Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures.

Saisir des mots clefs à rechercher

lundi 22 février 2021

Tianjin 1900 : la Chine et déjà le monde ( Cliquer sur l'image ) | France culture 06/02/2021

À retrouver dans l'émission CONCORDANCE DES TEMPS par Jean-Noël Jeanneney

La célèbre révolte des Boxers, brutalement réprimée par des forces internationales, celles de huit puissances étrangères, a conduit à instituer à Tianjin, pendant un bref moment, le premier gouvernement international de l’époque contemporaine.

Rue de Tianjin, 1910.

Depuis quelques décennies, depuis que la « mondialisation » paraît s’être imposée comme propre à caractériser notre temps, la formule a fini par perdre beaucoup de sa précision et peut-être de sa validité explicative. 

Les polémiques s’en mêlent abondamment, au cœur de multiples controverses, et les historiens s’en sont sentis aiguillonnés, conformément à leur vocation, pour replacer cette notion dans la longue durée. 

Puisqu’ils sont soucieux, comme toujours, de ne pas exagérer l’inédit, ils ont rappelé que les traits qui caractérisent ce phénomène planétaire peuvent, pour une bonne part, se retrouver à d’autres époques, dans la chronique de l’humanité. 

Et d’autre part ils se sont attachés, je parle des chercheurs occidentaux, à prendre de la distance par rapport à une littérature scientifique qui étaient demeurée longtemps européo-centrée, selon une vision qui était héritée du XIXe siècle et marquée par la colonisation. Il existe bien des façons de contribuer à cet indispensable recentrage. 

Je vous en propose une, ce matin, en complicité avec Pierre Singaravélou. Professeur à la Sorbonne et à King’s College, à Londres, il est l’auteur, entre divers ouvrages qui l’ont installé comme l’un des plus importants historiens de sa génération, celle des quadragénaires, d’un livre autour duquel nous allons construire cette émission. Il y braque l’attention sur la ville de Tianjin, en Chine - nous disions naguère Tien-tsin - au tout début du XXe siècle. 

La célèbre révolte des Boxers, brutalement réprimée par des forces internationales, celles de huit puissances étrangères, a conduit à instituer là, pendant un bref moment, le premier gouvernement international de l’époque contemporaine. Cette expérience rare a des choses à nous dire sur la genèse des cent-vingt années qui ont suivi. Sur la Chine contemporaine, bien sûr, mais plus largement sur le monde qui est le nôtre.

ARCHIVES DIFFUSÉES

  • Extrait d'une conférence de presse du Général de Gaulle, président de la République, à l'occasion de la reconnaissance de la République Populaire de Chine par la France, le 31/10/1964.
  • Appel lancé au pays par l'empereur Guangxu en août 1898, lecture diffusée dans le cadre du magazine « La Tribune de l'Histoire » consacrée à La guerre des Boxers, le 29 juin 1963.
  • Paul Claudel évoquant ses souvenirs de consul à Fuzhou, au sud de Shanghai en Chine, de 1895 à 1899, puis de 1900 à 1905, au micro de Jean Amrouche en 1951.
  • Article de Jean Frollo sur la révolte des "Boxers" en Chine, publié dans Le Petit parisien le 2 juin 1900, lu par Nathalie Kanoui, dans « La Fabrique de l’Histoire » (rubrique « C’était à la Une ») d’Emmanuel Laurentin, sur France culture, le 01/12/2017.
  • Reportage télévisé de Marc Drouet sur la ville chinoise de Tianjin, diffusé sur FR3, le 04/10/1984.
  • Générique de fin : musique bouddhiste de Tianjin. 

BIBLIOGRAPHIE

  • Pierre Singaravélou, Tianjin Cosmopolis. Une autre histoire de la mondialisation, Le Seuil, coll. « L'Univers historique », 2017.
  • Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre (dir.), Le Magasin du Monde. La mondialisation par les objets du XVIIIe siècle à nos jours, Fayard, 2020.
  • Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre (dir.), Histoire du Monde au XIXe siècle, Fayard, 2017.
  • Pierre Singaravélou et Fabrice Argounès, Le Monde vu d'Asie. Une histoire cartographique, Le Seuil, 2018.
  • Pierre Singaravélou, _L' École française d'Extrême-Orient ou L'institution des marges (1898-1956). Essai d'histoire sociale et politique de la science coloniale_, L'Harmattan, coll. « Recherches asiatiques », 1999, rééd. CNRS éditions, coll. Biblis, 2019.
  • Pierre Singaravélou et Quentin Deluermoz, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris, Le Seuil, coll. « L'Univers historique », 2016.
  • Pierre Singaravélou (dir.), Les Empires coloniaux. XIXe-XXe siècle, Seuil, coll. « Points Histoire », 2013.
  • Pierre Singaravélou, Claire Laux et François-Joseph Ruggiu (dir.), Au sommet de l'Empire. Les Élites européennes dans les colonies du 16e au 20e siècle, Peter Lang, coll. « Enjeux internationaux », 2009.
  • Pierre Singaravélou, Professer l'Empire. Les « Sciences coloniales » en France sous la IIIe République, Publications de la Sorbonne, 2011. 
  • Karim Miské, Marc Ball et Pierre Singaravélou, Décolonisations - Série documentaire en 3 épisodes de 52 minutes (Program33), avec la voix du comédien Reda Kateb, diffusée le 7 janvier sur ARTE et le 4 janvier, le 11 et le 18 janvier sur la RTBF. La série Décolonisations obtient le Grand prix international du documentaire d'auteur de l'Union Radiophonique et Télévisuelle Internationale (Unesco) en novembre 2020.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire