Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures.

Saisir des mots clefs à rechercher

mercredi 22 septembre 2021

"Phédon" ou l’art de mourir ' Cliquer sur l'image ) | France culture 22/09/2021

Comment Socrate nous apprend-t-il à mourir ?

Quiconque a lu un dialogue de Platon a peut-être déjà eu cette impression, un peu paradoxale : l'impression d'être un chat qui tombe d'une fenêtre, entre le vertige, le doute, la panique, de voir peu à peu s'effondrer toutes ses convictions, et l'assurance, pourtant, de retomber bien sur ses pieds, réconforté et presque heureux d'en sortir vivant et armé de principes fermes. Le Phédon, ce dialogue où Socrate fait face à sa condamnation à mort, n'échappe pas à cette impression, avec ceci d'encore plus déconcertant : à évoquer le sujet qui nous angoisse le plus - la mort, on en viendrait presque, en refermant ce livre, à regretter d'être encore en vie. Comment parler de la mort pour enfin l'accepter, pourrait-il bien aussi nous apprendre à vivre ?

À retrouver dans l'émission LES CHEMINS DE LA PHILOSOPHIE par Adèle Van Reeth

TOUS LES ÉPISODES


>>> “Ceux qui philosophent droitement s’exercent à mourir”

Dans le "Phédon" de Platon, Socrate, condamné à mort, nous apprend à mourir, délier son âme de son corps... Mais au-delà de se préparer à mourir, Socrate...


>>> Âme will survive ?

Le "Phédon" est-il une démonstration de l’immortalité de l’âme ?


>>> Socrate contre les détracteurs de la raison

Quel est le lien entre l'immortalité de l'âme et l'immatérialité de l'âme ? De quelle réalité fait-elle partie ? Si philosopher consiste à délier l'âme...


>>> Le dernier mot d’un condamné

"Criton, nous devons un coq à Esculape. Payez cette dette, ne soyez pas négligents" : que signifient les derniers mots de Socrate ? Comment sa mort, racontée...


Phédon

Édition de Monique Dixsaut

Le Phédon raconte une mort, celle de Socrate. Mais le récit de ces adieux singuliers est l’occasion de tenir un discours différent à ce sujet. Car Socrate meurt après avoir parlé, après avoir arraché à la mort son « masque » effrayant de sorcière, et en pariant sur l’immortalité de nos âmes.

Avec lui, mort et philosophie se livrent au même travail que Pénélope, défaisant ce que la vie a tissé et délivrant l’âme de l’oubli d’elle-même.

Il est impossible de lire ce dialogue-là tout à fait comme on en lirait un autre. Platon, qui n’assistait ni à ce dernier entretien ni à ces derniers instants du maître, les élève à une vérité plus haute que toute exactitude historique. Et Socrate qui, « demain », ne sera plus là, est présent comme il ne l’a jamais été.

(Présentation de l'éditeur)



Protagoras

Editions Flammarion GF, 1997

Présentation et traduction : Frédérique Ildefonse

Cédant à la demande du jeune Hippocrate, Socrate vient interrompre un meeting de sophistes et demande à voir le plus célèbre et le plus brillant d’entre eux, Protagoras. La question mise à l’ordre du jour est : la vertu peut-elle s’enseigner ? Faute d’avoir préalablement défini la vertu, la réponse à cette question demeurera jusqu’au bout incertaine. Mais le face-à-face entre le philosophe et le sophiste acquiert vite une intensité dramatique rarement égalée dans l’œuvre de Platon. Les pièges se multiplient et le lecteur ne sort pas épargné de cette succession inattendue d’épreuves.

(Présentation de l'éditeur)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire