Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures. Liberté, Égalité, Fraternité

Saisir des mots clefs à rechercher

mercredi 29 septembre 2021

De la guerre civile ( Cliquer sur l'image ) | France culture 13/03/2021

À retrouver dans l'émission RÉPLIQUES par Alain Finkielkraut

A l'occasion de la parution du livre "La guerre civile" de Guillaume Barrera, Répliques explore les contextes historiques de ces conflits internes.

Bataille d'Actium, an 31 avant J-C, Guerre civile
de la République romaine, extrait de
"Histoire universelle" de Edmund Ollier.

L'actualité nous le rappelle tous les jours : la France se fissure. 

L'éloge haletant et permanent du vivre-ensemble est le symptôme pathétique de cette fissuration. Un concept resurgit pour traduire l'inquiétude qui monte de toutes parts : celui de guerre civile. 

Les uns voient celle-ci venir, d'autres nous rassurent et se rassurent en disant qu'elle n'aura pas lieu. Sans employer le terme, l'ancien ministre de l'Intérieur Christophe Colomb a déclaré au moment de quitter la place Beauvau que les communautés qui vivent aujourd'hui côte à côte risquent de se retrouver bientôt face à face. 

Avant d'examiner cette hypothèse et pour savoir si guerre civile est le concept qui lui convient, il importe de prendre du recul. La parution du livre de Guillaume Barrera La guerre civile histoire, philosophie, politique nous en offre l'occasion. Je l'ai donc invité avec Jean-Claude Casanova, qui co-dirige la revue Commentaire et je voudrais partir du traumatisme des guerres civiles religieuses qui ont ravagé l'Europe au XVIe et XVIIe siècle ; le pire des maux, disaient aussi bien Blaise Pascal que Thomas Hobbes. Peut-on dire que la politique et même l'anthropologie moderne sont nées de ce traumatisme ?  

"La guerre civile déchire la vie commune jusqu'à mettre le corps politique en péril de mort."

Les fondements de la vie commune

Au XVIe siècle, les guerres confessionnelles vont modifier la politique et mettre sur le devant de la scène les concepts de souveraineté, d'obéissance et la question du droit. Guillaume Barrera interroge la notion de guerre civile à la fin du XVIIIe siècle comme d'un moyen pour accélérer les processus historiques.

"Transformer la guerre civile en simple discussion des opinions par l'intermédiaire de toute la construction juridique de l'Etat moderne." Jean-Claude Casanova

"Les légendes agissent bien plus que la vérité en histoire !" Guillaume Barrera

Une guerre internationale

"Le phénomène historique majeur auquel nous avons assisté sont les printemps arabes. J'ai le sentiment que, effrayés et blessés, par cette succession de violence qui n'est pas sans rapport avec ces printemps arabes, nous perdons de vue le problème principal : la guerre qui ravage le monde arabo-musulman. [...] Je crains que cette guerre finisse par nous rendre tellement sensible avec cet abcès de fixation au problème de l'intégration des immigrés dont vous parlez, que nous ne voyons plus aussi que cette impossibilité de l'intégration est entretenue par cette guerre interne au monde arabo-musulman ; elle est en partie exogène. La philosophie politique doit être liée à un souci de l'histoire." Guillaume Barrera

INTERVENANTS

  • Guillaume Barrera, Philosophe, essayiste.
  • Jean-Claude Casanova, Economiste, directeur de la revue Commentaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire