Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

A sa création, le Grand Orient de Belgique est exclusivement masculin, ses loges n'initient que des hommes. Les loges peuvent cependant décider d'accueillir des sœurs selon des modalités propres à ces premières.

En septembre 2009, Bertrand Fondu, alors grand maître de l'obédience déclare, en référence à une commission d'étude interne sur la mixité que les travaux des loges seront pris en compte en ce qui concerne la création de loge mixte, masculine ou féminine. La réflexion juridique du Grand Collège du Grand Orient de Belgique se clôture un mois après. La conclusion parait dans la presse et annonce une position favorable à la mixité.

Le dimanche 16 février 2020, une assemblée générale extraordinaire historique composée de tous les représentants de l’obédience vote à la majorité de 70% la modification de ses statuts et règlements. Le GOB devient une confédération formée d’une fédération masculine, d’une fédération mixte et d’une fédération féminine.

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 13 août 2020

La vie sexuelle d'Alice, Wendy et Dorothy ou les Filles perdues d'Alan Moore : Alan Moore : "Le fait de raconter les histoires sexuelles d'Alice, Wendy et Dorothy donnerait à ces histoires un caractère universel" | France culture 31/05/2008


MAUVAIS GENRES par François Angelier

Alan Moore est un auteur cultissime de BD comme Watchmen, V pour vendetta ou From Hell. Avec Filles perdues, il signe un album excitant et dérangeant, réécriture pornographique de quelques lectures enfantines et plongée trouble dans la réalité fantasmée d'une sexualité sans entraves. Rencontre.

Alan Moore

Ecrivain anglais né à Northampton en 1953, Alan Moore est l'un des plus célèbres scénaristes de bande dessinée, mondialement connu grâce à des séries comme Watchmen (Les Gardiens), V pour vendetta, From Hell ou La Ligue des gentlemen extraordinaires, sans oublier sa participation à Swamp Thing, Batman ou Superman. 

Il publie aujourd'hui Filles perdues, une bande dessinée pornographique, illustrée par sa femme, Melinda Gebbie. 


Alan Moore et Melinda Gebbie - Tous droits réservés.
Avec l'aimable autorisation des édition Delcourt

En 1913, près de la frontière autrichienne, trois femmes se rencontrent dans un hôtel. Alice est une lesbienne vieillissante, Wendy une femme mariée très pudique et Dorothée, une jeune femme plutôt délurée. 

Toutes les trois vont se confier et partager leurs expériences érotiques. On aura reconnu ces trois femmes, Alice revenant du Pays des Merveilles, Wendy ayant laissé Peter Pan à Neverland et Dorothée ayant quitté le magicien d'Oz sur la route de brique jaune. 

"Nous voulions que Filles perdues soit un ouvrage à caractère pornographique, mais sous une nouvelle forme. Nous voulions qu'il s'agisse d'un ouvrage qui puisse apporter une sorte de soulagement, voire de guérison des sentiments, des émotions."


Une ode fantasmatique au désir, au plaisir et au sexe sous toutes ses formes

Commencée en 1991, cette épopée érotique a bien failli ne jamais paraître, les ayants droits de l'auteur de Peter Pan acceptant difficilement la vision qu'a Alan Moore du gentil héros. Dans Filles perdues, Alan Moore réutilise une technique narrative qui lui avait déjà servi dans La Ligue des gentlemen extraordinaires, à savoir intégrer dans la même histoire, plusieurs personnages iconiques de la littérature. Ode fantasmatique au désir, au plaisir et au sexe sous toutes ses formes, Filles perdues explore sans aucun tabou les domaines les plus sulfureux de l'imaginaire érotique. 

"Nous avons compris avec ma femme qu'étant donné que nous nous sommes tous identifiés à ces personnages en tant qu'enfant au travers de leurs aventures au Pays des Merveilles, dans le monde Peter Pan, et au Royaume du Magicien d'Oz, le fait de raconter les histoires sexuelles d'Alice, Wendy et Dorothy donnerait à ces histoires un caractère universel. Tous les lecteurs pourraient s'identifier à l'expérience que nous avons ainsi donnée à ces personnages."

Alan Moore et Melinda Gebbie - Tous droits réservés.
Avec l'aimable autorisation des édition Delcourt

Les dessins de Melinda Gebbie, tout en pastels et crayons de couleurs incorporent des détails d'oeuvres de Mucha ou Schiele dans un univers pictural foisonnant, très inspiré de l'Art Nouveau. 

Un album excitant et dérangeant, réécriture pornographique de quelques lectures enfantines et plongée trouble dans la réalité fantasmée d'une sexualité sans entraves. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire