Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures. Force, Sagesse et Beauté / Liberté, Égalité, Fraternité

Saisir des mots clefs à rechercher

lundi 2 août 2021

Architecture, design : le Bauhaus a 100 ans ! ( Cliquer sur l'image ) | France culture 26/07/2021

Une école qui a révolutionné notre rapport aux objets, leur beauté, leur coût, leur utilité.

À retrouver dans l'émission LSD, LA SÉRIE DOCUMENTAIRE par Perrine Kervran

En 1919 et pour seulement 14 années, s'ouvrait dans la toute jeune République de Weimar une histoire dont tout le monde connaît le nom mais assez peu les détails.

Le Bauhaus. On pense souvent que c'est un mouvement artistique. L'irruption de la modernité en architecture, en design, dans le textile, le graphisme, juste après la Première Guerre mondiale. Des formes géométriques et des couleurs primaires. Des fauteuils et des objets design, qu'on collectionne. Des noms célèbres comme ceux de Wassily Kandinsky, Paul Klee, Marcel Breuer ou Ludwig Mies van der Rohe. On sait aussi que c'est un esprit, sans que l'on sache vraiment ce que cela veut dire.

On oublie souvent que c'est avant tout une école qui a réuni toute l'avant garde artistique allemande et au-delà, avec la volonté d'unir l'art et la technique et inventer une autre manière d'habiter et de vivre. Une école qui a révolutionné notre rapport aux objets, leur beauté, leur coût, leur utilité.

Avec cette série de 4 heures pour les 100 ans de cette école, on sort le Bauhaus de l'étagère, de la réputation d'austérité qui l'entoure pour restituer l'extraordinaire expérimentation que cette école a été, en donner à entendre l'énergie, l'inventivité, l'exubérance et l'influence considérable. Raconter les grands jalons historiques mais exhumer aussi tout le sel que la postérité de ce mouvement a fait oublier : la vie communautaire, les fêtes déguisées, des ateliers ouverts aux femmes, le théâtre, la révolution dans les habitations, ces maisons et ces objets qu'on peine à imaginer datant des années 20.

Le Bauhaus, c'est l'invention de la modernité, dont on trouve des ramifications partout aujourd'hui dans nos objets, nos habitations, notre architecture, que ce soit aux Etats-Unis, où ses grands maîtres se sont exilés, en Europe bien sûr mais aussi en Israël, où certains élèves ont fui après 1933. 

De Weimar  à Tel Aviv en passant par Dessau et Berlin, quatre épisodes :

Les deux premiers épisodes racontent les 14 années d'existence de l'école, de 1919 à la fermeture forcée par les Nazis en 1933. Le troisième se déroule à Tel Aviv, estampillée capitale mondiale du Bauhaus. Le dernier revient en Europe, interroger l'héritage.

Une série de Camille Juza, réalisée par Jean-Philippe Navarre

TOUS LES ÉPISODES


>>> Artistes et artisans, unissez-vous !

Retour à Weimar, sur le lieu de l'origine du Bauhaus, quand maîtres et élèves inventaient la modernité dans le mobilier, le graphisme, les objets.


>>> Des objets à la chaîne

Chassée de Weimar, accusée de bolchévisme culturel, l'école du Bauhaus déménage en 1925 dans la ville ouvrière de Dessau et prend un tournant industriel.


>>> A Tel-Aviv, sur les traces du Bauhaus

Véritable musée à ciel ouvert et patrimoine mondial de l'Unesco, 4000 bâtiments de la ville blanche de Tel Aviv sont estampillés Bauhaus.


>>> Vous avez dit Bauhaus ?

Que nous reste-t-il du Bauhaus ici, en Europe ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire