Article 1er. - La F∴-M∴, institution initiatique et progressive, cosmopolite et progressiste, a pour objet la recherche de la vérité et le perfectionnement de l’humanité. Elle se fonde sur la liberté, la tolérance et le libre examen ; elle ne formule ou n’invoque aucun dogme. Le Trav∴ maçonn∴ s’effectue à couvert dans le T∴ par la méthode symb∴. Cette démarche laisse au Maç∴ la liberté d’interprétation des symboles. Le Gr∴ Or∴ de Belgique, maillon de la F∴-M∴ universelle, demande à qui se présente à l’Init∴ d’être honnête et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonn∴. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’individus probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienfaisance dans le sens le plus étendu.

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 21 janvier 2021

COMMENT LUTTER CONTRE LES « FAKE NEWS » ? ( Cliquer sur l'image ) | Analyses Centre Jean Gol

L’exposition des citoyens à la désinformation à grande échelle constitue une menace majeure pour toute démocratie.

En effet, les systèmes démocratiques dépendent des débats publics et ouverts permettant aux citoyens de participer au processus de délibération. 

Les médias ont donc toujours joué un rôle clé pour obliger les pouvoirs publics à rendre des comptes et pour fournir aux citoyens les informations nécessaires afin de se forger leur propre opinion. En Europe, Internet a dérégulé le marché de l’information ce qui a permis l’accroissement du volume et de la diversité des informations disponibles permettant dès lors l’apparition d’un moyen alternatif d’information. En Belgique, cette dérégulation, et les nouvelles technologies qui l’accompagnent, notamment par l’intermédiaire des réseaux sociaux, a rendu possible à chacun de nous la possibilité d’exprimer son point de vue (sa vision du réel) dans l’espace public d’information accessible à tous.

Il n’y a donc plus de journalistes soumis à des règles déontologiques pour trier l’information. N’importe qui peut ainsi diffuser un message pouvant être lu et partagé par des millions d’individus. C’est dans ce contexte que, à l’occasion de la campagne référendaire du Brexit et des campagnes présidentielles française et américaine, que l’expression « fake news » a fait surface.

Mais d’abord, qu’est-ce que réellement une « fake news » ?

>>> https://www.cjg.be/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire