Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

dimanche 21 juin 2020

Réforme : la dernière chance pour l'islam | France culture 09/09/2018


Un coran, mosquée Jamiul Islamiyah,
Ho Chi Minh City (Vietnam)
Pourquoi réformer ? Comment réformer ? Que réformer ? Qui est habilité à réformer ? Autant de questions cruciales auxquelles justement l'intellectuel algérien Noureddine Boukrouh apporte des éléments de réponses étayées et éclairées pour renouveler l'islam.

L'épineuse question de la réforme de l'islam islâh s'est imposée comme un sujet majeur de débat. Elle relève d'un besoin impérieux et d'une nécessité vitale. C'est en cela qu'elle  suscite de sérieuses tensions et cristallise des antagonismes emportés chez les intellectuels musulmans. Noureddine Boukrouh en est un.  Avec audace, il vise à élaborer une théorie pragmatique de la réforme de l'islam.

"Réformer signifie renouveler, améliorer, ce n'est pas rompre, casser, briser, renier, c'est tendre au bien et peut-être au meilleur. La notion de réforme islâh appartient à la terminologie intellectuelle islamique depuis bien longtemps, on peut même la faire remonter au prophète lui-même, puisqu'il y a un Hadith du prophète qui consacre la nécessité de réformer l'islam à chaque nouvelle époque [...]"

Extraits musicaux
  • Musiques du Nord du Khorassan
  • Lili Boniche  "Là- bas mon pays : Alger, Alger"
  • Aïcha Redouane et l'ensemble Al-Adwâr "Solo riqq"
"Le premier courant philosophique, les premières expressions de la pensée islamique étaient celles formulées par les mu'tazila ou mutazilisme , l'islam a naturellement généré la rationalité et une pensée critique [...] en s'isolant des conflits politiques." Noureddine Boukrouh

"Il s'agit de renouveler la religion, renouveler la vision du monde islamique, ce n'est pas le dogme islamique qui doit être réformé. Lorsque cette vision du monde n'est pas actualisée de temps à autre elle finit par dépérir." Noureddine Boukrouh

"Aujourd'hui on impose aux musulmans une conception de l'islam, c'est ce qu'on appelle le wahhabisme, le salafisme, il y a un conformisme, c'est devenu même un fétichisme. Aujourd'hui pour être musulman il faut avoir une marque sur le front pour montrer qu'on fait la prière, il faut s’habiller d'une certaine façon, c'est de la régression sociologique, intellectuelle, anthropologique." Noureddine Boukrouh

Aucun commentaire:

Publier un commentaire