Article 1er. - La F∴-M∴, institution initiatique et progressive, cosmopolite et progressiste, a pour objet la recherche de la vérité et le perfectionnement de l’humanité. Elle se fonde sur la liberté, la tolérance et le libre examen ; elle ne formule ou n’invoque aucun dogme. Le Trav∴ maçonn∴ s’effectue à couvert dans le T∴ par la méthode symb∴. Cette démarche laisse au Maç∴ la liberté d’interprétation des symboles. Le Gr∴ Or∴ de Belgique, maillon de la F∴-M∴ universelle, demande à qui se présente à l’Init∴ d’être honnête et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonn∴. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’individus probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienfaisance dans le sens le plus étendu.

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 15 janvier 2021

La 5G en questions. Vers une société de l'hyperconnectivité ? | ULB 13 JANVIER 2021

La 5G en questions. Vers une société de l'hyperconnectivité?

Actuellement des décisions sont prises dans différents pays en Europe et au-delà en vue de diffuser la technologie 5G. Par rapport à la 4G, toute récente pourtant, les débits seront dix à cent fois plus élevés, pouvant atteindre jusqu’à 10 Gbps (gigabits par seconde). Outre le développement de nombreuses applications déjà existantes, comme l’augmentation de capacité et de rapidité des téléchargements, la 5G devrait multiplier les objets connectés et permettre par exemple l’automatisation des véhicules, l’essor de la domotique, de la télémédecine, etc.

>>> Inscription et programme sur http://penserlascience.ulb.ac.be/

Les technologies de l’information et de la communication bouleversent les sociétés depuis plusieurs décennies, et ces évolutions sont loin d’être terminées. Les vecteurs de communication ont augmenté en nombre et en rapidité de manière prodigieuse. La 5G devrait donc poursuivre et amplifier les mouvements de transformations sociaux, économiques et culturels à l’œuvre sous l’influence des technologies de l’information et de la communication (TIC). Dès lors de nombreuses questions se posent, que cette édition de Penser la Science se propose d’aborder.

Nous envisagerons d’abord quels sont les développements attendus en matière de technologies, d’usages, mais aussi d’investissements. La question de l’évaluation des impacts en matière de santé, qui souffre d’après le dernier rapport de l’ANSES d’un manque de données scientifiques pour les fréquences concernées, sera également abordée, de même que celle des impacts environnementaux et énergétiques. La 5G implique en effet une augmentation du nombre d’émetteurs et une exposition accrue à certaines fréquences d’ondes électromagnétiques. L’usage de cette technologie et surtout des objets connectés pourrait avoir un coût énergétique important. Les questions de droit, par exemple à la déconnexion et à la vie privée à l’ère de l’informatique ubiquitaire, seront également soulevées. Les aspects géopolitiques ne seront pas oubliés dans le contexte de rivalités industrielles et économiques. Ces questionnements interdisciplinaires nous amèneront à poser la question transversale des modes de décision pour les choix technologiques d’ampleur, comme celui de la 5G et de ses conséquences, au sein des sociétés contemporaines.

Cette édition s’inscrit dans le cadre de Penser la Science - Séminaires Ilya Prigogine et de l’Année des Citoyennetés Numériques organisée en 2020-21 par l’Université libre de Bruxelles.

Date(s)

Du 4 février 2021 au 5 février 2021

Aucun commentaire:

Publier un commentaire