Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 9 juillet 2020

Agnès Spiquel - Victor Hugo : Le Dernier Jour d'un condamné | 30 oct. 2017


En 1829, Victor Hugo, alors étoile montante de l'aile la plus moderne du royalisme - et déjà chef de file de ce qui deviendra très bientôt le romantisme - publie ce court récit, "Le Dernier Jour d'un condamné", dans lequel l'homme qui va être exécuté parle de ce qu'il est en train de vivre, sans aucune intervention d'un narrateur.  

Texte d'une force inouïe qui ne démontre pas mais montre, fait sentir l'horreur et oblige le lecteur à s'interroger sur l'humanité et l'inhumanité. Cycle de 4 conférences : "Victor Hugo et Albert Camus : deux écrivains contre la peine de mort" (2).

Agnès Spiquel est professeur émérite de littérature française à l'Université de Valenciennes. Agnès Spiquel s'est consacrée d'abord à Victor Hugo et au romantisme ; puis à Albert Camus  (son oeuvre, ses engagements, ses rapports avec l'Algérie).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire