Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures.

Saisir des mots clefs à rechercher

dimanche 21 février 2021

Narcisse Pierre Pelletier, Naufragé, Aborigène | Festival Int. Film & Livre d'Aventure La Rochelle 2 sept. 2019


Né le 1er janvier 1844, ce fils d’un bottier vendéen prit la mer comme mousse à l’âge de 13 ans. Il embarqua à Marseille à bord d’un trois-mâts qui fit naufrage le 30 septembre 1858 sur un récif de corail, en Papouasie-Nouvelle Guinée. Abandonné par l’équipage, le jeune garçon blessé fut recueilli par un clan aborigène de Cap York, en Australie. 

Baptisé du nom d’Amglo, il vécut dix-sept ans à l’autre bout du monde. Initié à la culture millénaire des aborigènes, il entra dans le cercle secret du temps des rêves.

Intervenants

  • Serge Aillery, auteur du documentaire Narcisse Pelletier, naufragé, aborigène (production 24images, diffusion France 3 Pays de la Loire)
  • Thomas Duranteau, historien, coauteur de Narcisse Pelletier, la vraie histoire du sauvage blanc (Elytis, 2016. Diffusion Harmonia Mundi)
  • Chanouga, graphiste, illustrateur, auteur de la bande dessinée Narcisse. Tome 1 : Mémoires d’outre-monde - Tome 2 : Terra Nullius - Tome 3 : Vents contraires (Paquet, 2015. Collection Cabestan)
  • Loup Odoevsky Maslov, fondateur du blog Chronique de Saint-Nazaire, membre du conseil du patrimoine de la Ville de Saint-Nazaire
  • Roland Mornet, ancien capitaine de navire océanographique, passionné d’histoire maritime, président de l’association des Amis de Narcisse Pelletier
  • Xavier Porteau, marin, co-auteur de Narcisse Pelletier, la vraie histoire du sauvage blanc (Elytis, 2016. Diffusion Harmonia Mundi)
  • Textes (extraits) lus par Arnaud Carbonnier et Thierry Beauchamp : Lettres de Narcisse Pelletier à ses parents - Extraits du livre de Constant Merland, Dix-sept ans chez les sauvages. Aventures de Narcisse Pelletier (E. Dentu, 1876).

Oui, c'est vrai, un mousse (Narcisse Pelletier) qui a eu une histoire particulière, un mousse maltraité, alors là, il n'y avait rien de particulier, c'était fréquent. 

Un mousse, c'était un apprenti marin. Il est tout jeune, il sert de domestique ou bien, plus souvent que d'apprendre son travail, il donne un coup de main, il apprend, il s'endurcit. Il est appelé par les uns et les autres, un mousse, il faut qu'il soit débrouillard, malin quelques fois. Malin, on le devient parce que, pour ne pas prendre une raclée, qu'est-ce qu'on ne ferait pas... Quelques fois, le mousse n'a que le chien comme ami, quand il y en a à bord. Encore une fois, ça dépend du capitaine. Il a pu servir parfois comme objet sexuel et encore une fois, je suis persuadé que ce que l'on sait, c'est la partie émergée de l'iceberg parce que les équipages ne parlaient pas. 

Surtout à la pêche, la pêche à la morue, parce que s'ils parlaient et bien ils étaient grillés sur la place. Y'a des gamins qui ont été tués à coups de sabots. Ou alors, voilà, "le mousse avait été emporté par la mer", sur le rapport de mer, mais on dit pas qu'il a été tué par le capitaine, on dit qu'il a été emporté par la mer. C'est l'omerta de la mer. Roland Mornet, ancien capitaine de navire océanographique, passionné d’histoire maritime, président de l’association des Amis de Narcisse Pelletier, à propos de la vie des mousses.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire