Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

A sa création, le Grand Orient de Belgique est exclusivement masculin, ses loges n'initient que des hommes. Les loges peuvent cependant décider d'accueillir des sœurs selon des modalités propres à ces premières.

En septembre 2009, Bertrand Fondu, alors grand maître de l'obédience déclare, en référence à une commission d'étude interne sur la mixité que les travaux des loges seront pris en compte en ce qui concerne la création de loge mixte, masculine ou féminine. La réflexion juridique du Grand Collège du Grand Orient de Belgique se clôture un mois après. La conclusion parait dans la presse et annonce une position favorable à la mixité.

Le dimanche 16 février 2020, une assemblée générale extraordinaire historique composée de tous les représentants de l’obédience vote à la majorité de 70% la modification de ses statuts et règlements. Le GOB devient une confédération formée d’une fédération masculine, d’une fédération mixte et d’une fédération féminine.

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

lundi 3 août 2020

De l'amitié entre philosophes : Montaigne et La Boétie, "parce que c’était lui, parce que c’était moi" | France culture 18/03/2019


Montaigne rencontre La Boétie en 1558. Pendant cinq ans se développe une grande histoire d'amitié qui s'achève brutalement avec la mort de La Boétie en 1563. Quelques années plus tard, Montaigne rédige ses "Essais". Quel rôle a eu la traversée de ce deuil dans la rédaction de cette oeuvre majeure ?

Montaigne et La Boétie vus
par Joseph Schiano di Lombo
Le philosophe Michel de Montaigne (1533-1592) connut une grande histoire d'amitié avec le poète Etienne de La Boétie qu'il rencontra à Bordeaux en 1558. 

La Boétie fut conseiller au Parlement de Bordeaux, puis à la Cour, il est l'auteur du Discours sur la servitude volontaire rédigé alors qu'il n'avait pas 20 ans et il fut publié dans son intégralité après sa mort en 1563 par Montaigne.

L'amitié qui lie les deux hommes est une histoire d'amour qui se termine brutalement par la mort de La Boétie à l'âge de 33 ans.

Quel rôle cette amitié et ce deuil ont-ils joué dans l'élaboration de la philosophie de Montaigne ? Sans vivre la mort de cet ami cher, Montaigne aurait-il écrit les Essais ?

L'invité du jour : Alain Legros, chercheur associé au Centre d'Études Supérieures de la Renaissance de l'Université de Tours

Histoire d'une rencontre

"L’histoire de leur rencontre n’est pas celle de deux philosophes mais celle de deux magistrats, tous deux du Périgord, La Boétie étant un peu plus âgé que Montaigne... On est en 1557, 1558…" Alain Legros

La Boétie, s'il avait vécu, aurait-il écrit les "Essais" ?

"Montaigne dit que si La Boétie, qui a écrit ce merveilleux "Discours", mais de jeune homme, dit-il, et qu’il semble considérer comme un excellent exercice scolaire, s’il avait vécu, aurait peut-être fait comme lui… C’est La Boétie qui aurait écrit les "Essais"." Alain Legros

Montaigne et La Boétie, faire revivre l'amitié antique

"Il ne faudrait pas oublier que ces deux amis sont d’abord des « sodales » c’est-à-dire des collègues, des confrères… La psychologie existe forcément entre ces deux personnes mais il y a une chez eux une idéologie commune, une volonté de faire revivre les amitiés antiques." Alain Legros

Textes lus par Thibault de Montalembert :
  • Déploration à l'antique sur la mort de l'ami, vers des poètes Catulle et Horace cités en latin par Montaigne dans les Essais, vers traduits par Alain Legros dans son ouvrage La Boétie pour Montaigne : du confrère bien-aimé à l’ami de papier aux éditions Classiques Garnier, 2012
  • Extrait de Fragment d'une lettre que Monsieur le conseiller de Montaigne écrit à son père, concernant quelques particularités qu'il remarqua en la maladie et mort de Monsieur de La Boétie, venant des Oeuvres complètes de Montaigne dans l'ancienne Pléiade, 1962
  • Extrait des Essais de Montaigne, I, 28, éditions modernisée La Pochothèque, Le Livre de Poche, 2001
Texte lu par Vincent Schmitt :
  • Extrait de À Michel de Montaigne d'Etienne de La Boétie, 20ème et dernier des Poèmes latins de La Boétie édités par Montaigne en 1571, issu de La Boétie, Poésies complètes, éditions Classiques Garnier, 2018
Sons diffusés :
  • Chanson de Michel Sardou, Parce que c'était lui, parce que c'était moi
  • Musique anonyme de la Renaissance italienne, Pavana La Morte de la Ragione
  • Musique de Giulio Cesare Barbetta, Moresques et mascarades de la renaissance, Moresca 4a detta "la Bergamasca"
  • Chanson de Léo Ferré, Les vieux copains

Aucun commentaire:

Publier un commentaire