Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures.

Saisir des mots clefs à rechercher

dimanche 23 mai 2021

Idéologie djihadiste, le "désengagement" ( Cliquer sur l'image ) | France culture 11/04/2021

À retrouver dans l'émission QUESTIONS D'ISLAM par >>> Ghaleb Bencheikh

Dans la stratégie française de lutte anti-terroriste et notamment dans les programmes de prévention contre l'idéologie djihadiste, sont employés les termes de "désengagement" et "déradicalisation", qu'entend-on par ces notions ?

 Quartier de prévention de la radicalisation (QPR)
de la prison de la Santé, créé en juin 2019.
Prison de la santé, Paris, juillet 2019

Le défi de la radicalisation religieuse en France, notamment de type salafiste djihadiste est à relever impérativement. La contre-attaque est à mener sur tous les fronts. Cette action continue et laborieuse n’est pas exempte de réelles difficultés. 

Aussi Mohammed Chirani, revient-il sur son expérience comme chargé de mission « lutte contre la radicalisation violente sur le volet idéologique et politico-religieux » au sein de l’administration pénitentiaire au ministère de la Justice. 

Il passe en revue les efforts consentis afin de contrecarrer le discours djihadiste en prison, travail distinct de la mission de l’aumônerie pénitentiaire. Il explique la notion de « désengagement » phase intermédiaire nécessaire avant l’insertion des « repentis déradicalisés ». 

"Le "désengagement", c'est agir sur la non-violence. C'est une personne à un moment donné, qui peut se radicaliser ou pas, décide de renoncer à la violence. (...) Ça veut dire dans sa pensée, dans son comportement, il est encore de type radical, avec une pratique de l'islam très rigoriste, mais il renonce à la violence.  Là on peut parler de "désengagement". C'est moins ambitieux que la "déradicalisation" mais le "désengagement" est plus facile à atteindre." 

Mohammed Chirani souligne surtout la difficulté de mener ce combat avec les salafo-djihadistes lorsque l’on tient une position médiane dans un contexte de polarisation exacerbée des identitarismes. 

Mohammed Chirani, essayiste, consultant en prévention de la radicalisation religieuse. Il est notamment l'auteur de Islam de France, la République en échec, publié chez Fayard en 2017 et Réconciliation française-Notre défi du vivre ensemble paru en 2014 aux éditions François Bourin.

La pause musicale

N3rdistan, label Le Rocher

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire