Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

dimanche 26 juillet 2020

∆∆∆ A l'heure des révolutions | France culture 22/07/2020



Karl Marx
1848. La révolte gronde dans toute l'Europe. Marx vit à l’heure des révolutions sans pour autant monter sur les barricades. Entre Paris, Bruxelles et Cologne, la police à ses trousses, il écrit avec pour seule arme la force de ses mots. Une série documentaire de C. Lecerf, réalisée par F. Lilin.

Chassé de son pays à cause de la censure, Marx rejoint Paris avec l’idée d’y fonder une revue franco-allemande. 

Véritable capitale européenne de l’exil politique et intellectuel, Paris accueille des milliers d’Allemands. Richard Wagner et Jacques Offenbach et le journaliste et poète Heinrich Heine ont précédé Marx sur le chemin de l’exil. 

A Paris, Marx découvre une ville peuplée d’artisans et d’ouvriers, qui souffrent de leur condition mais sont capables de se soutenir et de s’organiser. Ce moment parisien va faire naître chez lui de profondes interrogations sur l’homme et sa dépossession par le travail. Des questions anthropologiques qui ne le quitteront plus jamais.

Marx et Engels, réunion à Paris
"Quand Marx arrive à Paris en 1843, il est ébloui par cette ville tellement vivante, où il y a des manifestations, des journaux, des revendications et des ouvriers." Michelle Perrot, historienne

"Par le travail aliéné, l’homme engendre le rapport dans lequel il se tient à l’égard des autres hommes. Ni les dieux ni la nature, mais seul l’homme lui-même peut avoir un tel pouvoir sur l’homme." Karl Marx, Manuscrits parisiens de 1844

A Paris, Marx fait une autre rencontre décisive : celle de Friedrich Engels, qui deviendra son ami et son allié pour la vie. Chassé de France sous pression du gouvernement prussien, Marx retrouve son alter ego à Bruxelles, où ils picolent et se décrassent joyeusement la cervelle de toute philosophie visant à interpréter le monde sans vouloir le changer. 

A partir de leurs notes simplement jetées sur le papier, la postérité construira ce qu’on appelle encore aujourd’hui L'Idéologie allemande. Leurs échanges passionnés vont également faire naître le texte qui révolutionne la pensée et la langue du combat politique. Avec Le Manifeste du parti communiste, l'histoire de toute société devient une histoire de lutte de classes.

Marx et Engels dans les presses
de la Neue Rheinische Zeitung
"C’est Engels qui rédige un premier jet et c’est ensuite Marx qui tient la plume. Et c’est là que réside tout le génie du Manifeste du Parti Communiste." Tristram Hunt, historien

"La différence capitale entre Marx et les autres philosophes, c'est qu'il ne s'adresse pas aux philosophes." Pierre Bergounioux, écrivain

En février 1848, le peuple parisien se soulève, entraînant à sa suite l’Europe entière dans un “printemps des peuples”

Expulsé de Belgique, Marx regagne Paris trop tard pour être au cœur de l’action. C’est de l’autre côté du Rhin, à Cologne, qu’il va livrer son principal combat révolutionnaire : publier un journal. A la différence du “Général” Engels, qui défendra jusqu’au bout arme à la main le parlement de Francfort, Marx livre son combat dans la Neue Rheinische Zeitung avec des mots. 

Barricades à Paris, 1848
L’échec des révolutions atteint Marx mais ne l’abat pas. 

L’heure est à penser autrement ce qui doit être renversé. A l’instar de nombreux quarante-huitards, Marx se réfugie à Londres. Une vie d’exilé commence.

"Le grand paradoxe de la vie de Marx, c'est d'avoir espéré la révolution, pensé la révolution, vécu des situations révolutionnaires concrètes et de n'avoir connu que des échecs révolutionnaires." Jean-Numa Ducange, historien

"Hegel note quelque part que tous les grands événements et personnages historiques surviennent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d’ajouter : une fois comme tragédie et la fois d’après comme une farce." Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte

Textes lus :
  • Karl Marx, Lettre à Arnold Ruge, in Correspondance Vol. 1-2, Éditions Sociales, 2019
  • Karl Marx, Lettre à Ludwig Feuerbach, in Correspondance Vol. 1-2, Éditions Sociales, 2019
  • Karl Marx, Lettre à Joseph Weydemeyer, in Correspondance T. 3, Éditions Sociales, 1972
  • Karl Marx, Manuscrits de 1844, Éditions Sociales, 1972
  • Karl Marx, "Sur la question juive", in Annales Franco-Allemandes, Éditions Sociales, 2020
  • Karl Marx, Lettre à Heinrich Heine, in Correspondance Vol. 1-2, Éditions Sociales, 2019
  • Karl Marx, Friedrich Engels, Manifeste du Parti Communiste, Gallimard, Pléiade, 1963
  • Karl Marx, "Dernières nouvelles de Vienne, Berlin, Paris", Nouvelle Gazette Rhénane, Éditions Sociales, 1970
  • Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Gallimard, Pléiade, 1994

Voix : Catherine Baugué, Gabriel Dufay, Laurent Lederer, Mohamed Rouabhi et Andrea Schieffer

Traductions : Lou Héliot

Documentation : Maria Contreras, Romain Couturier

Prise de son : Jean-André Giannecchini, Alain Joubert

Mixage : Claude Niort

Aucun commentaire:

Publier un commentaire