Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures. Force, Sagesse et Beauté / Liberté, Égalité, Fraternité

Saisir des mots clefs à rechercher

lundi 3 janvier 2022

"Don't look up" : fin de l'imaginaire ou imaginaire de la fin 02/01/2022

A l'occasion de la sortie du film "Don't look up" d'Adam Mckay, Signes des temps se penche sur les récits de fin du monde, fiction d'hier, réalité d'aujourd'hui.

Astéroïde fonçant sur la terre












À retrouver dans l'émission SIGNES DES TEMPS par Marc Weitzmann

Les invité.e.s du jour

Marc Weitzmann reçoit

  • Bruno Tertrais, politologue spécialiste de l'analyse géopolitique et stratégique, et directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique.
  • Murielle Joudet, critique de cinéma
  • Anne-Lise Melquiond, professeure d'histoire et autrice d'une thèse intitulée "Apocalypse et fin du monde dans les séries télévisées américaines"

Ceux d’entre nous qui sont abonnés à Netflix ont pu passer leurs réveillons de Noël et du Nouvel ans calfeutrés chez eux, prudemment protégés du Covid, d’abord devant les images des chaines d’infos montrant tour à tour les ravages du variant Omicron puis les baigneurs des plages d’Espagne et du Pays Basque se baignant le 31 décembre par des températures oscillant entre 22 et 25°, avant de passer sur la plate-forme pour s’amuser au spectacle de l’apocalypse qu’est Don’t Look up, proposé par Netflix pour les fêtes avec un sens de la contre-programmation génial puisque la satire d’Adam McKay avec Leonardo DiCaprio, Jennifer Lawrence, Meryl Streep et Cate Blanchet sortie le jour du réveillon, trône tout simplement en tête du top 10 des programmes les plus vus actuellement sur la plateforme.

On pourrait dire que par une curieuse mise en abîme, la seule existence de ce film, qui raconte comment deux astronomes ayant découvert une comète s’apprêtant à détruire la terre dans les six mois, vont se heurter à l’inertie et l’aveuglement des politiques des médias et de l’opinion lorsqu’ils vont vouloir donner l’alerte, avant d’être eux-mêmes pris dans la folie collective, renvoie aux spectateurs le spectacle amusant de leur propre impuissance face à la catastrophe qui vient.

Mais la catastrophe vient-elle vraiment ou l'apocalypse est-elle devenue l'indispensable horizon qui nourrit notre imaginaire aujourd'hui ?

BIBLIOGRAPHIE

L'Apocalypse n'est pas pour demain. Pour en finir avec le catastrophisme.

Bruno Tertrais

Denoël, 2011



Apocalypse show, quand l'Amérique s'effondre

Anne-Lise Melquiond









INTERVENANTS

  • Bruno Tertrais, Politologue spécialiste de l'analyse géopolitique et stratégique, et directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique.
  • Murielle Joudet, Critique de cinéma
  • Anne-Lise Melquiond, Professeur d'Histoire et Géographie, spécialiste des séries américaines

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire