Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures. Force, Sagesse et Beauté / Liberté, Égalité, Fraternité

Saisir des mots clefs à rechercher

samedi 27 novembre 2021

Fictions politiques - Patrick Boucheron | Collège de France 20 févr. 2017


Patrick Boucheron, professeur du Collège de France et titulaire de la chaire Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIᵉ-XVIᵉ siècle, présente son cours de l'année 2016-2017 : Fictions politiques.

En abordant « le long Moyen Âge d’Ambroise de Milan », le cours de l’année précédente visait cette période si ancienne (le Moyen Âge) où un souvenir plus ancien encore (Ambroise de Milan) s’obstinait à revenir pour hanter le présent, un passé qui ne cessait de recommencer, qui se transformait en recommençant, mais qui en retour relançait et transformait le temps politique.

Ce jeu des formes, continuellement actif, vivace, énergique est le contraire en somme d’une tradition, qui encombre le présent d’un passé insistant, obstiné, inerte ; le contraire d’un passé qui ne passe pas puisque, lors de l’année 2015-2016, il ne fut question que de passages, de luttes, de réminiscences, de spectres, de promesses (de tout ce dont rêvait Walter Benjamin dans, précisément, Le livre des passages). Ce jeu des formes est une configuration politique, c’est-à-dire très exactement la mise en présence de plusieurs fictions politiques. « Souvenirs, fictions, croyances » : c’était la première partie du titre de l’année dernière. En ciblant le moyen terme, à l’articulation du triptyque, « fictions », on ne cherche peut-être rien d’autre que tenter de répondre à cette question : que croit-on vrai de ce dont on se souvient ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire