Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 20 août 2020

Histoire de la psychiatrie, la fin du droit d’asile | France culture 21/03/2019

À retrouver dans l'émission LA MÉTHODE SCIENTIFIQUE par Nicolas Martin

Comment la psychiatrie est-elle apparue dans le monde et en particulier en France ? Qu'en est-il de l'histoire des traitements et des thérapies ? Quand a-t-elle nécessité d'être encadrée par des réglementations et des lois ?

"Le cri" d'Edvard Munch

Si l’on « peut juger l’état d’une civilisation, d’un pays, par la manière dont les idiots et les aliénés sont traités » comme le rappelle cet ancien adage, alors en cette nouvelle journée nationale de mobilisation pour un « printemps de la psychiatrie », la France est un pays malade. 

Pour comprendre comment et pourquoi nous en sommes arrivés là, nous avons voulu remonter le fil de l’histoire, et comprendre comment s’est construite la psychiatrie moderne. 

Des insensés d’antan, condamnés à l’enfermement ou la torture, aux aliénés enfermés à l’asile, jusqu’à aujourd’hui, où de vastes études épidémiologiques montrent que plus d’une personne sur quatre souffre de troubles psychiatriques.

Histoire de la psychiatrie, la fin du droit d’asile : c’est le programme libéré qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Et pour remonter aux sources de la psychiatrie moderne et nous raconter ce chapitre de l’histoire de la médecine, nous avons le plaisir de recevoir Corine Benestroff, psychologue clinicienne, chargée de cours à l’IUT René Descartes Paris V et Michel Caire, médecin psychiatre, docteur en histoire à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, auteur de « Soigner les fous, histoire des traitements médicaux en psychiatrie » aux éditions du Nouveau Monde.

>>> Apprentissages et troubles du cerveau (2/4) : Psychiatrie, rien ne va plus

Repères

L’étude des troubles psychiques a des origines lointaines, qui remontent à la Grèce antique. La psychiatrie moderne naît quant à elle au début du 19è siècle, avec les premiers médecins aliénistes.

L’évolution de la discipline s’est faite au gré des découvertes scientifiques : anatomie et neurologie, thérapies et premières molécules anti-psychotiques ; mais également des réglementations et de la prise en charge des patients. Des scientifiques tels que Charcot, Pinel, Bayle, Esquirol ou Charpentier y ont contribué.

L’histoire de la psychiatrie n’est pas terminée. De nouveaux troubles apparaissent actuellement, comme la souffrance au travail, pour laquelle les professionnels sont encore peu formés. Le secteur psychiatrique est aujourd’hui en crise : recrutement bas, diminution de la spécialisation, manque de financements. 

>>> Psychiatrie en France : ça tourne pas rond

Les références musicales

  • Le titre du jour : “Is it in my head” par The Who
  • Le générique de début : "Music to watch space girls by", par Leonard Nimoy
  • Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

Aucun commentaire:

Publier un commentaire