarius, puis l'Ocean Viking.

AFP

Le Monde >>> Plus de sept cents migrants secourus durant le week-end en Méditerranée

Depuis samedi, six sauvetages de migrants à bord d’embarcations de fortune ont été effectués dans les eaux internationales, notamment au large de Malte et de la Libye.

vendredi 30 juillet 2021

Viol : pourquoi le cerveau empêche certaines victimes de réagir | Le Monde 25 juil. 2021


Figées, bloquées, muettes… De nombreuses victimes de viol ou d'autres agressions sexuelles témoignent avoir été incapables de réagir face à leur agresseur. Selon une étude de l’institut suédois Karolinska publiée en 2017, 68 % des victimes de viol déclarent avoir été totalement paralysées face à leur agresseur.

Une partie de la réponse se trouve du côté du cerveau et de ce que les chercheurs appellent la « sidération psychique » et la « dissociation traumatique ». De quoi s'agit-il ? Explication.

Avec Muriel Salmona, psychiatre, Anne Bouillon, avocate spécialisée en droit des femmes, et le témoignage de Clara, Lara et Nouna.

samedi 24 juillet 2021

Le populisme, caricature de la démocratie, par Mauro Barberis | Revue Esprit 16 oct. 2019

Le populisme simplifie les principes de la démocratie (souveraineté du peuple, égalité, représentation) jusqu’à la caricature. 

Dans un tel régime, le peuple gouverne contre les élites, notamment grâce aux nouveaux médias numériques.

« Parmi tous les régimes imparfaits, la démocratie est de beaucoup le moins imparfait, parce que c’est celui qui limite le plus la capacité d’action des gouvernants[1]. »

Le populisme dont on parle aujourd’hui n’a rien à voir avec les populismes historiques : il est un phénomène global et essentiellement numérique. Si on ne parle pas de populisme à propos de la Chine, par exemple, c’est précisément parce qu’Internet y est contrôlé par le gouvernement, et non l’inverse. En revanche, on parle de plus en plus de populisme à partir de 2016 (Brexit, victoire de Trump, etc.), précisément à propos des démocraties occidentales consolidées. C’est là qu’Internet va jusqu’à remplacer la démocratie. Internet va devenir notre environnement vital et le populisme numérique le mode de fonctionnement normal des démocraties occidentales. Pourtant, ou peut-être à cause de cela, celles-ci risquent de se rapprocher de plus en plus des démocraties illibérales, telles que la Russie ou la Turquie.

Souveraineté, égalité, représentation

Ce n’est pas le moindre paradoxe de l’histoire de la démocratie qu’elle soit arrivée, pour ainsi dire, sans que personne ne la veuille. Aujourd’hui, en effet, on n’appelle démocratie que le système parlementaire issu des deux révolutions anglaises et ensuite exporté partout. Ce système, « trouvé dans les bois » d’après Montesquieu, était régi par trois formules magiques : « souveraineté », « égalité », « représentation ». Ces abracadabra, pris à la lettre sur Internet, se prêtent à merveille aux simplifications populistes.

D’abord, « souveraineté du peuple » est la formule qui évoque la démocratie, jamais nommée dans les constitutions révolutionnaires. 

Aux États-Unis, le peuple était le sujet de la formule d’ouverture de la Constitution fédérale – We, the People – tandis qu’au Royaume-Uni on parlera de la souveraineté du Parlement. Mystère vite expliqué : les Anglais, et même les Américains, se méfiaient du concept continental de souveraineté, perçu comme le mot d’ordre du despotisme.

Le mot « souveraineté », par ailleurs, a deux sens qu’il faut soigneusement distinguer. Il peut signifier la souveraineté interne, ou de droit constitutionnel, attribuée au peuple, mais aussi la souveraineté externe, ou de droit international, dont les titulaires sont les États. Ici, on ne parle que de la première, mais une des simplifications de la propagande populiste est justement l’assimilation des deux, avec leur confiscation par les chefs populistes qui arrivent au pouvoir.

Pourtant, le principe de la souveraineté du peuple a toujours été formulé en des termes que l’on pourrait bien dire libéraux. La Déclaration de 1789 établit : « Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément. » La Constitution de 1791 réitère : « La Souveraineté est une, indivisible, inaliénable et imprescriptible. Elle appartient à la Nation ; aucune section du peuple, ni aucun individu, ne peut s’en attribuer l’exercice. » Ces formules, comme l’avait déjà noté Marx, établissent à la fois le principe de la souveraineté du peuple et celui de sa limitation. Le peuple est la source de toute légitimité, mais rien de plus : comme le roi constitutionnel, il règne toujours, mais ne gouverne jamais. On a parlé à ce propos du « paradoxe central de la démocratie libérale[2] ». Loin d’être paradoxale, cette interprétation de la souveraineté populaire est presque incontestée, parce que c’est la seule qui immunise contre le despotisme.

Le deuxième mot magique démocratique, et peut-être le plus mal compris, est évidemment l’égalité[3]. 

En 1789, quelques révolutionnaires pensèrent qu’avant de se retrouver dans un cachot ou pendus à un réverbère pour s’être retournés contre le gouvernement légitime, il fallait laisser une sorte de testament, afin que ceux qui les suivraient reprennent leur combat. Ainsi est née la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, qui sera par la suite considérée comme un document constitutionnel.

La valeur la plus troublante proclamée dans ce testament reste précisément l’égalité : elle ne signifiait alors que l’abolition de toutes les distinctions de rang, parmi prêtres, nobles et bourgeois. Aujourd’hui, elle exprime le principe d’égalité formelle : l’abolition de toute distinction de sexe, de race, de langue, de religion… Égalité formelle, pourtant : le principe même de la justice légale et en particulier constitutionnelle, la moins démocratique de toutes, si on peut le dire.

Or, notamment après la mondialisation et l’augmentation exponentielle des inégalités de richesse, du moins à l’Ouest, l’égalité a pris un sens complètement différent. Elle est devenue un drapeau rouge à agiter devant le peuple, afin de lui rappeler à quel point les élites le trompent. Voici le récit populiste : sous prétexte de donner au peuple une égalité formelle, l’élite lui enlève le travail, le bien-être, les services sociaux, morceau par morceau.

Pour les populistes, le peuple doit gouverner, contre les élites.

En somme, l’égalité souffre du même malentendu que la souveraineté du peuple. Pour les juristes, les mots « souveraineté » et « égalité » ont une signification technique, tandis que pour les populistes ils conservent leur sens ordinaire : le peuple doit gouverner, contre les élites. Dans ce même décalage de sens, en effet, les populistes dénoncent une autre entourloupe des ennemis du peuple. Cela devient évident sur Internet, cette extraordinaire invention pour faire croire à chacun qu’il sait ce qu’il ignore.

Enfin, on appelle démocratie, depuis deux siècles, la démocratie représentative, fondée sur une troisième formule magique, celle de la représentation. Représenter signifie rendre présent ce qui est absent. Or, dans la démocratie parlementaire, comme l’avait déjà compris Joseph de Maistre, le peuple est précisément l’absent par excellence[4]. En effet, les représentants sont élus à deux fins : exprimer une volonté en l’attribuant au peuple, et délibérer, voire prendre des décisions sans l’embarras du mandat impératif.

Ainsi, le principe de la souveraineté du peuple, dans son sens à la fois technique et ordinaire, serait violé si un dirigeant ou un parti pouvait prétendre représenter la totalité du peuple en en excluant une partie. Il faut rappeler qu’il s’agit de l’appropriation typique des totalitarismes du siècle passé et des populismes actuels[5]. Mussolini, Hitler et Staline hier, Trump, Orbán ou Salvini aujourd’hui, prétendent représenter le peuple directement, sans médiation.

En réalité, il y a une médiation, et la médiation par excellence : celle des médias. 

Les dirigeants totalitaires n’avaient que la radio : s’ils avaient eu la télé, comme Berlusconi, ou Twitter, comme Trump, peut-être n’auraient-ils pas déclenché la Seconde Guerre mondiale. Voyons le côté positif de la chose. Auparavant, surtout dans le tiers monde, les hommes forts devaient faire des coups d’État sanglants pour s’emparer du pouvoir. Maintenant, il y a Facebook.

jeudi 22 juillet 2021

À l'origine de la société de surveillance : le panoptique | France Culture 3 déc. 2019


Big Brother n'a rien inventé, en réalité nous sommes observés depuis bien longtemps. En 1791, le philosophe Jeremy Bentham invente une prison appelée le panoptique, il crée ainsi l'ancêtre de la société de surveillance.

mardi 20 juillet 2021

"Il y a une réelle possibilité d'abus de pouvoir des gouvernements" | ARTE 4 mai 2020


Par Martin Untersinger et Damien Leloup

Comme un virus, l'idéologie du tout sécuritaire se répand à la mesure d'une révolution numérique à la puissance exponentielle. Va-t-elle transformer notre monde en une planète habitée par 7 milliards de suspects ? Quel niveau de surveillance nos libertés individuelles peuvent-elles endurer ?  

Interview de Martin Drago, juriste à la Quadrature du Net, et de Bénédicte Jeannerod, directrice France de Human Rights Watch. 
Site de la Quadrature du Net : >>> https://www.laquadrature.net/en/
Site de Human Rights Watch : >>> https://www.hrw.org/fr

vendredi 16 juillet 2021

Fascisme, le retour ? | Géopolitis 29 janv. 2021


Les connexions entre l’extrême droite aux USA et en Europe, un danger pour la démocratie ?
Invité : Marc Lazar, historien, professeur à Sciences Po - Paris 

Un siècle après la Marche sur Rome de Benito Mussolini, certains groupes d'extrême droite ne cachent plus leur envie d'en découdre, allant jusqu'à prendre d'assaut les parlements nationaux à Washington ou Berlin. Est-ce comparable pour autant ? Le décryptage de Géopolitis avec l'historien Marc Lazar.

L'avenir dira si l'opération contre le Capitole à Washington le 6 janvier avait été pensée et calculée pour prendre le pouvoir aux Etats-Unis ou s'il s'agissait d'un acte spontané à l'appel d'un président téméraire, finalement dépassé par l'ampleur du phénomène. Quoi qu'il en soit, les images tournées à Washington ont révélé la capacité à mobiliser de Donald Trump, mais aussi de certains groupes affiliés à l'extrême droite américaine, l'alt-right, qui réunit Proud boys, mouvements patriotes ou encore le tristement célèbre Ku Klux Klan.

"On peut se demander si cet assaut sur le Capitole est l'équivalent de la prise du Palais d'hiver par les Bolcheviks en 1917 ou de la Marche sur Rome de Mussolini en 1922", reconnaît Marc Lazar, spécialiste du fascisme, invité dans l'émission Géopolitis de la RTS. Prudent, l'historien précise cependant que ces deux événements relevaient -eux- clairement d'une opération visant à prendre le pouvoir, menée par un parti bien organisé avec des formes militarisées utilisées comme moyen de pression.

Au sommaire:

- Le Zap: la démocratie prise d’assaut
- Marc Lazar: "Le fascisme a un projet politique"
- La galaxie de l’ultra-droite essaime aux États-Unis et en Europe
- Marc Lazar: "Le populisme est enraciné dans nos sociétés"
- Allemagne, France, Italie, la tentation de l’extrême-droite
- Lorsque l’Italie fasciste de Mussolini se prépare à la guerre

Géopolitis, une émission de la Radio Télévision Suisse et TV5 Monde. Chaque semaine, la rédaction de Géopolitis décode les affaires du monde, en s'entourant des meilleurs experts et observateurs des relations internationales. Politique, commerce, santé, coopération ou écologie, retrouvez l'actualité de la planète sur le web en tout temps et le dimanche à 12h05 sur RTS Un. 

jeudi 15 juillet 2021

Sexualité : en finir avec les injonctions paradoxales, par Maïa Mazaurette | Le Monde 23 février 2020

« Il faut pimenter sa vie sexuelle », « le sexe est meilleur quand il fait un peu mal »... Les femmes sont victimes de matraquage, dénonce Maïa Mazaurette dans une chronique « coup de gueule ». Car comment réussir à s’écouter quand on demande de considérer l’insulte comme un compliment et la douleur comme un plaisir ?

Dans l’introduction de son célèbre Erotisme, paru en 1957, Georges Bataille écrit que « si l’union des deux amants est l’effet de la passion, elle appelle la mort, le désir de meurtre ou de suicide ». Charmant, n’est-ce pas ?

On pourrait se dire que l’auteur avait oublié son Prozac ce matin-là. Que les temps ont bien changé. Ou que Georges Bataille s’inspirait d’un autre George : Orwell. En 1949, ce dernier inventait la novlangue, dans son roman culte 1984. Ses formules paradoxales sont entrées dans la légende : « la guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, l’ignorance c’est la force ».

Or, dans le domaine sexuel, en 2020, Bataille et Orwell n’ont rien perdu de leur pertinence. Au contraire, d’ailleurs, puisque le cocktail « contradiction + aliénation » semble constituer l’imparable formule magique des injonctions sexuelles destinées aux femmes. Et ça fait des décennies que ça dure...

La liste est longue :

– Il faut « pimenter sa vie sexuelle ». (Rappel : le piment, ça brûle. Personne ne devrait nous demander de passer nos précieux organes génitaux au chalumeau.)

– Le sexe est meilleur quand il fait « un peu » mal. (Corollaire : il faut ressentir de la douleur pour se sentir vivante. Sub-corollaire : les femmes sont toutes masochistes, parfois « sans le savoir ».)

– Quand elle dit non, elle pense oui. (17 % des Français adhèrent à cette formule, 18 % pensent que les femmes prennent du plaisir à être forcées, selon l’enquête Ipsos/Mémoire Traumatique de 2019.)

– Le désir des femmes consiste à être désirées. (Traduction : le désir des femmes est sous-traité à leurs partenaires, elles n’ont pas besoin d’en ressentir elles-mêmes, il est donc parfaitement naturel qu’elles se forcent quand elles ont la libido au fond du panier à linge sale.)

– Pour augmenter son excitation sexuelle, il faut utiliser des mots qui délégitiment le désir sexuel. (Par exemple en utilisant du dirty talking, en acceptant de se faire traiter de noms d’oiseaux.)

– Quand on est exaspérée par notre partenaire, rien de tel que le hate sex, soit littéralement le « sexe haine » – Orwell aurait apprécié, lui qui avait inventé le « crimesex ». (Traduction : quand l’autre nous a blessée psychologiquement, laissons-le nous blesser physiquement avec des rapports sexuels brutaux.)

– Quand une femme hétérosexuelle est vraiment amoureuse de son partenaire, elle consent à des plans à trois avec une autre femme. (Une hétérosexuelle est toujours un peu bisexuelle. Les fantasmes du partenaire sont plus importants que nos propres préférences.)

– Une femme libérée se reconnaît à son acceptation de la contrainte (dans le bondage, par exemple).

– Quand la sexualité conjugale nous ennuie, il faut acheter un Kamasutra. (Traduction : quand la pénétration vaginale nous ennuie, il faut se référer à un ouvrage proposant d’autres pénétrations vaginales.)

– La zone de confort est ennuyeuse, mais l’ennui est inconfortable, le confort est donc inconfortable. (Nous voici en plein sophisme.)

– Pour se redécouvrir mutuellement, il faut tenter le quick sex – le « petit coup vite fait ». (Autrement dit, en prenant moins de temps l’un pour l’autre, en se consacrant moins d’attention, on va évidemment faire des étincelles.)

– Pour être un bon coup, il vaut mieux prétendre n’avoir aucune expérience. (Insérez ici vos fantasmes de Pygmalion et autres métaphores sur la supériorité des amantes « fraîches ».)

– Pour atteindre l’orgasme, il faut lâcher prise (et pourtant, dans aucun autre domaine on ne demanderait à quiconque de « lâcher » pour « atteindre »).

– Les fantasmes de viol et de soumission sont totalement compatibles avec le féminisme. (Si cette idée ne grattait pas aux entournures, les féministes n’en discuteraient pas aussi souvent.)

– Pour vraiment incarner son féminin, il faut embrasser sa passivité et son absence. (Le point « tantra et complémentarité Mars-Vénus » de cette chronique est officiellement atteint.)

Soyons claire : l’objectif ici n’est pas de juger les personnes qui sont en accord avec ces « conseils ». Nous sommes des êtres humains complexes, nous pouvons parfaitement vivre (et être heureux) en enchaînant les grands écarts intellectuels et les saltos arrière mentaux.

Cependant, cette répétition des injonctions paradoxales et des doubles discours devrait nous alerter. Ainsi que leurs destinataires. Parce que quand un homme dit non, personne ne vient lui expliquer qu’il pense oui. Parce que quand il a mal, personne ne prétend que c’est pour son bien, que ça n’a pas d’importance, ou qu’il doit réessayer pour s’habituer. Aucun magazine masculin ne propose de se frotter le pénis contre une râpe à fromage avant un rapport pour « pimenter » ses ébats.

Le point commun de ce matraquage est simple : aux femmes, et aux femmes seulement, on demande de nier leur propre ressenti. Pas parce qu’elles sont folles, mais parce que leur ressenti constitue un bâton dans les roues des partenaires égoïstes (tous les hommes ne sont pas égoïstes). Si les femmes cessent de se faire confiance, alors on peut leur faire subir absolument n’importe quoi : en l’occurrence des violences, des injures, des rapports non désirés et des techniques sexuelles inefficaces.

Tour de passe-passe

Dans son ouvrage Pourquoi le patriarcat ? (Flammarion, 2019), la psychologue américaine Carol Gilligan raconte comment la construction de l’identité féminine repose sur ce tour de passe-passe. Vers la pré-adolescence, les filles apprennent à dire « I don’t know » (« je ne sais pas »), tandis qu’encore plus tôt, les petits garçons apprennent à dire « I don’t care » (« je m’en fiche »).

Cette réduction au silence de ses propres émotions génère des conséquences bien réelles, comme des troubles de la concordance sexuelle. Les travaux de la sexologue américaine Meredith Chivers démontrent en effet que même quand les femmes ressentent une excitation physique (afflux sanguin dans les zones génitales, lubrification), elles n’en sont pas toujours conscientes. Exactement comme s’il existait une barrière invisible entre la tête et le corps.

Cette discordance est probablement multifactorielle (autocensure, tests mal adaptés, etc.), mais tout de même : comment s’écouter soi-même, quand notre culture sexuelle nous demande en permanence de considérer l’insulte comme un compliment, la douleur comme un plaisir, ou le ressentiment comme un motif de désir ? Quand il faut en permanence « transcender » les signaux les plus élémentaires du corps ?

Ces aphorismes ne concernent d’ailleurs pas seulement le champ sexuel : « la force des femmes, c’est leur faiblesse », « Les plus visibles sont les plus minces », « L’accouchement est le plus beau jour de leur vie ». On fait comme si les femmes étaient irrationnelles (ce qui revient à les psychiatriser), alors que c’est la logique sous-jacente qui est irrationnelle. Et abusive. « Elle dit non, elle pense oui », « elle dit oui, elle pense oui », « quand on aime son conjoint, on lui donne des rapports », « quand on déteste son conjoint, on lui donne des rapports » : la ficelle est énorme, et nous valons mieux que ces discours littéralement aberrants.

Depuis le mouvement #metoo, nous avons beaucoup encouragé les femmes à parler. Nous avons beaucoup demandé aux hommes d’écouter. Mais si les femmes ne s’écoutent pas elles-mêmes, tout cela ne servira à rien.

Maïa Mazaurette

mercredi 23 juin 2021

La propriété privée, une longue construction, par Marion Dupont | Le Monde 20 juin 2021

Ce droit sacro-saint est un processus qui s’est étendu de l’Antiquité à la Révolution, avant d’atteindre son apogée au XIXe siècle. Mais l’idée des biens communs, relancée par le débat sur la levée des brevets des vaccins, ébranle ses fondations.

En 1840, Pierre-Joseph Proudhon rédige la célèbre formule : « La propriété, c’est le vol. » Vingt-deux ans plus tard, dans son ouvrage Théorie de la propriété, le philosophe a changé de ton : « Cette même propriété dont le principe contradictoire et injurieux soulevait notre réprobation, nous l’acceptons aujourd’hui tout entière. » Si le premier aphorisme a connu une si longue postérité, c’est peut-être précisément parce qu’il évoque un temps où la propriété privée ne faisait pas encore l’unanimité.

Aujourd’hui, la toute-puissance du régime de propriété privée fait, en effet, l’objet d’un large consensus, conséquence notamment de la chute du communisme soviétique au tournant des années 1990. Ce modèle « hyperinégalitaire », pour reprendre le mot de l’économiste Thomas Piketty, devient alors le modèle dominant, sans remise en question et sans alternative crédible à l’horizon.

Trente ans plus tard, pourtant, la donne a changé et le consensus commence à se fendiller. La crise sanitaire mondiale en fournit peut-être l’exemple le plus récent : plusieurs gouvernants se sont ainsi déclarés en faveur de la levée de la propriété intellectuelle des vaccins contre le coronavirus. Il y a peu encore, le caractère (temporairement) privé des innovations médicales et de leurs bénéfices financiers était une évidence pour de nombreux acteurs économiques et politiques…

La révolution du bien commun

Et le constat ne s’arrête pas là : l’idée et la pratique des biens communs ont fait leur chemin dans la société française au point de s’imposer comme un thème privilégié des élections municipales de 2020 et, dans une moindre mesure, des élections régionales de 2021. En ville, jardins partagés, cafés associatifs, coopératives citoyennes ou ateliers collectifs se multiplient. Ailleurs aussi, on réfléchit à la façon dont les ressources (forêts, rivières, prairies, ou mêmes centrales électriques) pourraient n’être gérées ni par le marché ni par l’Etat, mais par les communautés.

Plus encore, certaines voix s’élèvent pour demander que l’air, l’eau, Internet ou la santé soient reconnus dans leur ensemble comme des « biens communs », interdits d’accaparement, et que leur libre usage par tous soit inscrit dans la Constitution. Ce faisant, toutes ces initiatives se réfèrent à une « valeur d’usage » qui sonne d’un autre temps, celui « d’avant » les logiques de privatisation (ou d’étatisation) tous azimuts, quand d’autres formes d’appropriation prévalaient.

>>> Mon idée pour la France : « Constitutionnalisons les biens communs »

Une révolution serait-elle en train de s’amorcer ? Car c’est bien une révolution que de penser « en dehors », voire « en amont » de la propriété privée : conçu comme individuel, exclusif, et surtout anhistorique, le droit de détenir toute, ou presque toute, prérogative sur un élément du monde extérieur est un fondement des sociétés occidentales. « La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité », garantit ainsi en France l’article 17 de la Déclaration du 27 août 1789 des droits de l’homme et du citoyen.

Cette vision sacralisée de la propriété privée est le résultat d’une mise en scène qui remonte à plusieurs siècles, estime Fabien Locher, historien et chargé de recherches au CNRS : « La théorie classique de la propriété privée, telle qu’elle émerge au XVIIIe et telle qu’elle est défendue au XIXe siècle, soutient que la propriété privée est la forme d’appropriation la plus civilisée, celle qui correspond au plus haut degré d’évolution des sociétés. Ce qui est aussi une façon de la poser comme une donnée quasi naturelle, comme le produit inéluctable de tout développement social accompli. »

Un index du progrès

Sous la plume de philosophes comme John Locke (1632-1704) et Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) ou de l’anthropologue Lewis Henry Morgan (1818-1881), elle devient une sorte d’index du progrès, permettant de mesurer le degré de civilisation des sociétés – et donc de reléguer durablement toutes celles qui n’y ont pas recours du côté des « primitifs ».

Ainsi présentée comme un fait universel simple et efficace, cette forme d’appropriation gagne en autorité et va étendre sa logique à de nouveaux champs. Si, comme on l’a vu, elle ne va pas sans remises en question, d’où vient alors l’offensive contre le règne de la propriété privée ? Notamment des chercheurs, comme en témoigne un contexte universitaire et éditorial très dynamique sur le sujet. Face à cette pensée économique hégémonique et univoque de la propriété privée, la riposte s’organise en effet depuis quelques années.

« L’objectif est de montrer en quoi la propriété privée n’est ni anonyme, ni universelle, ni anhistorique, ni exempte de violence », Fabien Locher, historien

Elle commence en Angleterre dès les années 1970, du côté d’historiens de tradition marxiste, tels Edward P. Thompson avec son célèbre ouvrage La Guerre des forêts (1975), ou son élève Peter Linebaugh. Ailleurs, c’est plus tardivement, et dans la foulée de l’intérêt nouveau porté aux communs (notamment aux communs numériques, en France) par les économistes hétérodoxes Benjamin Coriat ou Fabienne Orsi que les historiens et historiennes se penchent sur le sujet.

« L’idée prévaut désormais que la concentration de pouvoirs qui va de pair avec la concentration de propriétés pose des problèmes d’inégalités sociales », explique Pierre Charbonnier, chercheur au CNRS et professeur à Sciences Po, soulignant que « ces mécanismes sont aussi liés aux questions environnementales dans la mesure où, par exemple, la propriété exclusive d’une concession extractive pétrolière ou gazière tend à consolider l’irresponsabilité environnementale des grands acteurs de l’économie ».

Communs et propriété privée sont alors pour les chercheurs les deux faces d’une même pièce, deux sujets de recherche permettant d’analyser les formes d’appropriation, leurs histoires, leurs pratiques et leurs justifications pour imaginer des sorties de crise. « L’objectif est de montrer en quoi la propriété privée n’est ni anonyme, ni universelle, ni anhistorique, ni exempte de violence, et de révéler comment elle interagit avec d’autres formes de propriété », relève, quant à lui, Fabien Locher.

>>> Biens communs : jouir sans posséder

Car l’évidence, bien sûr, n’en est pas une : la forme actuelle de la propriété privée est en réalité plutôt récente dans l’histoire des sociétés. Surtout, loin de se réduire à son aspect juridique ou formel, la propriété privée est un objet complexe. « Plus qu’un simple droit, elle s’apparente à un ensemble de prérogatives et de capacités d’action sur les choses, générées par des institutions en interaction : le tribunal, le cadastre, la police, les associations de copropriétaires, les offices de brevet… », poursuit l’historien. Armature centrale du projet politique moderne, touchant à tous les domaines de nos sociétés, elle est aussi extrêmement plastique et toujours historiquement située, son fonctionnement variant considérablement d’un contexte à l’autre.

Cette complexité explique en partie pourquoi le caractère historique de la propriété privée telle qu’entendue aujourd’hui soit passé si longtemps sous silence : trop difficile à saisir, à constituer en un objet d’étude délimité, elle a longtemps résisté à l’analyse des chercheurs de toutes disciplines. Les historiens s’attachent aujourd’hui à révéler ses structures, en se penchant sur les origines de cette institution englobante, et notamment sur la façon dont elles s’ancrent dans les évolutions du rapport à la terre (longtemps source principale de subsistance des sociétés).

>>> Posséder la terre en « commun » pour mieux la protéger

Si la propriété privée est un attribut de la modernité, cette version moderne s’inspire de formes juridiques antiques. « Toutes les cités du monde méditerranéen, grecques, mais aussi étrusques ou phéniciennes, sont fondées sur une appropriation privée des terres et des esclaves », estime Julien Zurbach, maître de conférences à l’Ecole normale supérieure, membre de l’Institut universitaire de France et spécialiste de la paysannerie grecque. La propriété privée y est même au fondement politique de la cité. L’idéal du citoyen-soldat est ainsi celui d’un homme qui possède sa terre, la travaille, et peut donc se procurer lui-même des armes pour défendre la communauté.

Ne pas froisser les riches citoyens

Cet idéal se heurte rapidement à la concentration des terres aux mains de grands propriétaires, conséquence de l’endettement d’une partie de la paysannerie. Les inégalités économiques et sociales vont alors entrer en conflit avec les principes de la cité, qui protège la propriété privée, et susciter une crise profonde et durable. « La grande hantise de la cité grecque est la redistribution des terres », souligne ainsi Julien Zurbach. Le génie politique de Solon, législateur et poète grec, vers 640-558 avant J.-C., sera de parvenir à réformer la démocratie athénienne et à élargir la communauté des citoyens tout en évitant de toucher à la propriété privée, et donc de froisser les citoyens les plus riches.

Les historiens et historiennes d’aujourd’hui ne font toutefois plus de la propriété antique le point de départ de la propriété privée contemporaine. « Cette propriété des anciens n’est en fait pas du tout la nôtre : elle est toujours très limitée », insiste Julien Zurbach. Si importante soit-elle, elle reste en effet sous le contrôle de la collectivité : soit par des limitations à l’usage – on restreint, par exemple, la possibilité de vendre ses terres ou ses esclaves ; soit par la fiscalité ou les confiscations après les guerres civiles.

La propriété privée au sens strict disparaît progressivement au Moyen Age. « Sous l’Ancien Régime, à strictement parler, il n’y avait pas de propriété, mais des tenures, et dans ce système la possession d’un bien impliquait au moins deux personnes : un supérieur duquel on tenait la terre et la personne qui l’occupait et l’exploitait, qui ne pouvaient jamais être la même personne », explique l’historien Rafe Blaufarb, auteur de l’ouvrage L’Invention de la propriété privée. Une autre histoire de la Révolution (Oxford, 2016 ; traduction en français chez Champ Vallon parue en 2019).

Appropriation des biens communaux

Surtout, à ce système de chaînes de propriétés se superpose une multitude de droits d’accès et de droits coutumiers, héritage d’un principe de solidarité permettant aux paysans les plus pauvres, dénués de terres, de faire paître leur bétail sur les terres en jachère ou de ramasser du bois mort dans les forêts seigneuriales. Cette organisation en vigueur dans une grande partie de l’Europe occidentale va, dès le XVIe siècle, se heurter aux thèses d’agronomes, bientôt regroupés sous le terme de « physiocrates », qui enjoignent aux propriétaires de changer leur système d’exploitation pour en augmenter la production agricole. Leurs recommandations visent, entre autres, la limitation de la jouissance collective des biens communaux, qui se trouvent à leurs yeux sous-exploités.

En Angleterre, les grands propriétaires fonciers s’approprient peu à peu ces communaux et les clôturent pour y faire pousser des raves ou des plantes fourragères, et en empêchent l’accès aux plus pauvres. « Ce mouvement des “enclosures” – la traduction française devrait être “enclôtures” ! – commence dès le XVIe siècle et dure près de trois siècles », explique l’historien Philippe Minard, professeur à l’université Paris-VIII-Vincennes-Saint-Denis et directeur d’études à l’EHESS.

Au XVIIIe siècle, le mouvement s’amplifie avec les enclosures parlementaires, réalisées avec l’aval du Parlement. Cette captation étant alors justifiée par le fait que les plus riches possèdent à la fois les moyens et les connaissances pour une mise en culture optimale. Si les conséquences macroéconomiques peuvent se révéler bénéfiques, c’est toute l’organisation de la société qui est alors mise en question. « Les paysans les plus pauvres se retrouvent de fait privés des ressources annexes et acculés à vendre les petites parcelles qu’ils possédaient aux plus riches pour devenir ouvriers agricoles, ou ouvriers des manufactures », analyse Philippe Minard.

« Pour John Locke, se déclarer propriétaire de certaines choses, et typiquement de parcelles de terre, procède du fait que nous sommes d’abord propriétaires de nous-mêmes », Pierre Charbonnier, historien

En France, la résistance des communautés paysannes freine considérablement le développement de ce capitalisme agraire. Le passage à une propriété privée exclusive et individuelle ne se fait ainsi pas sur le modèle d’un long mouvement, mais sur celui d’une rupture législative : celle qui intervient la nuit du 4 août 1789, avec l’abolition des privilèges. « Comment un paysan aisé et riche, par exemple, censé être le type du citoyen nouveau, peut-il exprimer son avis de façon indépendante, comment peut-il agir dans la sphère politique pour ses intérêts propres, s’il reste toujours sous la domination d’un seigneur qui tient une juridiction légale sur lui ? », rappelle Rafe Blaufarb.

Cette question, au fondement du projet politique moderne, s’enracine dans des conceptions morales développées au XVIIe siècle, notamment sous la plume du philosophe anglais John Locke. « Pour Locke, se déclarer propriétaire de certaines choses, et typiquement de parcelles de terre, procède du fait que nous sommes d’abord propriétaires de nous-mêmes. En tant qu’êtres réflexifs, conscients de nous-mêmes, et nous estimant propriétaires de nos pensées, de nos actes, de notre corps, nous souhaitons, par extension, être propriétaires de ce qui est nécessaire à la reproduction physique de notre corps et à l’expression spontanée de nos facultés mentales », précise Pierre Charbonnier.

Lors de la Révolution, pour garantir la liberté, l’indépendance et l’épanouissement des individus, et donc la souveraineté nationale, la propriété privée se présente comme la solution la plus efficace et la plus adaptée. Les juristes de la fin du XVIIIe siècle vont donc aller chercher le concept antique de propriété privée pour réaliser cette exigence morale et politique.

Bouleversements juridiques

Les implications de cette rupture législative dépassent de loin le seul régime de propriété. « Sous l’Ancien Régime, l’identité sociale était définie par un acte politique. Le fait d’être noble était un statut décerné par l’Etat, et il en allait de même pour les maîtres d’école des arts et métiers, les bourgeois de Paris… De votre place au sein de la hiérarchie sociale découlaient vos droits, vos libertés, mais aussi ce qui vous appartient », indique Pierre Charbonnier.

Or, lors de la refonte de la société féodale, les révolutionnaires ont aussi pris soin de supprimer la propriété des offices, ces charges publiques qui pouvaient être achetées et transmises en héritage. Sur le plan conceptuel et politique, c’est un véritable saut. « On peut alors repenser l’Etat comme une chose purement publique, et la société comme une chose purement privée : les deux sphères sont désormais autonomes », souligne Rafe Blaufarb. Cela dans l’idéal, bien sûr, car la séparation de la politique et de la société ne se fait pas si aisément.

Les bouleversements juridiques précèdent donc, en France, les bouleversements économiques d’un tel changement de régime d’appropriation. « Les juristes de la Révolution, eux-mêmes pour la plupart propriétaires, espéraient alors que la propriété individuelle parviendrait, à terme, à casser les grands domaines nobiliaires ou à répartir les terres de l’Eglise », estime Rafe Blaufarb.

L’idéal égalitaire de propriété privée se trouve pourtant rapidement contredit par sa pratique, et de nouvelles aristocraties de biens ne tardent pas à se constituer. En cause, entre autres, un aveuglement originel – car l’affirmation d’une propriété inaliénable protège les intérêts des propriétaires, et donc des composantes déjà riches de la société – et le développement d’une activité industrielle favorisant les tendances accumulatrices – puisque ces grands projets, présentés comme orientés par le bien commun, sont menés par et pour ceux qui en ont les moyens.

SERGIO AQUINDO

Dès le XIXe siècle, la critique marxiste identifie alors la propriété comme l’instrument d’un phénomène de concentration des pouvoirs non seulement économiques, mais aussi politiques, dans les mains de la bourgeoisie. Une partie essentielle des conflits sociaux du siècle s’organisera ainsi autour de l’attitude à adopter envers la propriété.

Ainsi Adolphe Thiers, président de la République de 1871 à 1873, qui fut parmi les principaux acteurs de la répression contre les différentes révoltes populaires et notamment contre la Commune de Paris, est aussi l’auteur d’un volumineux traité intitulé De la propriété. « L’idée est alors d’expliquer que toucher à la propriété privée, même en sachant qu’elle est inégalement distribuée, c’est inévitablement faire s’effondrer l’ordre social », relève Pierre Charbonnier, soulignant que « l’alliance entre les intérêts sécuritaires de la raison d’Etat et les intérêts marchands de l’ordre économique, encore dénoncée aujourd’hui par la gauche radicale, est totale ».

Portes, serrures, coffres-forts

Toutefois, loin d’être l’apanage des dirigeants, la sensibilité propriétaire est commune à toute la société. « Les bourgeois tiennent à leur propriété à la fois pour ses avantages économiques, pour le prestige qu’elle représente, mais aussi parce que le suffrage est censitaire jusqu’en 1848 ! », rappelle Nadine Vivier, professeure émérite d’histoire contemporaine et membre de l’Académie d’agriculture de France. En effet, seuls votent ceux qui s’acquittent d’une taxe foncière supérieure à 300 francs, un niveau élevé pour l’époque. Les paysans, quant à eux, redoutent le retour de la mainmise féodale sur la « petite propriété », instrument de leur subsistance – une menace bien réelle, puisque Charles X fait voter l’indemnisation des nobles émigrés (contraints à l’exil lors de la Révolution).

>>> Le milliard des émigrés

Certes, la pression foncière, à son comble au milieu du siècle, diminue progressivement sous la triple influence de l’instauration du suffrage universel, d’un exode rural qui commence à vider les campagnes et de la rentabilité supérieure des investissements industriels ou boursiers.

Mais, plus d’une génération après la Révolution, le sentiment de propriété, lui, s’est durablement installé dans les consciences et dans les pratiques, dépassant le seul attachement à la terre. C’est sur cette consistance matérielle du rapport à la propriété qu’Arnaud-Dominique Houte, professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne Université et auteur de l’ouvrage Propriété défendue. La société française à l’épreuve du vol. XIXe - XXe siècles, (Gallimard), a travaillé.

Il constate d’abord, sous la monarchie de Juillet, une volonté politique de renforcer la sécurité des biens. Puis, en 1860, l’augmentation des vols, reflet du relatif enrichissement de la société ; et, plus significative encore, l’augmentation de la protection des biens : portes, serrures, fenêtres, coffres-forts se font plus nombreux et plus résistants. « Cela montre de manière très objective que les Français réprouvent le vol. Ce sentiment est formulé très explicitement, plus fortement qu’auparavant ; et, surtout, le XIXe siècle est au fond celui de l’élargissement de cette morale propriétaire », remarque Arnaud-Dominique Houte.

Tout objet est désormais considéré comme la propriété d’un individu : typiquement, la prise de possession d’un objet trouvé devient un fait moralement condamnable. La propriété prend une dimension affective : les objets sont chéris, soignés, connus dans leurs moindres aspérités. « Significativement, le livret d’épargne est alors un bel objet qui sert aussi de pièce d’identité ! », ajoute-t-il.

La civilisation propriétaire critiquée

Une fois la propriété privée instaurée dans les domaines juridique, politique, économique, voire dans le domaine du sensible, reste-t-elle inattaquable tout au long du XXe siècle ? Plus que les guerres et leurs périodes de non-droit, c’est entre la fin des années 1960 et le début des années 1980 que s’amorce un changement.

« Partout dans les pays occidentaux, on constate alors l’explosion du nombre de vols. C’est finalement le reflet d’une mise en question plus globale du rapport à la propriété. Tout n’a pas changé, bien sûr, et nous sommes d’ailleurs toujours les héritiers de la civilisation de la propriété. Mais la nature même de notre rapport aux objets de consommation s’est modifiée », explique Arnaud-Dominique Houte. Cette transformation s’accélère encore aujourd’hui sous l’effet de la dématérialisation d’un certain nombre de biens courants.

Surtout, on l’a vu, les critiques de la civilisation propriétaire se trouvent confortées par l’accumulation des crises sociales, politiques ou environnementales. « Il est intéressant que cette interrogation sur les dommages que peut causer une conception univoque de la propriété soit une demande sociale ! L’intérêt pour d’autres formes d’appropriation revient par la société civile », note Philippe Minard.

En écrivant l’histoire de la propriété privée, en lui rendant sa place parmi toutes les autres formes d’appropriation, en décrivant les mécanismes par lesquels elle s’est imposée, historiens et chercheurs apportent leur pierre à l’élaboration de nouveaux modèles de société. Reste à savoir comment, à l’avenir, propriété privée et biens communs pourront, ou non, s’articuler.

>>> Histoire d’une notion : les communs, renouveau de la démocratie locale

Marion Dupont

Biens ou bien : une histoire de la propriété, avec Arnaud-Dominique Houte | 17 juin 2021 France Culture


Arnaud-Dominique Houte est professeur d'histoire contemporaine à Sorbonne-Université. Il signe "Propriété défendue : la société française à l'épreuve du vol. XIXᵉ- XXᵉ siècles" (Gallimard) , un ouvrage dans lequel il retrace l’histoire du vol, de sa représentation et de sa répression. C’est qu’autour de l’accaparement de biens par des moyens illégaux, il y a bien des enjeux. Le vol oblige l’État, engage la société, transforme le droit, tout comme il varie lui-même en fonction des époques, plus ou moins prospères, plus ou moins politiquement stables... 

Retracer l’histoire du vol, c’est aussi redécouvrir l’histoire de la propriété, valeur majeure de notre époque. Un des premiers écrits du jeune Karl Marx ne portait-il pas sur de nouvelles lois favorables aux propriétaires, adoptées contre les glaneurs, devenus des “voleurs de bois” ? L’histoire du vol, surtout, nous éclaire sur la société et sa morale. Les voleurs ont tour à tour été des ennemis d’une jeune République, des redresseurs de torts populaires. Ils peuvent fasciner tout à chacun au cinéma, mais effrayer une opinion publique qui se montrera sensible à des discours politiques favorables à une politique plus répressive.

Et le vol continue de nous interroger : naît-il de la misère ? Est-il le fruit de facteurs individuels ? Houte amène la subtilité du temps long à bien des idées reçues.

L'invité des Matins de France Culture.
Comprendre le monde c'est déjà le transformer, l’invité était Arnaud-Dominique HOUTE (07h40 - 08h00 - 17 Juin 2021)
Retrouvez tous les invités de Guillaume Erner sur www.franceculture.fr

lundi 21 juin 2021

∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ Le retour des droits fondamentaux - et de leurs adversaires ( Cliquer sur l'image ) | France culture 18/06/2021

À retrouver dans l'émission À PRÉSENT par Frédéric Worms

Comment s'assurer que les urgences contemporaines n'entravent pas nos droit fondamentaux ? Nous en parlons ce soir avec Stéphanie Roza, chargée de recherches au CNRS et Justine Lacroix, professeure de science politique à l'université libre de Bruxelles.

Une manifestante tient une pancarte indiquant
"1984 n'est pas un manuel" sur la place de la
République à Paris, lors d'une manifestation
contre la loi sur la "sécurité globale".

On assiste aujourd’hui à un retour des droits fondamentaux, au moins du point de vue de ce qui les menace. Les mesures de santé publique, dans l’urgence de la pandémie, les ont réveillés en les suspendant. Avait-on jamais parlé autant des libertés publiques, avant les confinements ? Mais il y a aussi le retour des violations et même des totalitarismes. Le détournement d’un avion dans le ciel européen pour capturer un dissident. L’ampleur des violations dont les Ouïghours sont l’objet en Chine. Cela remet les droits fondamentaux au coeur de la politique, avec les autres urgences du moment, y compris  climatiques, et toutes les discriminations y compris racistes.Mais le retour de ces violations est contemporain aussi du retour des critiques de ces droits autrefois appelé « de l’homme ». Comment répondre à ces violations en prenant au sérieux ces critiques? Les nouveaux enjeux n’imposent-ils pas de nouveaux débats et une nouvelle politique des droits ? 

Nous en parlons ce soir avec Stéphanie Roza, auteure notamment de La gauche contre les Lumières et Justine Lacroix, auteure notamment (avec Jean-Yves Pranchère)  du Procès des droits de l’homme.

Pour en savoir plus 

Sur Stéphanie Roza
 • >>> Sa présentation et la liste de ses publications par l'École Normale Supérieure de Lyon
• >>> Sa présentation et ses articles publiés par "La vie des Idées" la revue du Collège de France 

Sur Justine Lacroix
• >>> Sa présentation et ses articles publiés par "La vie des Idées" la revue du Collège de France
• >>> Ses publications disponibles sur le site cairn.info
• >>> "Le procès des Droits de l'Homme" Un entretien avec de Justine Lacroix et Jean-Yves Pranchère pour l'École des Hautes Études en Sciences Sociales

jeudi 17 juin 2021

∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ « Juger les fous ? » : Le meurtre de Sarah Halimi par un irresponsable pénal : comment faire évoluer la législation ? par François Braize | Mezetulle le 27 mai 2021

>>> François Braize revient sur le meurtre de Sarah Halimi et sur l’excuse du non-discernement dont a bénéficié le meurtrier. 

En l’état actuel de la législation, il ne s’agit pas d’un déni de droit, mais c’est précisément pour cette raison que l’affaire pose la question d’une évolution souhaitable de la législation en matière d’irresponsabilité pénale. 

C’est en effectuant un détour juridique inopiné que l’auteur examine cette possibilité.

Sommaire

  • Une émotion considérable et légitime
  • Les motifs des décisions touchant l’irresponsabilité pénale
  • Faire évoluer la législation. Un détour par la grotte Chauvet
  • Un parallèle juridique à méditer

Notes

Il y a quatre ans, une vieille dame sans défense a été massacrée puis défenestrée du 3e étage, encore vivante, par un agresseur qui a hurlé son antisémitisme tout en récitant des versets du Coran. Il faut dire que cet agresseur était en proie à des bouffées délirantes. Au motif de ses troubles mentaux – bouffées délirantes provoquées par ses prises constantes et continues de cannabis – relevées par les experts psychiatres commis par les juges -, cet individu a été déclaré pénalement irresponsable de ses actes par la Chambre d’instruction et placé en institution psychiatrique.

Une émotion considérable et légitime

L’émotion a été considérable car il ne tombe pas sous le sens qu’on ait pu en arriver à l’irresponsabilité pénale de cet assassin. Comment ce qui, dans notre droit, peut habituellement constituer une circonstance aggravante pour certains délits (la prise de cannabis ou d’autres drogues, voire d’alcool) pourrait-il aboutir à une dispense de responsabilité pénale en matière de crime par la grâce d’une bouffée délirante à laquelle cette prise de cannabis peut conduire1 ? Il y a là un mystère que l’opinion commune ne peut comprendre et face auquel le discours des professionnels du droit et des experts médicaux peut s’avérer sans prise car « hors sol » du point de vue du bon sens, sans même parler de l’émotion légitime qu’un tel crime antisémite peut provoquer.

Ces affaires sont extrêmement complexes médicalement s’agissant de psychiatrie. L’affaire Kobili Traoré2 montre bien que la causalité ne fonctionne pas en mode binaire, et encore moins en mode univoque. L’assassin Traoré s’est adonné à une prise continue et longue de cannabis, mais les effets de cette drogue présents au moment du crime n’ont pas chimiquement perduré aussi longtemps que la bouffée délirante qui a conduit à l’assassinat. On est dans le domaine des interactions complexes qui ne se règlent pas par la simplicité du bon vieux sens commun. S’ajoute à ce cocktail d’incompréhension la dimension antisémite du meurtre.

Des textes intéressants peuvent être recommandés pour bien préciser les éléments émotionnels et même politiques de cette affaire (voir infra en fin de note 1). Leur lecture est éclairante mais insuffisante, sauf à vouloir en rester à l’émotion. Il faut certes comprendre cette dernière et même la partager mais ne pas s’y limiter sinon peu de choses ont des chances de bouger.

Les motifs des décisions touchant l’irresponsabilité pénale

Il faut donc dire les choses telles qu’elles sont dans notre droit. Cela revient à faire le constat que la récente décision de la Cour de cassation – qui a confirmé celle de la Chambre d’instruction concluant à l’irresponsabilité pénale du tueur – n’est pas critiquable en l’état de notre législation.

En effet, médicalement, l’absence chez le tueur de discernement au moment de ses actes a été constatée par les experts et les juges. En application de l’article L122-1 du code pénal aux termes duquel « N’est pas pénalement responsable la personne qui était atteinte, au moment des faits, d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes », experts et juges n’ont pu donc que conclure à l’irresponsabilité pénale.

Néanmoins, la sentence de la Chambre d’instruction qui avait conclu à l’irresponsabilité pénale du meurtrier, puis sa confirmation par la Cour de cassation n’ont été acceptées ni par les parties civiles, ni même par notre corps social qui majoritairement ne comprend pas aisément, comme on l’a dit plus haut, que ce qui est plutôt une circonstance aggravante pour certains délits – la prise de cannabis ou d’autres drogues – vaille ici dispense de responsabilité pénale. Et, en effet, cela n’est pas aisé à comprendre.

Mais la Cour de cassation, compte tenu de la lettre de la loi pénale française qu’elle est chargée de faire appliquer correctement par les cours et tribunaux, n’a pu que confirmer l’appréciation souveraine des faits effectuée par les magistrats instructeurs et la chambre de l’instruction. Pour bien comprendre cet état du droit qui nous lie, je renvoie à la lecture de deux articles récemment publiés3 dont celui du procureur François Molins publié dans Le Monde.

Il est essentiel de bien comprendre pourquoi l’irresponsabilité pénale a été retenue. Cela permettra de ne pas se bercer d’illusions sur une autre issue pour le procès de K. Traoré que de belles plumes nous ont pourtant présentée comme ayant dû être possible – alors que ce n’est pas le cas juridiquement – et, encore plus, de ne pas se bercer d’illusions quant aux marges de manœuvre dont dispose notre Parlement pour remédier à cette situation législative si on la juge insatisfaisante.

En effet, compte tenu de nos principes constitutionnels fondamentaux et des engagements internationaux de notre pays – lesquels ont, comme le prévoit l’article 55 de la Constitution française, dès leur ratification une autorité supérieure à celle de nos lois – la marge de manœuvre pour une réforme législative sera très étroite.

En bref et en clair, le législateur, s’il souhaite intervenir pour modifier la loi pénale, est tenu de respecter nos principes constitutionnels fondamentaux et nos engagements internationaux. Il est illusoire de prétendre sortir de la soumission à ces derniers puisque la France en est souvent, sinon la mère légitime tout du moins une des mères nourricières. En outre, les principes fondamentaux de notre droit interne ont le même contenu normatif que ce soit en application de la Déclaration des droits de l’homme de 1789 ou par les principes qui, depuis, sont venus la compléter et l’enrichir.

Depuis le droit romain en effet, soit plus de 20 siècles, seuls des pays barbares jugent et condamnent pénalement les déments.

La reconnaissance par l’un des experts de l’existence des bouffées délirantes chez le tueur Kobili Traoré explique pourquoi l’irresponsabilité pénale devait être retenue et pourquoi on ne peut sur une question pareille se laisser embarquer par l’émotion ou par une analyse politisée qui balaierait tous nos principes les plus essentiels. Je renvoie à la lecture très intéressante de son interview dans Marianne4. En effet, notre philosophie de l’irresponsabilité pénale des déments tient à deux éléments fondamentaux : d’une part la nécessité que le coupable ait eu au moment des faits son discernement et donc la conscience de ce qu’il accomplissait, et ensuite qu’il puisse comprendre le fait qu’il est jugé pour cela, et comprendre donc ce qui se passe lors de son procès. L’exigence est donc double alors que souvent l’irresponsabilité pénale est limitée à son premier terme mais le second est tout aussi important dans la philosophie qui fonde nos principes fondamentaux.

Néanmoins, même si, ex abrupto, on ne condamnera jamais pénalement les fous dans un pays comme le nôtre, on doit, a minima, s’interroger – vu l’horreur que cette affaire fait naître – sur les conséquences que pourrait/devrait avoir sur l’irresponsabilité pénale la prise de produits pouvant conduire à des bouffées meurtrières dès lors que le tueur a pu en avoir conscience.

Faire évoluer la législation. Un détour par la grotte Chauvet

Il est heureux à cet égard qu’une réflexion ait été ouverte et confiée au garde des Sceaux, ministre de la Justice, pour faire évoluer la législation dans le respect de nos principes fondamentaux. On verra ce qui en sortira mais je suis optimiste compte tenu de ma propre expérience sur une question totalement étrangère à cette affaire mais dans laquelle, aussi, l’état du droit dépassait l’entendement commun et semblait bloqué par nos principes fondamentaux. Cette affaire m’a permis de tester la capacité d’innovation législative des services du garde des Sceaux lorsque la raison et le cœur, tout à la fois, la commandent.

Je la livre ici en quelques lignes car cela autorise certains espoirs.

Le droit civil français donne au propriétaire du fonds la propriété du tréfonds, c’est-à-dire au propriétaire du sol celle du sous-sol. Cet état du droit s’opposait en 1999 à un amendement au projet de loi sur l’archéologie préventive. Cet amendement, téléguidé par le ministère de la Culture, accordait aux inventeurs des vestiges archéologiques immobiliers souterrains des droits sur leur découverte, de facto au détriment des droits du propriétaire du terrain.

Le projet était d’éviter que l’injustice qui avait frappé les inventeurs de la grotte Chauvet ne se reproduise à l’avenir, ceux-ci, en dépit du bon sens , n’ayant eu droit à rien alors qu’ils avaient apporté cette découverte inouïe à l’humanité tandis que les propriétaires des parcelles sous lesquelles se situe la cavité avaient eu droit, eux, à de très confortables indemnités d’expropriation après passage du dossier d’expropriation entre les mains en appel d’un juge judiciaire peu soucieux des deniers publics5. Propriétaires bien indemnisés puisque, mis à part leur titre de propriété, ils n’avaient été pour rien dans cet apport réalisé par les inventeurs pour le plus grand profit de l’humanité sur sa connaissance d’elle-même, de son histoire culturelle, et celle de la création artistique6.

Le ministère de la Culture ne pouvant être celui des injustices qui durent, j’ai à l’époque pensé7 qu’il était nécessaire de définir et de déclarer par la loi les droits des inventeurs sur les vestiges archéologiques immobiliers qu’ils découvrent. La loi ne l’avait jamais fait pour ces derniers vestiges alors qu’elle l’avait fait avec le code civil pour les vestiges archéologiques mobiliers. À l’injustice s’ajoutait une incohérence liée à cette différence de traitement.

Mais l’affaire ne fut pas si simple que le bon sens pouvait le laisser croire. En effet, nos principes fondamentaux constitutionnels interdisent l’expropriation sans indemnisation et il était donc indispensable que la reconnaissance de droits nouveaux aux inventeurs ne conduise à aucune forme d’expropriation des droits des propriétaires du terrain qui les contient. L’affaire était donc, toutes proportions gardées, au niveau des principes fondamentaux juridiquement largement aussi difficile que celle de la responsabilité pénale des déments.

En effet, mission apparemment tout aussi impossible pour, d’un côté, reconnaître des droits aux inventeurs qui n’amputent en rien ceux des propriétaires8 et, de l’autre, pouvoir voir condamnés pénalement dans certains cas ceux qui ne peuvent pas l’être du fait de leur discernement aboli… Dans les deux cas il s’agit de l’application de nos principes fondamentaux : on n’exproprie pas les propriétaires sans indemnité, pas plus qu’on ne juge les fous.

Seule l’imagination juridique peut permettre de se sortir de telles impasses apparemment insolubles. Je ne sais pas si les services de la Chancellerie y parviendront en 2021, mais ils y parvinrent en 1999 et d’une manière superbe.

Ces experts spécialistes du droit civil s’appuyèrent sur le fait que la propriété induite du sous-sol pour le propriétaire du sol est une simple présomption prévue par l’article 552 du code civil et non pas un droit constitué que l’on expropriait. Une présomption peut être écartée par la loi si un motif d’intérêt supérieur le commande et dès lors il n’y a pas expropriation d’un droit constitué.

Si tel n’eût pas été le cas, il eût fallu alors prévoir une indemnisation d’expropriation pour cause des droits nouveaux reconnus aux inventeurs qui amputaient nécessairement ceux des propriétaires. Cette indemnisation eût été dans certains cas à des hauteurs insupportables pour les deniers publics notamment pour des biens tels que les grottes prestigieuses que nous connaissons de type Lascaux, Chauvet ou autres.

Les services de la Chancellerie considérèrent dès lors que le projet de loi sur l’archéologie préventive pouvait prévoir dans son article 18-1, pour un motif d’intérêt général – ne pas laisser les inventeurs sans droit et sans que cela soit contraire à nos principes fondamentaux -, que la présomption de propriété n’existait pas en cas de découverte d’un vestige archéologique immobilier par un tiers. Son inventeur pouvait ainsi bénéficier de droits définis par la loi9 pour le récompenser de sa découverte, la propriété du vestige archéologique pouvant revenir, elle, sur décision préfectorale à la collectivité nationale10.

Certains des droits nouveaux des inventeurs pouvaient ainsi être mis à la charge du propriétaire du sol sans que ce dernier, non indemnisé par définition pour cela, puisse s’en plaindre. L’injustice de type Chauvet avait vécu et était ainsi réparée pour l’avenir11.

Un parallèle juridique à méditer

À mes yeux, le parallèle entre les deux cas – qui pourtant portent sur des objets disjoints – est intellectuellement saisissant et le succès de l’un peut éclairer les chances de l’autre. En effet :

1° Dès lors que la propriété du sous-sol est une présomption, la loi ne pouvait-elle pas, en conformité avec nos principes fondamentaux, l’écarter pour organiser les droits de l’inventeur sans devoir indemniser sur deniers publics le propriétaire du sol ? La réponse fut positive et juridiquement construite. Elle n’a pas été à ma connaissance constitutionnellement critiquée12 .

2° Dès lors que la bouffée délirante est le résultat d’un comportement continu de consommation de cannabis aux conséquences prévisibles et connues pour celui qui s’y livre, l’irresponsabilité pénale résultant de nos principes fondamentaux ne peut-elle pas être écartée ? La réponse reste juridiquement à construire. Aux services de la Chancellerie de voir cela et d’apprécier par quel raisonnement juridique y parvenir. Là, aussi, il me semble que ce serait justice.

Nous verrons le moment venu les conclusions de la mission de réflexion qui a été lancée par le garde des Sceaux. D’ores et déjà, pour illustrer cette idée d’évolution nécessaire de notre législation pour répondre aux enjeux que l’on a relevés, Bruno Bertrand, magistrat pénaliste et Président honoraire de chambre correctionnelle de Cour d’appel, auprès de qui je me suis ouvert de cet article, a envisagé une première piste de réflexion intéressante que ses collègues de la Chancellerie approfondiront sans doute comme une des voies possibles. Il s’agirait de réprimer par une nouvelle infraction pénale l’auto-abolition du discernement par la prise de produits stupéfiants en connaissance de cause de cet effet13.

Au-delà de cette idée intéressante, le travail d’expertise se poursuit et le gouvernement a transmis au Conseil d’État un projet de loi pour avis. Il permet « de limiter l’irresponsabilité lorsque l’abolition du discernement résulte d’une intoxication volontaire», a précisé le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti. En même temps, la passion créant toujours le désordre, le Sénat, sans attendre les résultats de la réflexion en cours et sur proposition de sa majorité de droite, a adopté une proposition de loi14.

Nous verrons ce qu’il en adviendra mais la question est en cours de traitement et le dispositif d’irresponsabilité pénale actuel va bouger. Il n’y a aucun doute désormais là-dessus. On ajoutera que c’est heureux. En effet, même s’il n’y a pas de lien automatique et obligé entre les questions, comment soutenir sérieusement la légalisation en France de la consommation de cannabis si ses conséquences comportementales possibles et connues des consommateurs (bouffées délirantes) restaient maintenues après l’horreur de l’affaire Halimi et comme si de rien n’était, en tant qu’excuses pénales possibles aux crimes les plus abominables ? Il y a, là aussi, à trouver une limite à la déraison.

Notes

1 – Selon les experts, la prise continue de cannabis peut conduire à doubler le risque de bouffées délirantes chez un individu (100% d’augmentation donc entre l’individu qui n’en prend pas et celui qui en prend de manière régulière et continue) mais la proportion reste minime avec ou sans prise régulière de cannabis, sans être négligeable compte tenu de ses conséquences possibles. Pour l’émotion provoquée on pourra se reporter par exemple à : https://laregledujeu.org/podcast/metaphysique-de-l-affaire-halimi/

2 – À ne pas confondre avec l’affaire Adama Traoré qui lui est totalement étrangère.

3 –  Voir : affaire Halimi F.Molins-Le_Monde_20210424

Aff.Sarah_Halimi_Dalloz_28-04-2021

4 – Voir : >>> https://www.marianne.net/societe/police-et-justice/lun-des-experts-psy-de-laffaire-sarah-halimi-se-defend-lirresponsabilite-penale-simposait ;

5 – La Cour de cassation est venue y mettre bon ordre et on est revenu devant une autre cour d’appel à une indemnisation un peu plus satisfaisante pour les deniers publics quant au coût que devait supporter la collectivité nationale pour indemniser des propriétaires qui n’étaient pour rien dans la découverte.

6 – Cette découverte des peintures de la grotte Chauvet et notamment de la fresque des lionnes ou celle des chevaux fait remonter à 35 000 ans avant J.-C. la prise en compte de la perspective et même du mouvement dans la représentation picturale dont certains attribuaient la découverte à la Renaissance. Au mieux pour cette vision des choses, sait-on désormais, grâce à Chauvet, que la Renaissance n’a fait que redécouvrir ce que d’autres bien avant avaient su génialement exprimer… Il suffit d’avoir pu admirer les fresques à Chauvet pour s’en convaincre.

7– Avec feu Michel Rebut-Sarda, alors directeur adjoint du patrimoine, et avec la complicité amicale de Pascal Terrasse alors député de l’Ardèche et, il faut le dire, contre des services archéologiques arc-boutés sur les prérogatives de l’État et peu préoccupés par les droits des inventeurs.

8 – Propriétaires que l’on ne peut exproprier de ce qu’il peut y avoir dans leur sous-sol sans devoir au préalable les indemniser et à une hauteur faramineuse s’agissant de biens fabuleux telles certaines grottes ornées, quasi inestimables d’ailleurs.

9 – Et notamment être associé à toute exploitation du bien ou de son image y compris par son propriétaire.

10 – De la sorte, l’article 18-1 de la loi du 17 janvier 2001 sur l’archéologie préventive put prévoir que les dispositions de l’article 552 du code civil ne s’appliquaient pas aux vestiges archéologiques immobiliers découverts fortuitement ; cet article est aujourd’hui codifié à l’article L 541-1 du code du patrimoine.

11 – Pour connaître plus précisément le régime mis en place par la loi de 2001 sur l’archéologie préventive, et aujourd’hui codifié au code du patrimoine, voir ce code :

Partie législative : >>> https://www.legifrance.gouv.fr/codes/section_lc/LEGITEXT000006074236/LEGISCTA000032857548/

Partie réglementaire : 

>>> https://www.legifrance.gouv.fr/codes/section_lc/LEGITEXT000006074236/LEGISCTA000024241635/#LEGISCTA000034655609

12 – Qui sait si elle ne le sera pas par une future QPC à l’occasion d’une nouvelle découverte pour laquelle l’État ferait application de l’article L 541-1 du code du patrimoine et priverait ainsi le propriétaire du terrain d’enfouissement du vestige archéologique immobilier d’une partie de ce qu’il aurait pu sans cela revendiquer comme son droit ?

13 – Il s’agirait de la création d’une nouvelle infraction pénale, sanctionnant le coupable d’un crime ou délit commis en état d’inconscience, qui serait constituée par le fait d’avoir préalablement consommé des produits stupéfiants ayant pour effet d’abolir la conscience de ses actes, en connaissance de ce risque. Ceci permettrait de juger pénalement les délinquants ou criminels sujets à des bouffées délirantes passagères mais qui ne sont pas pathologiquement fous en permanence et donc accessibles à une sanction pénale et à un procès. Rappelons que les déments permanents ne peuvent jamais être jugés, faute de conscience leur permettant de se défendre en Justice et d’accessibilité à la sanction pénale qu’ils ne peuvent comprendre.

14 – Voir à cet égard notamment : https://www.lefigaro.fr/actualite-france/affaire-sarah-halimi-le-senat-adopte-une-proposition-de-loi-sur-l-irresponsabilite-penale-20210525

Cette entrée a été publiée par François Braize le 27 mai 2021 dans Diaporama, Politique, société, actualité, Revue et indexée avec antisémitisme, droit, politique culturelle, violence.

URL : https://www.mezetulle.fr/juger-les-fous/