Article 1er. - La F∴-M∴, institution initiatique et progressive, cosmopolite et progressiste, a pour objet la recherche de la vérité et le perfectionnement de l’humanité. Elle se fonde sur la liberté, la tolérance et le libre examen ; elle ne formule ou n’invoque aucun dogme. Le Trav∴ maçonn∴ s’effectue à couvert dans le T∴ par la méthode symb∴. Cette démarche laisse au Maç∴ la liberté d’interprétation des symboles. Le Gr∴ Or∴ de Belgique, maillon de la F∴-M∴ universelle, demande à qui se présente à l’Init∴ d’être honnête et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonn∴. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’individus probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienfaisance dans le sens le plus étendu.

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 22 janvier 2021

Are the brains of atheists different to those of religious people ? Scientists are trying to find out, by Miguel Farias, Associate Professor in Experimental Psychology, Coventry University [ Google Traduction ] | The Conversation January 18, 2021 Via notre F P V

The cognitive study of religion has recently reached a new, unknown land: the minds of unbelievers. Do atheists think differently from religious people? Is there something special about how their brains work? To illustrate what they’ve found, I will focus on three key snapshots.

The first one, from 2003, is probably the most photogenic moment of “neuro-atheism”. Biologist and atheist Richard Dawkins travelled to the lab of Canadian neuroscientist Michael Persinger in the hope of having a religious experience. In this BBC Horizon film, God on the Brain, a retro science-fiction helmet was placed on Dawkins head. This “god helmet” generated weak magnetic fields, applied to the temporal lobes.

Picture of Richard Dawkins

Persinger had previously shown that this kind of stimulation triggered a wide range of religious phenomena – from sensing the presence of someone invisible to prompting out-of-body experiences. With Dawkins, though, the experiment failed. As it turned out, Persinger explained, Dawkins’ temporal lobe sensitivity was “much, much lower” than is common in most people.

The idea that the temporal lobes may be the seat of religious experience has been around since the 1960s. But this was the first time that the hypothesis was extended to explain the lack of religious experience based on the lower sensitivity of a brain region. Despite the exciting possibility of testing this hypothesis with a larger sample of atheists, it remains to be done.

Image of Rodin's
The Thinker

The second snapshot takes us to 2012. Three articles published by labs in the USA and Canada presented the first evidence linking an analytical, logical thinking style to unbelief. Psychologists have been theorising about different ways that brains process information for a long time: conscious versus unconscious, reflective versus experiential, analytical versus intuitive. These are linked to activity in certain brain areas, and can be triggered by stimuli including art. The researchers asked participants to contemplate Rodin’s famous sculpture, The Thinker, and then assessed their analytical thinking and disbelief in god. They found that those who had viewed the sculpture performed better on the analytical thinking task and reported less belief in god than people who hadn’t seen the image.

In the same year, a Finnish lab published the results of a study where their scientists tried to provoke atheists into thinking supernaturally by presenting them with a series of short stories and asking if the punchline was a “sign of the universe” (interpreting something as a “sign” is more supernatural than interpreting something as, for example, a coincidence). They did this while scanning their brains using functional magnetic resonance imaging (fMRI). The more the participants suppressed supernatural thinking, the stronger the activation of the right inferior frontal gyrus was. We know this area is involved in cognitive inhibition, an ability to refrain from certain thoughts and behaviours.

Together, these studies suggest that atheists have a propensity to engage more in analytical or reflective thinking. If believing in gods is intuitive, then this intuition can be overridden by more careful thinking. This finding certainly raised the possibility that the minds of atheists are simply different from those of believers.

Replication crisis

So how robust are the findings? In 2015, a “replication crisis” hit the field of psychology. It turned out that the results of many classic studies couldn’t be achieved when running them again. The psychology of religion and atheism was no exception.

The experiment with Rodin’s Thinker was the first to be investigated. Three new studies were conducted with larger samples than the original — and they all failed to replicate the original results. With one sample, they found the very opposite: contemplating the Thinker increased religious belief.

One possible limitation with the original studies is that they had all been undertaken in the USA. Could culture act in such a decisive way that the analytical cognitive style associated with atheism in one country might be nonexistent elsewhere? The author of the original Rodin study attempted to answer this in a new study which included individuals from 13 countries. The results confirmed that a cognitive analytical style was only linked to atheism in three countries: Australia, Singapore and the USA.

In 2017, a double-blind study was carried out to test in a more robust way the link between unbelief and cognitive inhibition. Instead of using brain imaging to see which area lit up, they used a brain stimulation technique to directly stimulate the area responsible for cognitive inhibition: the right inferior frontal gyrus. Half of the participants, however were given a fake stimulus. The results showed that the brain stimulation worked: participants who had it achieved better in a cognitive inhibition task. However, this had no effect on decreasing supernatural belief.

The complexity of atheism

The third snapshot is this one: a man is standing against a background which looks like a church. He appears to be doing the sign of the cross with his right hand while his left hand rests on his heart. He is a priest – but not of any church that believes in gods: he presides over the Positivist Temple of Humanity, a church for atheists and agnostics created by August Comte in the 19th century. This priest is not doing the sign of cross but the Positivist blessing.

Together with photographer Aubrey Wade, I stumbled upon this active temple in the south of Brazil, while collecting data for a large ongoing project involving over 20 labs across the world: Understanding Unbelief.

Image of a man doing
the positivist blessing.

Finding an active church of unbelievers dedicated to the love of humanity — its golden principle being “live for others” — ruptured how I thought of atheists and the boundary separating them from the religious. And this has implications for how we develop studies in this area. When doing experiments with believers we can use multiple stimuli, from religious images to music, to trigger a religious effect or cognition in the lab. But finding an equivalent for unbelievers has proved hard.

One brain imaging study conducted at Oxford University compared an image of the Virgin Mary with that of a regular woman, both painted in the same period. Researchers found that when Roman Catholics concentrated on the Virgin Mary while being subjected to electric shocks, this alleviated their perception of pain compared to looking at the other woman. This decrease in pain was associated with an engagement of the right ventro-lateral prefrontal cortex, a region known to drive pain inhibitory circuits.

No similar effect was found for the unbelievers, although they rated the secular image as more pleasant than the religious one. But what if the unbelievers being tested were members of the Positivist Temple and were instead shown an image of their goddess of humanity — would this have alleviated pain in a similar way to that experienced by the religious individuals?

The future cognitive science of atheism will have to think hard about how to move forward. It needs to develop models that account for cultural variations as well as consider the implications of atheists engaging with rituals that celebrate humanity.

[ Le cerveau des athées est-il différent de celui des religieux ? Les scientifiques essaient de le découvrir, par Miguel Farias, professeur agrégé en psychologie expérimentale, Université de Coventry

L'étude cognitive de la religion a récemment atteint un nouveau pays inconnu: l'esprit des incroyants. Les athées pensent-ils différemment des religieux ? Y a-t-il quelque chose de spécial dans le fonctionnement de leur cerveau ? Pour illustrer ce qu’ils ont trouvé, je me concentrerai sur trois instantanés clés.

  • Le premier, de 2003, est probablement le moment le plus photogénique du «neuro-athéisme». Le biologiste et athée Richard Dawkins s'est rendu au laboratoire du neuroscientifique canadien Michael Persinger dans l'espoir de vivre une expérience religieuse. Dans ce film de BBC Horizon, God on the Brain, un casque de science-fiction rétro a été placé sur la tête de Dawkins. Ce «casque de dieu» a généré de faibles champs magnétiques, appliqués aux lobes temporaux.

Persinger avait précédemment montré que ce type de stimulation déclenchait un large éventail de phénomènes religieux - de la détection de la présence d'une personne invisible à l'incitation à des expériences hors du corps. Avec Dawkins, cependant, l'expérience a échoué. En fait, a expliqué Persinger, la sensibilité du lobe temporal de Dawkins était «beaucoup, beaucoup plus faible» que ce qui est commun chez la plupart des gens.

L'idée que les lobes temporels peuvent être le siège de l'expérience religieuse existe depuis les années 1960. Mais c'était la première fois que l'hypothèse était étendue pour expliquer le manque d'expérience religieuse basée sur la moindre sensibilité d'une région cérébrale. Malgré la possibilité intéressante de tester cette hypothèse avec un plus grand échantillon d'athées, il reste à faire.

  • Le deuxième instantané nous amène à 2012. Trois articles publiés par des laboratoires aux États-Unis et au Canada ont présenté la première preuve liant un style de pensée analytique et logique à l'incrédulité. Les psychologues théorisent depuis longtemps sur les différentes façons dont le cerveau traite l'information: conscient contre inconscient, réflexif contre expérientiel, analytique contre intuitif. Celles-ci sont liées à l'activité dans certaines zones du cerveau et peuvent être déclenchées par des stimuli, y compris l'art. Les chercheurs ont demandé aux participants de contempler la célèbre sculpture de Rodin, Le Penseur, puis ont évalué leur pensée analytique et leur incrédulité en Dieu. Ils ont constaté que ceux qui avaient vu la sculpture avaient de meilleures performances dans la tâche de réflexion analytique et ont déclaré moins croire en Dieu que les personnes qui n'avaient pas vu l'image.
  • La même année, un laboratoire finlandais a publié les résultats d'une étude où leurs scientifiques ont tenté de provoquer des athées à penser de manière surnaturelle en leur présentant une série d'histoires courtes et en leur demandant si la punchline était un «signe de l'univers» (interpréter quelque chose comme un «signe» est plus surnaturel que d'interpréter quelque chose comme, par exemple, une coïncidence). Ils l'ont fait en scannant leur cerveau à l'aide de l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). Plus les participants supprimaient la pensée surnaturelle, plus l'activation du gyrus frontal inférieur droit était forte. Nous savons que ce domaine est impliqué dans l'inhibition cognitive, une capacité à s'abstenir de certaines pensées et comportements.

Ensemble, ces études suggèrent que les athées ont une propension à s'engager davantage dans une pensée analytique ou réflexive. Si croire aux dieux est intuitif, alors cette intuition peut être annulée par une réflexion plus prudente. Cette découverte a certainement soulevé la possibilité que l'esprit des athées soit simplement différent de celui des croyants.

Crise de réplication

Alors, quelle est la robustesse des résultats? En 2015, une «crise de réplication» a frappé le champ de la psychologie. Il s'est avéré que les résultats de nombreuses études classiques ne pouvaient pas être atteints lors de leur réexécution. La psychologie de la religion et de l'athéisme ne faisait pas exception.

L'expérience avec le Penseur de Rodin a été la première à être étudiée. Trois nouvelles études ont été menées avec des échantillons plus grands que l'original - et elles ont toutes échoué à reproduire les résultats originaux. Avec un échantillon, ils ont trouvé le contraire: la contemplation du Penseur augmentait la croyance religieuse.

Une limite possible avec les études originales est qu'elles avaient toutes été entreprises aux États-Unis. La culture pourrait-elle agir d'une manière si décisive que le style cognitif analytique associé à l'athéisme dans un pays pourrait être inexistant ailleurs? L'auteur de l'étude originale Rodin a tenté d'y répondre dans une nouvelle étude qui comprenait des individus de 13 pays. Les résultats ont confirmé qu'un style d'analyse cognitive n'était lié à l'athéisme que dans trois pays: l'Australie, Singapour et les États-Unis.

En 2017, une étude en double aveugle a été menée pour tester de manière plus robuste le lien entre incrédulité et inhibition cognitive. Au lieu d'utiliser l'imagerie cérébrale pour voir quelle zone éclairée, ils ont utilisé une technique de stimulation cérébrale pour stimuler directement la zone responsable de l'inhibition cognitive: le gyrus frontal inférieur droit. Cependant, la moitié des participants ont reçu un faux stimulant. Les résultats ont montré que la stimulation cérébrale fonctionnait: les participants qui l'avaient réalisé mieux dans une tâche d'inhibition cognitive. Cependant, cela n'a eu aucun effet sur la diminution de la croyance surnaturelle.

La complexité de l'athéisme

Le troisième instantané est celui-ci: un homme se tient sur un fond qui ressemble à une église. Il semble faire le signe de la croix avec sa main droite tandis que sa main gauche repose sur son cœur. C'est un prêtre - mais pas d'une église qui croit aux dieux: il préside le Temple positiviste de l'humanité, une église pour athées et agnostiques créée par August Comte au 19ème siècle. Ce prêtre ne fait pas le signe de croix mais la bénédiction positiviste.

Avec le photographe Aubrey Wade, je suis tombé sur ce temple actif dans le sud du Brésil, tout en collectant des données pour un grand projet en cours impliquant plus de 20 laboratoires à travers le monde: Comprendre l'incrédulité.

Trouver une église active d'incroyants dédiée à l'amour de l'humanité - son principe d'or étant «vivre pour les autres» - a rompu ma façon de penser les athées et la frontière qui les sépare des religieux. Et cela a des implications sur la façon dont nous développons des études dans ce domaine. Lorsque nous faisons des expériences avec des croyants, nous pouvons utiliser plusieurs stimuli, des images religieuses à la musique, pour déclencher un effet religieux ou une cognition en laboratoire. Mais trouver un équivalent pour les incroyants s'est avéré difficile.

Une étude d'imagerie cérébrale menée à l'Université d'Oxford a comparé une image de la Vierge Marie à celle d'une femme ordinaire, toutes deux peintes à la même période. Les chercheurs ont découvert que lorsque les catholiques romains se concentraient sur la Vierge Marie tout en étant soumis à des chocs électriques, cela atténuait leur perception de la douleur par rapport au fait de regarder l'autre femme. Cette diminution de la douleur était associée à un engagement du cortex préfrontal ventro-latéral droit, une région connue pour entraîner les circuits d'inhibition de la douleur.

Aucun effet similaire n'a été trouvé pour les incroyants, bien qu'ils aient évalué l'image profane comme plus agréable que l'image religieuse. Mais que se passerait-il si les incroyants testés étaient membres du Temple positiviste et se voyaient plutôt montrer une image de leur déesse de l'humanité - cela aurait-il soulagé la douleur d'une manière similaire à celle ressentie par les individus religieux ?

La future science cognitive de l'athéisme devra réfléchir sérieusement à la manière d'avancer. Il doit développer des modèles qui tiennent compte des variations culturelles et tenir compte des implications des athées s'engageant dans des rituels qui célèbrent l'humanité. ]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire