Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 2 juillet 2020

"Pensées pour moi-même" de Marc Aurèle : Le stoïcisme ou l'art de l'esquive | France culture 25/03/2019


Au IIème siècle après J.-C., l'empereur romain Marc Aurèle rédige ses "Pensées pour moi-même", des notes journalières qui nous renseignent sur son histoire et sa psyché. Mais philosophe et empereur n'est-il pas une contradiction dans les termes ?


Portrait de Marc Aurèle par le dessinateur
Joseph Schiano di Lombo
Marcus Annius Verus, le futur Marc Aurèle, naît en 121 après J.-C. et meurt en 138 après J.-C..

À l'âge de 39 ans, à la suite d'un jeu de circonstances malencontreuses, Marc Aurèle devient empereur.
Inspiré par Épictète, il rédige en grec et non en latin ses Pensées pour moi-même, entre 170 et 180 après J.-C., à la fin de sa vie.

Dans cet ouvrage, l’empereur intériorise la pensée stoïcienne.

Quel stoïcien était Marc Aurèle ? Quelle est sa manière particulière d’investir le stoïcisme ?
Quand Marc Aurèle dialogue avec son âme, c'est nous autres, lecteurs, qui entrons en conversation avec nous-mêmes, et ce, près de 19 siècles plus tard...

L'invitée du jour :

Christelle Veillard, maîtresse de conférences en philosophie à l’Université Paris Nanterre

Le point d'aboutissement du stoïcisme

"Marc Aurèle dit qu'il a lu, relu et presque appris par cœur les écrits d'Épictète, il est donc d'une certaine façon le point d’aboutissement du stoïcisme." Christelle Veillard

Optimisme par principe 

"C'est la marque du stoïcisme que d’être optimiste par principe, l'idée défendue par Épictète et par Marc Aurèle est celle qu'on peut toujours agir sur notre vie, sur ce qui nous arrive parce qu'on a un contrôle absolu sur nos représentations. C'est le point de départ, puis Marc Aurèle ajoute quelque-chose, il explique que de tout obstacle nous pouvons faire une nouvelle voie d'action. Tout empêchement qui se présenterait devant soi peut être renversé et peut être l’occasion d'exercer sa vertu ou bien de faire autre chose que ce qu'on avait prévu. En tout cas, il y a une adaptabilité très grande des principes stoïciens qui permet et qui appelle même cette vision optimiste de l'existence." Christelle Veillard

Parler, un acte lesté de sens 

"Lorsque quelqu'un dit quelque chose, il porte des convictions à la connaissance de tous, donc parler c'est toujours un acte lesté de sens qui a une signification très forte et quand quelqu'un parle ou quand quelqu'un agit, même quand il agit mal, le fait pour des raisons précises qu'il convient d'abord de comprendre avant de juger un peu vite ce qu'il se passe. Donc le principe défendu par Marc Aurèle est celui-ci : "retiens-toi de juger de manière précipitée, essaie de comprendre ce que dit l'autre, quels sont ses principes, pourquoi il agit de cette façon ? À ce moment-là tu pourras entrer d'une certaine façon dans sa logique et éventuellement si cette logique est défaillante, lui montrer qu'une logique droite est possible, et donc le remettre dans le droit chemin". L'écoute est le préalable nécessaire pour redresser ses concitoyens." Christelle Veillard

Le but c'est d'être heureux 

"Le but est d'être heureux, c'est-à-dire selon la définition de Zénon, d'avoir une vie tranquille mais qui ne peut passer que part l’acquisition de la vertu, de la bonne disposition de l'âme. C'est cette disposition harmonieuse de l'âme qui nous fait faire le bien et parce qu’elle nous fait faire le bien, elle nous rend heureux. Le fait d'être heureux ou tranquille et le fait de faire le bien sont des notions qui vont ensemble, c'est pour ça qu'il n'y a pas de paresseux chez les stoïciens, il faut faire le bien véritablement !" Christelle Veillard 

Textes lus par Jacques Gamblin :
  • Marc Aurèle, Pensées, Livre I, pensées 16 et 17 in Pamela Ramos, La Véritable histoire de Marc Aurèle, (traduction d'Emile Bréhier revue par Pamela Ramos) Les Belles Lettres, 2009
  • Marc Aurèle, Pensées, Livre IV, pensées 50 à 53 in Les Stoïciens, (Traduction d'Emile Bréhier), La Pléiade, Gallimard, 1962
  • Marc Aurèle, Pensées, Livre III, pensée 14 in Pamela Ramos, La Véritable histoire de Marc Aurèle, Les Belles Lettres, 2009
Sons diffusés :
  • Extrait du film Gladiator de Ridley Scott
  • Extrait du film La chute de l'empire romain d'Antony Mann
  • Extrait de l’émission La vie comme elle va sur France Culture avec le philosophe  Pierre Hadot en 2003
  • Francesco Canova da Milano, Fantasia n°34, La Compagna - pour luth
  • Ferruccio Busoni, Indianisches Tagebuch K 267 Livre I Andante
  • Neil Young Don't let it bring you down

Aucun commentaire:

Publier un commentaire