Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

A sa création, le Grand Orient de Belgique est exclusivement masculin, ses loges n'initient que des hommes. Les loges peuvent cependant décider d'accueillir des sœurs selon des modalités propres à ces premières.

En septembre 2009, Bertrand Fondu, alors grand maître de l'obédience déclare, en référence à une commission d'étude interne sur la mixité que les travaux des loges seront pris en compte en ce qui concerne la création de loge mixte, masculine ou féminine. La réflexion juridique du Grand Collège du Grand Orient de Belgique se clôture un mois après. La conclusion parait dans la presse et annonce une position favorable à la mixité.

Le dimanche 16 février 2020, une assemblée générale extraordinaire historique composée de tous les représentants de l’obédience vote à la majorité de 70% la modification de ses statuts et règlements. Le GOB devient une confédération formée d’une fédération masculine, d’une fédération mixte et d’une fédération féminine.

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 6 août 2020

Les mondes rêvés : Jérôme Bosch (1450-1516), la controverse en peinture | France culture 4/08/2020


Jheronimus van Aken dit
Jérôme Bosch (1450-1516)

Ses scènes fantastiques et ses monstres bizarres l'ont fait apparaître tantôt comme hérétique, tantôt comme révolutionnaire ou même comme un toxicomane... 

C'est peu de dire qu'il a suscité la controverse. Jérôme Bosch reste l'un des artistes les plus étonnants de l'histoire de l'art occidental.

Cette émission veut replacer Jérôme Bosch dans le cadre de sa ville des Pays-Bas, à la fin du Moyen-Age, considérant l'artiste comme un produit de son milieu urbain, mais également comme un peintre de génie disposant non seulement d'une immense puissance d'invention mais aussi d'une surprenante maîtrise technique. Des prolongements inattendus de son oeuvre sont observés dans l'art contemporain.

"Il a utilisé le matériau peinture à des fins qui n'avaient jamais existé avant lui. Il a fait du tableau une oeuvre vivante qui semble comme perpétuellement en mouvement et en action. Il a fait ça avec une nervosité, un esprit de renouvellement continuel, qui va d'ailleurs être suivi par un Brueghel, même un Rubens dans cette façon libre de peindre."



Détail du "Le Portement de Croix" 
(1510-1535), huile sur bois (76,7 × 83,5 cm).
Sise au musée des Beaux-Arts 
de Gand (Belgique)

Avec Roger Van Schoute, docteur en archéologie et histoire de l'art, professeur émérite de l'Université catholique de Louvain, professeur à l'Institut supérieur d'histoire de l'art et d'archéologie de Bruxelles, auteur de Jérôme Bosch aux éditions La Renaissance du Livre (2003) ; Claude-Henri Rocquet, poète et dramaturge, auteur de Jérôme Bosch et l'étoile des mages aux éditions MAME ; Jacques Darriulat, ancien enseignant en philosophie en classes préparatoires au lycée Henri IV puis à la Sorbonne, auteur de Jérôme Bosch et la fable populaire aux éditions de La Lagune et du site jdarriulat.net ; 

Héloisa Novaes, artiste peintre brésilienne ; 

Patrick Roegiers, écrivain, auteur de Le mal du pays aux éditions du Seuil.

Textes lus par Laurence Blasco et Jean-Paul Racodon.

"Ascension des bienheureux" (entre environ
1500 et environ 1504), huile sur panneau
(H×L:88,5×39,5 cm), Gallerie dell'Accademia,
 Venise (Italie). Un des quatre panneaux
du cycle "Visions de l'au-delà"
Un documentaire de Luc Ponette, réalisé par Jean-Claude Loiseau. 

Prises de son Laurent Lucas ; mixage Marie-Dominique Bougot. Avec la collaboration de Claire Poinsignon, Lionel Quantin, 

Documentation et recherche internet : Annelise Signoret. Collaboration: Sylvia Favre. Rediffusion du 31 décembre 2016.

Détail du triptyque de "La Tentation de Saint Antoine" (vers 1501), huile sur bois (131,5 × 119 cm), Museu Nacional de Arte Antiga de Lisbonne (Portugal)



Aucun commentaire:

Publier un commentaire