Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

samedi 15 août 2020

Les crimes terroristes sont-ils aussi des crimes contre l'humanité ? | France culture 12/09/2019

LE TEMPS DU DÉBAT par Emmanuel Laurentin

Les victimes des attentats du 13 novembre souhaitaient que Salah Abdeslam soit doublement inculpé: pour crime terroriste et pour crime contre l'humanité. Vendredi dernier, le parquet national antiterroriste a rejeté cette demande. Quelles en sont les raisons ? Et les conséquences législatives ?

Sven Mary et Romain Delcoigne, devant la salle
d'audience du palais de justice de Bruxelles.
Les deux avocats attaquent Salah Abdelsam, reconnu
 coupable dans les attentats de Paris. (23/04/2018)

La semaine dernière, le parquet national antiterroriste a rejeté la demande d’une avocate représentant 23 familles de victimes des attentats du 13 novembre. Samia Maktouf souhaitait en effet ajouter à l’accusation de terrorisme celle de crime contre l’humanité pour Salah Abdeslam, dernier survivant des commandos du 13 novembre 2015. Le parquet national antiterroriste a estimé qu’un tel chef d’accusation apporterait de la confusion dans le cas des attentats du stade de France et du Bataclan.

Le débat divise depuis quelques années chercheurs et juristes, spécialistes de la cour pénale internationale et les crimes de terrorisme .

Nous allons en discuter ce soir avec quatre invités. Philippe Sands est avocat spécialisé dans la défense des droits de l’Homme et professeur de droit au University College de Londres. Samia Maktouf est avocate aux Barreaux de Paris et de Tunisie, Conseil auprès de la Cour pénale internationale, et fut l'avocate de 23 parties civiles dans le procès de Salah Abdeslam. Béatrice Brugère, est Secrétaire Générale du syndicat Unité-Magistrat SNM FO, et une ancienne juge antiterroriste. Enfin, Anne-Laure Chaumette, est maître de conférences à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire