Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

samedi 22 août 2020

∆∆∆ Infox, science décousue : comment ne pas perdre le fil ? | France culture 30/05/2019

À retrouver dans l'émission LA MÉTHODE SCIENTIFIQUE par Nicolas Martin

Dans nos quotidiens où l’information et la connaissance sont à portée de doigt et en grandes quantités, comment le grand public comprend-il la recherche scientifique, le travail du chercheur ? Ne glisse-t-il pas vers une défiance envers la science ?

Fake News, comment la science peut y répondre ?

Toujours ici sur le campus de l’UQO, l’Université du Québec en Outaouais à Gatineau, pour le 87ème congrès de l’ACFAS, l’Association Francophone pour le Savoir. 

Après la place de la francophonie dans la recherche internationale et les difficultés, ici comme en France, des débuts de carrière scientifiques pour les jeunes chercheurs, nous allons nous attaquer aujourd’hui à un fait d’actualité majeur, un paradoxe contemporain qui ne cesse de faire couler de l’encre : la méfiance des citoyens envers la parole scientifique corroborée par l’adhésion toujours plus large envers des discours dits « alternatifs », qui ne sont en réalité que fausses théories, infox et pseudosciences. Ce paradoxe, l’ACFAS lui a trouvé un nom : la science décousue. 

Science décousue, comment ne pas perdre le fil ? C’est le programme vérifié qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique au 87ème congrès de l’ACFAS.

Et pour aborder ces problématiques ô combien d’actualité et essayer d’éclaircir les raisons de ce paradoxe, et les moyens d’y remédier, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Serge Larivée, professeur à l’Université de Montréal, au département de psychoéducation, auteur de « Quand le paranormal manipule la science » aux Presses Universitaires de Grenoble, Sophie Malavoy, directrice du Cœur des sciences de l’Université du Québec à Montréal, autrice du « Guide pratique de vulgarisation scientifique » édité par l’ACFAS et Nicolas Beck, directeur de la vie universitaire et de la culture à l’Université de Lorraine.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire