Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 3 juillet 2020

Bonjour, les amis | via notre F LB 3 juillet 2020

Tombe de Cioran - cimetière du Montparnasse.

La citation que je vous propose aujourd'hui est :

"La peur est une mort de chaque instant."

Des larmes et des saints, L’Herne, 1990, p.15. - Cioran
 



Et un petit texte susceptible d'agrémenter votre horizon rétréci et/ou de piquer votre réflexion : 

« Der Tod ist umzudeuten ! Wir versöhnen uns so mit dem Wirklichen d.h. mit der toten Welt. »

« Il faut réinterpréter la mort ! Nous nous réconcilierons de la sorte avec le réel, c'est-à-dire avec le monde mort. »


"Parvenir à la vision du Retour Eternel, c’est donc tout à la fois s’unir à un monde où la vie est omniprésente, puisque toute matière y adopte périodiquement la forme organique, et jouir de l’exception qu’est la vie en la prenant comme phase fugace du jeu de la matière, comme inséparable de l’organique qui en est la condition préalable et le destin prochain ; c’est rejoindre un instant où la vie et la mort, cessant d’apparaître comme des contraires se combattant éternellement, se réconcilient en nous comme les moments co-nécessaires d’un jeu sans commencement ni fin, sans période privilégiée ; c’est rassembler dans un « instant sans limite » ce que le temps cosmique semble séparer quand il déroule le scénario de l’inorganique s’organisant et de l’organique se désorganisant."

Source : Fragments posthumes.

Traduction : Oeuvres complètes de Nietzsche (G. Colli et M. Montinari), Gallimard.

Glose verbeuse : Philippe Granarolo (Docteur d'Etat ès Lettres et agrégé en philosophie, spécialiste de Nietzsche), "L'individu éternel - l'expérience nietzschéenne de l'éternité", Vrin, 1993, p158-159.

Profitez-en pour vous protéger et sortir le moins possible car il pleut.

AF

Aucun commentaire:

Publier un commentaire