Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures.

Saisir des mots clefs à rechercher

dimanche 10 janvier 2021

∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ The storming of the US Capitol is not just about Trump, but the whole American right : The President is not an aberration, but the culmination of the slow drift of a Republican party that gave up on democracy a long time ago, by Tom Clark | Prospect January 7, 2021

Photo: John Nacion/NurPhoto/PA Images

Suivi de Google traduction en Français 

No sooner had the mob moved on the Capitol than the whole right-wing establishment began to act as if they didn’t know the unruly man who had incited them to do so.

It fell to Vice-President Pence, fresh from resisting his boss’s demands to “disappear” the electoral college votes of states that had gone the wrong way, to summon the National Guard. The grand old organ grinder of the Senate Republicans, Mitch McConnell, earnestly sermonized that his vote to certify the peaceful transfer of power was the most important in his 36-year Senate career. Even Ted Cruz of Texas, the thinking man’s ultra-conservative (if there can be such a thing), denounced the people Donald Trump continued to salute as “very special people” for a “despicable act of terrorism.”

And yet. Right through this week Cruz has been manoeuvring, posturing and voting to subvert the democratic will of the American people, undermining the recent election by calling it into question. For weeks after the perfectly clear election McConnell had kept schtum while Trump used abjectly hopeless legal actions against the election to draw publicity to his conspiracy theories. And if McConnell can switch on the judicious tones of an elder statesman, Pence can turn back the dial to the genial tones of the avuncular radio presenter he used to be. But both men, of course, have for four long years sat back and smiled on as the 45th President set fire to every constitutional norm of the American republic.

The British journalist Andrew Neil encapsulated the view of many commentators on both sides of the Atlantic when he tweeted: “There is one name responsible for what is happening on Capitol Hill tonight and that name is TRUMP.” Explaining sprawling dramas through a single personality makes for arresting punditry. It can also serve a useful political purpose if it is decided to cast an individual rogue aside and “move on.” The current chatter is about Trump’s own cabinet declaring the president unfit to govern under the 25th amendment, and installing Pence as a Lady Jane Grey President for the next 10 days or so, so that the American right has publicly purged itself of the sins of Trump before his chapter closes. But against the backdrop of total complicity this really won’t wash.

It is not only Cruz, McConnell and Pence who are implicated, it is pretty well the whole Republican party. There were never more than one or two rebels when the Senate variously: installed one of his partisans who faced credible allegations of sexual assault on the Supreme Court bench; acquitted him in a “trial” after he was impeached on bang-to-right charges of exploiting US national resources in Ukraine to procure dirt-digging on opponents at home; and worked hand-in-glove with him to get another Supreme Court justice confirmed in the immediate run-up to the election in defiance of a precedent the Republican party had itself invented just a few years before, to guarantee that the Trump legacy would long survive his expected democratic defeat.

Today’s Republican party is the Trump party, and that point is not restricted to these few crunch votes - or the US Senate. If it were a viable conservative alternative, after these divisive and controversial years it would surely have found expression in a challenge for the nomination - but none came forward. So why not ?

The best - and kindest - explanation is the “cowardice” defence. The “reasonable” Republican politicians who now denounce the President had reason to be scared. Trump was a TV personality, who could “work the base,” and would see that anyone who challenged him would be crushed in local primaries and driven out of politics. They had little option but to bide their time.

This doesn’t answer the question of why anyone in a party in the grip of such rot wouldn’t walk away from it, but - more than that - it just isn’t plausible. For a long time, even if it didn’t used to be so plain, the truth has been that the Republican party is the party of “movement conservatism” and this is not fundamentally a democratic force. The alliance of chauvinists, social reactionaries and plutocrats was first forged in the mid-1960s, which were - not coincidentally - the years of the Civil Rights and Voting Rights Acts. The fit was often awkward - there are obvious tensions between “might of right” racists, religious zealots and wealthy libertarians - but all could agree on the need to push back against the “progressive” consequences that might loom in a fully-enfranchised America. The “movement” is a rear-guard action against democracy, and while it has not always been in charge, it has set the frame for American politics since at least 1980.

Ronald Reagan won that year, and because he was a skilled politician operating in a society whose demographics made white majoritarian politics a lot more plausible than it is in the America of today, the Republicans could cheerfully respect - or appear to respect - the ground-rules of an American democracy which allowed them to win.

Under the surface, though, they never stopped attempting to suppress the African American vote. Over the years, when they had command of state apparatus they used it to gerrymander boundaries ever-more outrageously, and when they faced the task of opposing a Presidency - first Bill Clinton, later Barack Obama - their approach was to make it impossible to run the country, though a series of government shutdowns, and ruthless filibustering (under an arbitrary “cloture rule” which is not in the constitution) to stop the US Senate coming to a conclusion on anything.

George W Bush is today acquiring the air of an amiable elder statesman, appalled at his aberrant successor. But in his day he, too, rode the tide of movement conservatism to the White House. In truth, Trump is not an aberration, but the culmination of his politics which - recall - prevailed in the dead-heat election of 2000 only with the help of conservative judges in the Supreme Court who used dubious reasoning that was, expressly, never-to-be-used again, and only after having drummed up protests against allowing votes to continue being counted in Florida.

Having entered the 21st Century maneuvering to stop votes being counted, the party has continued in the same anti-democratic vein. As US demographics turn against it - the party has now lost the popular vote in seven of the last eight Presidential elections - its ruthless minoritarian politics have become increasingly naked: the court-packing, the reliance on vetoes afforded by Senate seats from empty states, and ever-starker vote suppression.

Trump was no more than mildly hyperbolic when he let slip what most of his party quietly thinks in March, and acknowledged that “you’d never have a Republican elected in this country again” if you made it too easy to vote.

The Republican party did not complain then; it did not complain when he baselessly warned that this year’s election would be rife with fraud, or indeed when he falsely claimed to have won when he duly lost.

It didn’t do so because it is not, at heart, a party of democracy. It is a party that stops people voting, stop votes being counted, and uses partisan judges and procedural skulduggery to stop politicians who have been voted in from being able to do anything.

So when a mob that doesn’t accept the result of an election turns up at the Capitol and storms the citadel of American democracy it is certainly not down to “one man.” It is down to a movement and a party which long ago gave up on the spirt of, in a celebrated phrase of the greatest Republican and a very different age, “government of the people.”

[ Google traduction en Français :  

La prise d'assaut du Capitole américain ne concerne pas seulement Trump, mais toute la droite américaine : le président n'est pas une aberration, mais le point culminant de la lente dérive d'un parti républicain qui a abandonné la démocratie il y a longtemps, par Tom Clark | Prospect 7 janvier 2021

A peine la foule s'était-elle déplacée sur le Capitole que tout l'establishment de droite commença à agir comme s'il ne connaissait pas l'homme indiscipliné qui les avait incités à le faire.

Il revint au vice-président Pence, tout juste d'avoir résisté aux demandes de son patron de «faire disparaître» les votes des collèges électoraux des États qui avaient mal tourné, de convoquer la garde nationale. Le grand ancien orgue des républicains du Sénat, Mitch McConnell, a sincèrement sermonné que son vote pour certifier le transfert pacifique du pouvoir était le plus important de sa carrière de 36 ans au Sénat. Même Ted Cruz du Texas, l'ultra-conservateur de l'homme pensant (s'il peut y avoir une telle chose), a dénoncé les gens que Donald Trump a continué de saluer comme des «personnes très spéciales » pour un «acte de terrorisme méprisable».
    
Et encore. Tout au long de cette semaine Cruz a manœuvré, gesticulations et de voter pour subvertir la volonté démocratique du peuple américain, porter atteinte à la récente élection en l' appelant en question. Pendant des semaines après les élections parfaitement claires, McConnell avait gardé le schtum tandis que Trump utilisait des actions judiciaires abjectement désespérées contre les élections pour faire connaître ses théories du complot. Et si McConnell peut activer les tons judicieux d'un ancien homme d'État, Pence peut ramener le cadran aux tons géniaux du présentateur radio avunculaire qu'il était. Mais les deux hommes, bien sûr, se sont assis pendant quatre longues années et ont souri lorsque le 45e président a mis le feu à toutes les normes constitutionnelles de la république américaine.

Le journaliste britannique Andrew Neil a résumé le point de vue de nombreux commentateurs des deux côtés de l'Atlantique lorsqu'il a tweeté: «Il y a un nom responsable de ce qui se passe à Capitol Hill ce soir et ce nom est TRUMP.» Expliquer des drames tentaculaires à travers une seule personnalité permet d'arrêter les experts. Cela peut également servir un objectif politique utile s'il est décidé de mettre un voyou de côté et de «passer à autre chose». Le bavardage actuel concerne le propre cabinet de Trump déclarant le président inapte à gouverner en vertu du 25e amendement et installant Pence en tant que présidente de Lady Jane Grey pour les 10 prochains jours environ, de sorte que la droite américaine se soit publiquement purgée des péchés de Trump. avant la fermeture de son chapitre. Mais dans un contexte de complicité totale, cela ne va vraiment pas se laver.  
  
Ce ne sont pas seulement Cruz, McConnell et Pence qui sont impliqués, c'est plutôt tout le parti républicain. Il n'y a jamais eu plus d'un ou deux rebelles lorsque le Sénat: a installé un de ses partisans qui faisait face à des allégations crédibles d'agression sexuelle sur le banc de la Cour suprême; l'a acquitté lors d'un «procès» après avoir été mis en accusation pour avoir exploité les ressources nationales américaines en Ukraine pour creuser la terre contre des opposants chez eux; et a travaillé main dans la main avec lui pour obtenir la confirmation d'un autre juge de la Cour suprême à la veille des élections, au mépris d'un précédent que le parti républicain avait lui-même inventé quelques années auparavant, pour garantir que l'héritage de Trump durerait survivre à sa défaite démocratique attendue.  

Le parti républicain d'aujourd'hui est le parti Trump, et ce point ne se limite pas à ces quelques votes critiques - ou au Sénat américain. Si c'était une alternative conservatrice viable, après ces années de division et de controverse, elle aurait sûrement trouvé son expression dans un défi pour la nomination - mais aucune ne s'est manifestée. Alors pourquoi pas?

La meilleure - et la plus gentille - explication est la défense de la «lâcheté» . Les politiciens républicains «raisonnables» qui dénoncent désormais le président avaient des raisons d'avoir peur. Trump était une personnalité de la télévision, qui pouvait «travailler la base» et verrait que quiconque le défierait serait écrasé lors des primaires locales et chassé de la politique. Ils n'avaient guère d'autre choix que d'attendre leur heure.   
   
Cela ne répond pas à la question de savoir pourquoi quiconque dans un groupe en proie à une telle pourriture ne s'en éloignerait pas, mais - plus que cela - ce n'est tout simplement pas plausible. Pendant longtemps, même si cela n’était pas si clair auparavant, la vérité a été que le parti républicain est le parti du «mouvement conservatisme» et que ce n’est pas fondamentalement une force démocratique. L'alliance des chauvins, des réactionnaires sociaux et des ploutocrates a été forgée pour la première fois au milieu des années 1960, qui étaient - pas par hasard - les années des lois sur les droits civils et les droits de vote. L'ajustement était souvent maladroit - il y a des tensions évidentes entre les racistes « puissants de la droite» , les fanatiques religieux et les riches libertaires - mais tous pouvaient s'accorder sur la nécessité de repousser les conséquences «progressistes» qui pourraient surgir dans une Amérique pleinement émancipée . Le «mouvement» est une action d'arrière-garde contre la démocratie, et s'il n'a pas toujours été aux commandes, il a défini le cadre de la politique américaine depuis au moins 1980. 
       
Ronald Reagan a gagné cette année-là, et parce qu'il était un politicien habile opérant dans une société dont la démographie rendait la politique majoritaire blanche beaucoup plus plausible qu'elle ne l'est dans l'Amérique d'aujourd'hui, les républicains pouvaient joyeusement respecter - ou sembler respecter - le terrain - règles d'une démocratie américaine qui leur a permis de gagner.

Sous la surface, cependant, ils n'ont jamais cessé de tenter de supprimer le vote afro-américain. Au fil des ans, lorsqu'ils ont eu le commandement de l'appareil d'État, ils l'ont utilisé pour franchir les frontières de plus en plus outrageusement, et lorsqu'ils ont dû faire face à la tâche de s'opposer à une présidence - d'abord Bill Clinton, puis Barack Obama - leur approche était de rendre impossible la course le pays, malgré une série de fermetures gouvernementales et d'obstruction systématique (en vertu d'une «règle de cloture» arbitraire qui n'est pas dans la constitution) pour empêcher le Sénat américain de parvenir à une conclusion sur quoi que ce soit.

George W. Bush acquiert aujourd'hui l'air d'un vieil homme d'État aimable, consterné par son successeur aberrant. Mais à son époque , lui aussi a conduit la vague du conservatisme du mouvement à la Maison Blanche. En vérité, Trump n'est pas une aberration, mais le point culminant de sa politique qui - rappelons-le - n'a prévalu lors de l'élection sans issue de 2000 qu'avec l'aide de juges conservateurs de la Cour suprême qui ont utilisé un raisonnement douteux qui n'a été, expressément, jamais- à utiliser à nouveau, et seulement après avoir soulevé des protestations contre le fait que les votes continuent à être comptés en Floride.

Entré dans la manœuvre du 21e siècle pour empêcher le décompte des voix, le parti a continué dans la même veine anti-démocratique. Alors que la démographie américaine se retourne contre lui - le parti a maintenant perdu le vote populaire lors de sept des huit dernières élections présidentielles - sa politique minoritaire impitoyable est devenue de plus en plus nue: le triomphe devant les tribunaux, le recours aux vetos accordés par les sièges du Sénat provenant d'États vides, et suppression des votes toujours plus sévère. 

Trump n'était que légèrement hyperbolique quand il a laissé échapper ce que la plupart des membres de son parti pensaient tranquillement en mars, et a reconnu que «vous n'auriez plus jamais un républicain élu dans ce pays» si vous rendiez le vote trop facile.
Le parti républicain ne s'est pas plaint alors; il ne s'est pas plaint quand il a averti sans fondement que l'élection de cette année serait remplie de fraudes, ou même quand il a prétendu à tort avoir gagné alors qu'il avait dûment perdu.

Il ne l'a pas fait parce qu'il n'est pas, au fond, un parti démocratique. C'est un parti qui empêche les gens de voter, empêche le comptage des votes et utilise des juges partisans et une astuce procédurale pour empêcher les politiciens qui ont été élus de faire quoi que ce soit.

Ainsi, quand une foule qui n'accepte pas le résultat d'une élection se présente au Capitole et prend d'assaut la citadelle de la démocratie américaine, ce n'est certainement pas «un homme». C'est dû à un mouvement et à un parti qui, il y a longtemps, ont renoncé à l'esprit, dans une phrase célèbre du plus grand républicain et d'une époque très différente, «gouvernement du peuple». ]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire