Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures.

Saisir des mots clefs à rechercher

samedi 10 juillet 2021

Libéralisme, démocratie, conservatisme: situer Tocqueville. Avec Françoise Mélonio et François-Xavier Bellamy ( Cliquer sur l'image ) | France culture 06/07/2021

Photo d'une statue d'Alexis de Tocqueville réalisée
par l'artiste mayennais Louis Derbré, prise,
le 12 mai 2005 à Saint-Lô dans
la cour du Conseil Général. 
À retrouver dans l'émission L'INVITÉ(E) DES MATINS D'ÉTÉ par Chloë Cambreling et Guillaume Erner

Crise de la démocratie, abstention, période de doutes, de transition, crise sanitaire, risque populiste... 

Comment Tocqueville peut-il nous aider à penser notre présent et notre rapport à la démocratie aujourd’hui ? Pour en parler, nous recevons Françoise Mélonio et François-Xavier Bellamy.

Le 3 juin dernier est sorti Correspondance à divers (Gallimard), le 17e et dernier tome de la collection des Œuvres compètes de Tocqueville. Une aventure éditoriale qui s’étire sur près de 70 ans et qui a poursuivi l’objectif de publier, de rendre visible et intelligible l’œuvre d’Alexis de Tocqueville, philosophe politique, écrivain, penseur et homme politique. 

Tocqueville : le penseur de la démocratie

Alexis de Tocqueville est connu et reconnu comme le penseur de la démocratie grâce à son ouvrage paru en deux volumes : De la démocratie en Amérique (1835-1840). Il y développe l’idée que la révolution démocratique n’est pas qu’un changement de régime et de statut politique : pour lui l’égalisation des conditions engendre une transformation totale de la société et de ses individus. Sa pensée est novatrice car il est le premier à étudier la démocratie comme une mutation générale de l’humanité dans laquelle tout va changer : les sentiments, les mœurs, les idées, de ses institutions politiques, en passant par la famille, les relations hommes-femmes, par la religion, ou même la science historique. 

"Cet enfant de l'aristocratie adopte la démocratie tout en étant lucide sur le fait que la démocratie peut détruire les conditions même de son existence. [...] Ce n'est pas un esprit de système, c'est un homme de l'entre deux, ce n'est pas un dogmatique, il regarde la démocratie avec le soutien sincère et l'inquiétude qu'il éprouve devant les risques qu'elle comporte." François-Xavier Bellamy

"Dans "La Démocratie en Amérique", il est très sensible à tout ce qui a changé alors même que cela n'avait pas tant changé à l'époque. Et en même temps il est sensible à ce qu'on perd du système aristocratique: une certaine forme de culture élaborée, l'autorité naturelle." Françoise Mélonio 

Une pensée qui éclaire notre présent

Mise de côté durant de nombreuses décennies, la pensée de Tocqueville est aujourd’hui plus que jamais d’actualité. Parce qu’elle permet de comprendre les risques, les dynamiques, les limites, les tendances du régime démocratique, sa pensée nous amène à réfléchir sur la crise qui le traverse, entre abstention, populisme, individualisme… 

"Tocqueville nous parle aujourd'hui car nous vivons un moment où nous nous interrogeons sur la démocratie elle-même." François-Xavier Bellamy 

"Ce qu'il a analysé de manière extraordinaire c'est le danger que peut représenter la démocratie pour la liberté." Françoise Mélonio 

Un homme politique engagé

Tocqueville considère qu’à son époque la démocratie est un fait inéluctable, car l’histoire converge vers la liberté et l’égalité et donc vers le régime démocratique après des siècles de système monarchique. Pour autant, même s’il considère ce processus comme allant de soit à l’époque, il a conscience que la démocratie n’est ni naturelle, ni immortelle et peut donc finir un jour. Pour lui une des manières d'assurer la pérennité de ce système repose dans l'exercice politique qui doit servir les citoyens. Son engagement comme député de la Manche durant plus de dix ans (1839-1851) illustre l'importance qu'il accordait à la vie politique locale pour assurer le bon fonctionnement du régime démocratique. 

"Ce qu'il a admiré sur la côte Est américaine, c'est la vie locale, la vie communale dont il dit que c'est l'école primaire de la liberté." Françoise Mélonio 

"Pour Tocqueville ce qui compte c'est l'esprit de la démocratie. La démocratie c'est le régime dans lequel il ne faut pas tout attendre d'un souverain et l'on doit se prendre en charge, s'engager." François-Xavier Bellamy 

Françoise Mélonio est professeure émérite de littérature française à l’Université Paris IV Sorbonne et spécialiste de Tocqueville. Elle participe depuis 1980 à la publication des Œuvres complètes d’Alexis de Tocqueville par Gallimard.

François-Xavier Bellamy est normalien, agrégé de philosophie et député européen. Il a enseigné la philosophie au lycée et en classe préparatoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire