Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures.

Saisir des mots clefs à rechercher

samedi 27 février 2021

"La Princesse de Clèves" de Madame de La Fayette ( Cliquer sur l'image ) | France culture 22/02/2021

La Princesse de Clèves de Mme de La Fayette a été publié anonymement en 1678. Prototype du roman d’analyse psychologique, c’est aussi un roman historique, qui met en scène la vie à la cour des Valois dans les dernières années du règne d’Henri II, à la fin du XVIème siècle. 

Mme de La Fayette a connu La Rochefoucauld, Racine et Boileau, a été très proche de Mme de Sévigné, et elle a fréquenté les salons de Mme de Scudéry, qui symbolise les précieuses lettrées. Or, le thème principal de son roman est bien l’amour et on trouve de nombreuses thématiques précieuses dans le texte, à commencer par l’aveu que l’épouse fait à son mari de l'inclination qu’elle éprouve pour un autre homme afin de se prémunir contre sa propre passion. 

L’amour précieux est malheureux et il affecte des êtres extraordinaires par leur beauté, leur intelligence et la grâce qui les anime. La structure du roman est néanmoins théâtrale, toute tendue vers sa fin tragique, depuis le nœud constitué par la rencontre impromptue de M. de Clèves chez le bijoutier, jusqu'au final tragique représenté par la vie pieuse et rangée du monde de la jeune veuve. 

Ce texte dont l’anonymat de l’auteur n’a pas longtemps été préservé, est devenu un modèle littéraire pour Balzac avec Le Lys dans le vallée ou Radiguet, dans Le Bal du comte d’Orgel, et, plus près de nous, jusqu’à Christophe Honoré qui a transposé son intrigue dans la Belle Personne, où la cour d’un lycée parisien vient remplacer celle du roi Henri II, en 2008. Il est vrai qu’il a été remis au goût du jour en réaction à la pique d’un candidat à la présidence de la République qui avait, de son propre aveu, beaucoup souffert en l’étudiant au lycée et n’a pas hésité à le brocarder (« Je ne sais pas si cela vous est arrivé de demander à la guichetière ce qu’elle pensait de La Princesse de Clèves. Imaginez un peu le spectacle »), déclenchant une vague de lectures marathons de ce texte dans la rue ou devant des lieux symboliques comme le Panthéon.

Réalisation : Sophie-Aude Picon

À retrouver dans l'émission FICTIONS / LE FEUILLETON

TOUS LES ÉPISODES


>>> La Cour d’Henri II

La magnificence et la galanterie n’ont jamais paru en France avec tant d’éclat que dans les dernières années du règne de Henri second.


>>> Le coup de foudre

Mme de Clèves avait ouï parler de M. de Nemours, comme de ce qu’il y avait de mieux fait et de plus agréable à la cour ; et surtout Mme la dauphine le...


>>> L'aveu

Peu de jours avant l’arrivée du duc d’Albe, le roi fit une partie de paume avec M. de Nemours, le chevalier de Guise et le vidame de Chartres. Les reines...


>>> Le sort s'en mêle

M. de Clèves était allé trouver le roi, le cœur pénétré d’une douleur mortelle. Jamais mari n’avait eu une passion si violente pour sa femme, et ne l’avait...


>>> Dénouement

M. de Clèves est au plus mal !


Réalisation : Sophie-Aude Picon

Aucun commentaire:

Publier un commentaire