Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures.

Saisir des mots clefs à rechercher

lundi 12 avril 2021

∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ Sophocle (-495/-406), l'avant-garde tragique ( Cliquer sur l'image ) | France culture 10/04/2021

À retrouver dans l'émission TOUTE UNE VIE

Alors qu’il approche l’âge exceptionnel de 90 ans et compose l’une de ses toute dernières œuvres, Sophocle fait revivre le lieu de son enfance : Colone. Le vieil Œdipe aveugle et réprouvé, escorté par sa fille Antigone, vient y chercher asile, s’attirer la grâce des dieux et y mourir en paix.

Sophocle, copie romaine d'un original grec.
Musée Ny Carlsberg Glyptothek,
Copenhague. 

Œdipe à Colone, mise en scène à titre posthume en -401, c’est alors Sophocle lui-même retournant dans son pays natal pour lui rendre hommage, au crépuscule de sa vie, après les vicissitudes innombrables d’une vie mouvementée, emportée dans les remous de l’Histoire qui frappa la brillante cité d’Athènes dont il fut l’une des figures éminentes. 

Sophocle, à la différence de ses rivaux Eschyle et Euripide, ne fut pas seulement cet homme de théâtre de modeste origine dont la carrière triomphale commença en -468, et dont l’œuvre connut le plus grand nombre de victoires aux concours annuels des Dionysies. 

Si sa vie, assez mal documentée, fut ponctuée par la rédaction d’au moins 123 pièces dont 7 seulement nous sont parvenues, on sait moins que Sophocle fut aussi un citoyen engagé dans la vie politique et intellectuelle de son époque, mais aussi dans les moments les plus symboliques de l’histoire d’Athènes, de son apogée à sa disgrâce, en l’espace d’à peine un siècle – le siècle de ce qu’on appela le miracle grec, celui du grand Périclès. 

"Œdipe à Colone" (1798), huile sur toile de
Fulchran-Jean Harriet (1776 - 1805),
sise au Cleveland Museum of Art (Ohio. USA)

En effet, il avait déjà atteint la cinquantaine lorsqu’il exerça sa première charge publique : hélletomane, c’est-à-dire trésorier des Grecs, charge délicate créée lors de la formation de l’empire athénien à l’issue de la victoire massive de Salamine, en -480. 

Qu’est-ce qui le propulse à cette fonction si ingrate ? 

Cinq ans plus tard, en -441, alors qu’il a déjà composé Ajax et Antigone, Périclès le désigne comme son premier stratège lors de l’expédition d’Athènes contre la puissante île de Samos révoltée. Pourquoi lui ? 

On raconte que ce sont ses connaissances des stratégies de l’amour qui dictèrent ce choix... 

De même, en -431, année de la mise en scène d’Œdipe Roi, la terrible Guerre du Péloponnèse est engagée, Sophocle en établit la stratégie. Quelques années plus tard, c’est au milieu des ravages causés par la terrible peste qui frappe Athènes – épidémie évoquée dans Œdipe Roi – qu’il compose son Electre. 

Une statue d’Asclepios au Glyptothèque
Ny Carlsberg (Copenhague, Danemark) 
Par ailleurs, en -411, pourquoi ce fervent défenseur de la démocratie participe-t-il à l’établissement du régime oligarchique, dit des Quatre-Cent ? Et pourquoi soutient-il le retour du fougueux Alcibiade, ennemi juré de son mentor Périclès ? 

Parallèlement, on sait qu’il était au fait des controverses qui agitaient le monde intellectuel, qu’il battit le fer avec les Sophistes, s’engagea opiniâtrement dans les débats sur le droit, la justice, la famille, la religion. 

Ne fut-il pas, d’ailleurs, à l’origine aussi de l’instauration d’un nouveau culte dédié à Asclepios ? 

Aussi, en tant que dramaturge triomphant, quelle est sa particularité à l’égard de ce genre récent qu’est la tragédie ? 

Qu’est-ce qui le distingue de ses contemporains connus, en quoi compte-t-il ?

Intervenants

  • Cléo Carastro, anthropologue
  • Florence Dupont, helléniste
  • Pierre Judet de la Combe, philologue
  • André Wilms, acteur et metteur en scène

Un documentaire d’Alexandre Breton et Yvon Croizier. Archives INA, Christelle Rousseau. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France.

Sébastien Norblin (1796-1884), Antigone donnant
la sépulture à Polynice (1825). École nationale
 supérieure des beaux-arts (Paris)

Bibliographie

  • Jean Bollack : Œdipe roi, Sophocle. Traduction Jean et Mayotte Bollack (Éditions de Minuit, 1985) - L'Oedipe roi de Sophocle : le texte et ses interprétations (Presses Universitaires de Lille, 1990) - Antigone, Sophocle. Traduction Jean et Mayotte Bollack (Éditions de Minuit, 1999) - La mort d'Antigone. La tragédie de Créon (Presses universitaires de France, 1999) - Électre, Sophocle. Traduction Jean et Mayotte Bollack (Éditions de Minuit, 2007) - La naissance d’Œdipe. Traduction et commentaires d'Oedipe roi (Gallimard, 1995) - La Grèce de personne : les mots sous le mythe (Seuil, 1997)
  • Cléo Carastro : L’antiquité en couleurs : catégories, pratiques, représentations (Jérôme Millon, 2009) - La cité des mages. Penser la magie en Grèce ancienne (Jérôme Millon, 2006)
  • Pierre Judet De La Combe : Les tragédies grecques sont-elles tragiques ? Théâtre et théorie (Bayard, 2010)
  • William Marx, Le Tombeau d’Œdipe. Pour une tragédie sans tragique (Éditions de Minuit, 2012)



Œdipe (à droite), le sphinx (au centre) et Hermès (à gauche).
Stamnos attique à figures rouges,
v. 440 av. J.-C. Attribué au Peintre de Ménélas

  • Florence Dupont : L'Antiquité territoire des écarts (Albin Michel, 2013) -L'Insignifiance tragique (Le Promeneur, 2001) - Antigone, Sophocle (L'Arche, 2007)
  • Friedrich Hölderlin : Remarques sur Oedipe et Remarques sur Antigone (Éd. 10/18, 1965) - L’Antigone de Sophocle (Christian Bourgois, 1998) - Oedipe le tyran (Christian Bourgois, 1998)
  • Jacques Jouanna : Sophocle (Fayard, 2008)
  • Heiner Müller : Philoctète (Éditions de Minuit, 2009)
  • Jacqueline de Romilly : La Tragédie grecque (Presses Universitaires de France, 2006)
  • Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet : Mythe et tragédie en Grèce ancienne (2 volumes. Maspero, 1972, réédition La Découverte, 2001)

>>> Antigone ou le grand non

Lectures (extraits) par Virginie Di Ricci, actrice et dramaturge : Antigone (trad. Florence Dupont) - Antigone (trad. Friedrich Hölderlin) - Ajax (trad. Paul Mazon) - Œdipe roi (trad. Jean Bollack)

Merci à Vincent Azoulay, Sandrine Clauzure, Julien Gaillard, Jacques Jouanna et William Marx.

"Sophocle, c’est le deuxième après Eschyle avant Euripide. On dit que c’est le meilleur, c’est le sommet… C’est un personnage fabuleux qui a fait des tragédies qui étaient "bien-aimées des Dieux", disait-on. C’est pour ça qu’il a été héroïsé à sa mort." Pierre Judet de la Combe, philologue

Musique : Igor Stravinsky, Oedipus rex - Ildebrando Pizzetti, Prélude symphonique pour l’Oedipe roi de Sophocle - Carl Orff, Antigonae - Felix Mendelssohn-Bartholdy, Antigone opus 55.

Buste de Sophocle (Ve siècle ?), Den fjättrade ankan -
Buste d'Eschyle (Ve siècle), musée du Capitole -
Buste d'Euripide (vers 330), Gunnar Bach Pedersen

Pour aller plus loin

>>> Sophocle sur Wikipédia

  • Biographie de Sophocle dans le Dictionnaire des auteurs grecs et latins de William Smith, en ligne sur le site de l’Antiquité grecque et latine du Moyen Age
  • Biographie de Sophocle par Hélène Kémiksti à lire sur le site du projet Homère.
  • Liste des œuvres de Sophocle, avec, pour certaines, la traduction en ligne. Sur le site de Philippe Remacle, dédié à l’antiquité grecque et latine
  • Retraduire Sophocle, entretien avec Bertrand Chauvet, helléniste et traducteur, dans Agôn (2010)

"Qu’est-ce qu’il cherchait à faire ? Qu’est-ce qu’il voulait faire ? Ce qui est frappant, c’est que les gens qui sont les artisans du théâtre sont toujours fascinés. Ils y reconnaissent un vrai collègue, un homme de métier qui a réfléchi sur qu’est-ce que c’est que parler, bouger sur scène, faire parler un groupe, un chœur avec la musique, etc. Donc là, ils reconnaissent quelqu’un du métier. Parce que c’est comme ça qu’il faut d’abord le prendre." Pierre Judet de la Combe, philologue

  • Djiriga Jean-Michel Dago, La lecture idéologique de Sophocle. Histoire d’un mythe contemporain : le théâtre démocratique, (Université de la Sorbonne nouvelle, Paris III, 2013)
  • Étude sur Œdipe Roi de Sophocle par Christabel Grare (Inspection Académique, IPR de Lettres, Aix-Marseille)
  • Diane Cuny, Les réflexions générales dans le théâtre de Sophocle, dans L'information littéraire (n°1, Vol.55, 2003)

Résumé d'Antigone

"L’action se déroule à Thèbes après un siège qui a vu la victoire des Thébains, menés par Etéocle, contre les Argiens menés par son frère Polynice. A l’issue d’un combat singulier, les deux frères se sont entretués. Créon, le nouveau roi, voit Etéocle comme le défenseur de la cité tandis que Polynice est assimilé à l’envahisseur. Voulant séparer le bon grain de l’ivraie, Créon prive de sépulture le cadavre de Polynice. 

Face à ce décret injuste, Antigone, la fille d’OEdipe, se soulève. Au prix de sa propre vie, elle ira jusqu’au bout de sa fidélité envers les lois divines qu’elle place au-dessus de celles des hommes… Avec cette tragédie, écrite par Sophocle vers 440 avant Jésus-Christ, naît une des figures les plus incandescentes de la rébellion : une jeune femme à peine sortie de l’adolescence, dont le crime est d’avoir jeté une poignée de terre sur la dépouille de son frère." Stéphane Michaka

Aucun commentaire:

Publier un commentaire