Article 1er. - La F∴-M∴, institution initiatique et progressive, cosmopolite et progressiste, a pour objet la recherche de la vérité et le perfectionnement de l’humanité. Elle se fonde sur la liberté, la tolérance et le libre examen ; elle ne formule ou n’invoque aucun dogme. Le Trav∴ maçonn∴ s’effectue à couvert dans le T∴ par la méthode symb∴. Cette démarche laisse au Maç∴ la liberté d’interprétation des symboles. Le Gr∴ Or∴ de Belgique, maillon de la F∴-M∴ universelle, demande à qui se présente à l’Init∴ d’être honnête et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonn∴. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’individus probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienfaisance dans le sens le plus étendu.

Saisir des mots clefs à rechercher

samedi 1 août 2020

∆∆∆ La chute | France culture 31/07/2020


Le coup de grâce est venu de son parti qui lui reprochait son peu d’entrain pour la construction européenne. Mais surtout étouffait après onze ans de pouvoir dans l’ombre de cette femme autoritaire.

Démission de Margaret Thatcher des postes
de chef du Parti conservateur et de Premier
ministre le 22 novembre 1990,
 après onze ans au pouvoir. 
La chute de Margaret Thatcher ressemble à son émergence : une surprise. Une décision des éminences de son parti qui la déboulonnèrent comme ils l’avaient propulsée. 

Parce qu’elle avait manqué de peu la réélection à la tête du parti dès le premier tour, ils décidèrent qu’il était temps de la remplacer, d’autant qu’elle accumulait les réformes impopulaires comme la Poll Tax. 

Tout se passa en quelques jours et s’acheva en une nuit que nous racontent d’anciens proches. Le 22 novembre 1990, elle démissionnait après onze ans et demi de pouvoir. Et disparaissait du même coup d’une scène européenne et internationale habituée à ses emportements. 

Elle ne perdit jamais dans les urnes, et ne décoléra jamais de cette mise à l’écart. Mais elle fut rattrapée par une sorte de démence. Elle s’est éteinte en 2013 et plane désormais sur l’Histoire politique britannique telle un fantôme.

Le récent Brexit a mis à nu une Angleterre écartelée, divisée, minée par trop de pauvreté et de richesses. Forcée de revisiter les années Thatcher.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire