Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

A sa création, le Grand Orient de Belgique est exclusivement masculin, ses loges n'initient que des hommes. Les loges peuvent cependant décider d'accueillir des sœurs selon des modalités propres à ces premières.

En septembre 2009, Bertrand Fondu, alors grand maître de l'obédience déclare, en référence à une commission d'étude interne sur la mixité que les travaux des loges seront pris en compte en ce qui concerne la création de loge mixte, masculine ou féminine. La réflexion juridique du Grand Collège du Grand Orient de Belgique se clôture un mois après. La conclusion parait dans la presse et annonce une position favorable à la mixité.

Le dimanche 16 février 2020, une assemblée générale extraordinaire historique composée de tous les représentants de l’obédience vote à la majorité de 70% la modification de ses statuts et règlements. Le GOB devient une confédération formée d’une fédération masculine, d’une fédération mixte et d’une fédération féminine.

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

lundi 24 août 2020

L'énigmatique Fernand Khnopff | France culture 23/08/2020

À retrouver dans l'émission L'ART EST LA MATIÈRE par Jean de Loisy

Dans la galaxie du symbolisme belge, Fernand Khnopff (1858-1921) est une énigme. Celle d’un artiste qui choisit la voie du refus. Préférant le retrait à l’action, s’écartant des images du monde moderne dans le contexte économique florissant de la Belgique de la fin du XIXe siècle.

 Khnopff - Des Caresses

Aujourd’hui nous explorons une énigme. Celle d’un artiste dans le contexte économique florissant de la Belgique de la fin du XIXe siècle, alors que les ressources du Congo belge et l’élan de la révolution industrielle peuvent détruire une partie des traditions pastorales et chrétiennes, mais qui par ailleurs alimentent l’essor de la bourgeoisie et l’expansion des villes. 

L’énigme d’un artiste donc, qui choisit la voie du refus. Préférant le retrait à l’action, s’écartant des images du monde moderne que produisent pourtant à ce moment-là les post-impressionnistes, les peintres réalistes jusqu’aux futuristes, ses contemporains. Fernand Khnopff, entre 1880 et 1921, crée une œuvre exigeante, déconstruisant par l’idéal et le songe les assauts impérieux d’une réalité qu’il a décidé de fuir. 

On le dit symboliste et sans nul doute c’est vrai. Il appartient à ce climat nostalgique qui fait résonner dans ses chefs-d’œuvre la trace des dieux enfuis. Fernand Khnopff donc, à l’occasion de l’exposition qui le célèbre au Petit-Palais, intitulé Fernand Khnopff, le maître de l’énigme. 

"Son oeuvre est pétrie de doute. C'est un artiste fascinant qui révèle toujours des facettes nouvelles" Michel Draguet

Khnopff - Un Hortensia

"Le bleu est la couleur dominante de toute l'oeuvre de Fernand Khnopff" Michel Draguet









Khnopff - Portrait de Marguerite
Khnopff

"La littérature va être sa première source" Michel Draguet












Khnopff - Sleeping
Medusa ou Méduse
endormie

"Dans les tableaux érotiques de Fernand Khnopff, tout tient dans le grain de la peau." Michel Draguet












Khnopff - Le Masque au
rideau noir

Textes lus par Andréa Schieffer

Musiques diffusées : 

  • Hans Abrahamsen, Zählen Und Erzählen
  • Eva-Maria Houben , oeuvre pour piano
  • Eve Risser ‎– Des pas sur la neige
  • Kaija Saariaho, Cinq reflets de l'amour de loin (Pia Freund, Gabriel Suovanen, Tapiola Chamber Choir, Finnish Radio Symphony Orchestra, dir. Jukka-Pekka Saraste)
  • Satie, Jeroen van Veen, piano
  • John Tilbury, Keith Rowe, Kjell Bjørgeengen. Sissel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire