Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

mercredi 15 juillet 2020

Libéralisme et justice sociale : l’équation impossible ? | France culture 11/04/2019


John Rawls est considéré comme l'un des derniers grands penseurs du concept de justice, grâce à son concept du voile d'ignorance il semble réussir à conjuguer individualité et intérêt général. Les principes libéraux de John Rawls permettent- ils dans les faits de produire la société juste ?

Statut de la Justice à Francfort, Allemagne
Les premières analyses des contributions du grand débat national laissent entrevoir chez les Français des revendications contradictoires : ils voudraient à la fois payer moins d’impôts et recevoir plus d’aide de la part de l’Etat. Comment le gouvernement peut-il résoudre cette équation impossible entre libéralisme et justice sociale ? 

Pour en discuter aujourd’hui dans Les Matins de France Culture, Guillaume Erner reçoit Catherine Audard et Claudia Senik

A propos de l'origine des inégalités en France : 

"En France, le problème majeur des inégalités réside dans l'éducation"

A propos du libéralisme : 

"A partir de l’échec patent du communisme les idées libérales ont pris de l'ampleur et une certaine complaisance, sans se rendre compte qu'une démocratie ce n'est pas seulement un système de gouvernement, c'est un type de société, c'est aussi une culture qui se transmet, qui est fragile et qui peut se dégrader très rapidement. Les idées libérales qui paraissaient faire consensus comme le consensus libéral-démocrate, l'alliance des libertés et de l'égalité sociale a été mise à l'épreuve par la mondialisation sans que les élites s'en soient suffisamment inquiétées."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire