Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures. Force, Sagesse et Beauté / Liberté, Égalité, Fraternité

Saisir des mots clefs à rechercher

samedi 27 novembre 2021

∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ Fictions Politiques par Patrick Boucheron ( Cliquer sur l'image ) | France Culture 05/06/2020


>>> Patrick Boucheron, titulaire de la chaire " Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIᵉ-XVIᵉ siècle ", nous entraîne dans une grande réflexion-enquête autour des >>> fictions politiques dans le cadre de la série de cours qu’il a donnés début 2017 au moment de l’investiture de Donald Trump et dans le contexte de la montée des populismes. Dans une interview donnée au Collège de France, l’historien explique que si "le pouvoir s’impose par sa capacité à se raconter, par la puissance de la fable, il s’impose également en tordant le récit de nos propres vies". Patrick Boucheron propose donc de "chercher les origines, sinon les commencements médiévaux entre l’art de gouverner et l’art de raconter". 

À retrouver dans l'émission LES COURS DU COLLÈGE DE FRANCE

TOUS LES ÉPISODES


>>> Chaque époque rêve la suivante

Quelle est la séduction de la tyrannie? Comment le tyran, seigneur de Milan, Bernabò Visconti devient-il "de son vivant, un personnage de fiction" au 14e...


>>> La vérité : avant, après

Qu’avons-nous sous les yeux? Pourquoi avons-nous des raisons de douter de la force du vrai? Patrick Boucheron revient sur Michel Foucault et son intérêt...


>>> Archéologie des erreurs collectives

Quelle est la vérité du politique ? De Machiavel, fin observateur du désenchantement républicain et de l’Italie en guerre, à partir de 1494, au grand laboratoire...


>>> Rompre le charme du théologico-politique

Comment rompre le charme du théologico-politique? Pourquoi Ernst Kantorowicz et Marc Bloch lisent-ils pour "se délier"? Faisait-on de la politique dans...


>>> La société eucharistique

Pourquoi "rejeter le témoignage des yeux et des oreilles"? Pourquoi l’orthodoxie de l’invraisemblable? Pourquoi 4 Evangiles? Quelle est la révolution narrative...


>>> Le pouvoir cannibale

Comment notre système politique se fonde-t-il sur la métaphore eucharistique de l’Incarnation ? Pourquoi les rois chassent-ils ? Qu’est-ce que le pouvoir...


>>> Face au Léviathan : l'événement visuel

Léviathan est-il un monstre bienveillant ou malveillant? Va-t-il nous dévorer ou nous incorporer? Pourquoi des images et pas seulement des récits? L'historien...


>>> Face au Léviathan, 2: Nul ne sait ce qu’est un corps politique

Que montre et que cache le frontispice du Léviathan, cette habile et minutieuse façade du livre de Thomas Hobbes? Le colosse formé d'une myriade de corps...


>>> Face au Léviathan, 3 : morphologie et histoire

Comment se placer à la tête d’un corps politique sans en être le chef? Pour son 3e volet consacré au frontispice saisissant du "Léviathan" de Hobbes, l'historien...


>>> Les passagers clandestins de la fiction

Pourquoi le "petit père du peuple" est-il en puissance de tuer tout son peuple? Quelle est la « lecture déplaisante » du "Léviathan" de Thomas Hobbes par...


>>> Qu'est-ce que préfigurer ? Des généalogies à rebours

"Une fiction peut-elle se faire anticipatrice"? demande Patrick Boucheron qui interroge la "puissance fictionnelle du politique" et la construction de...


>>> Pastiche, postiche et pouvoir parodique

"Comment faire, face à un pouvoir qui se parodie lui-même?" demande Patrick Boucheron. "Nous voici à nouveau face au tyran" dit-il. De l'abus du pouvoir...


Dans se leçon inaugurale, Patrick Boucheron a mis en évidence :

"L'énigme théologico-politique qui est le propre de l'histoire occidentale, son reste inassimilable, car nous sommes encore redevable (qu’on le veuille ou non, qu'on le sache ou pas) de cette longue histoire qui fait du sacrement eucharistique la métaphore active de toute organisation sociale. Reposant sur la théologie de l'incarnation, elle informe et contraint l'implicite d'une théorie de la représentation, entendue à la fois dans son sens figuratif (comme agissent les images pour rendre présente l'absence) et et son sens politique (comment s'organisent les institutions pour déléguer le pouvoir des communautés introuvables à des représentants)".

Comment comprendre les pouvoirs symboliques demande l'historien pour noter aussitôt que "les effets du pouvoir symbolique sont tout sauf symboliques" :

"Ils consistent dans la mise en partage d'un monde de pensées, de valeurs d'images et d'intentions que l'on peut appeler 'imaginaire', mais qui accède à une existence concrète dès lors qu'il devient socialement tangible." c'est en ce sens ce que l'histoire des pouvoirs trouve son origine dans la révolution symbolique initiée par l'église , mais capturée ensuite par les pouvoirs laïcs."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire