Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

lundi 13 juillet 2020

Thônis-Héracléion, le mystère d'une cité engloutie | Bouillon de Culture 22 déc. 2018


Dans la baie d’Aboukir, à quelques kilomètres des côtes actuelles, la cité de Thônis-Héracléion est sortie de l’oubli grâce à l'équipe franco-égyptienne de l'archéologue sous-marin français Frank Goddio. Elle renaît ici grâce à de fascinantes prises de vue sous-marines.

Dans la baie d’Aboukir, à 6,5 kilomètres des côtes égyptiennes actuelles, la cité de Thônis-Héracléion, jusqu'alors seulement connue par quelques mentions épigraphiques dans des textes grecs, est sortie de l’oubli grâce à l'équipe franco-égyptienne de l'archéologue sous-marin Franck Goddio. 

Dégagé du sable et de la vase à l’issue d’innombrables plongées, l'imposant temple d’Amon Gereb s'est enfin révélé dans toute sa splendeur. Plus tard ont été mises au jour trois statues colossales, dont celle de Hapy, le dieu du Nil, ainsi qu’une stèle en granit noir de 16 tonnes et de 18 mètres carrés. Celle-ci portait un édit du pharaon Nectanebo Ier (378-360 avant J.-C.), qui imposait une taxe aux marchands grecs mouillant dans ce port alors grouillant d'activité, comme en témoignent les sept cents ancres et les seize épaves découvertes lors des fouilles. 

La florissante Thônis aurait été engloutie et rayée de la carte au VIIe siècle suite à un tremblement de terre et à un raz-de-marée. Elle renaît ici grâce à de fascinantes prises de vue sous-marines qui illustrent la quête inlassable de l'archéologue français.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire