Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

dimanche 19 juillet 2020

Agnès Spiquel - Notre-Dame de Paris : l'amour, la mort, l'Histoire (Paris 1482)


Tout le monde peut citer le titre d'au moins un roman de Victor Hugo. Dans quelles circonstances ont-ils été écrits ? Quels en sont les enjeux ? Comment, du premier, en 1831, au dernier, en 1874, Victor Hugo a réinventé le roman en dilatant les formes traditionnelles du genre romanesque pour y amalgamer la philosophie, l'histoire, la poésie, l'épopée... 

Dans le cadre du cycle de conférences de l'Université permanente, Agnès Spiquel revient sur l'un des romans les plus célèbres de Victor Hugo : Notre-Dame de Paris

Aucun commentaire:

Publier un commentaire