Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

lundi 8 juin 2020

Philosopher avec Scorsese : "Raging Bull", boxer avec le destin | France culture 19/05/2020


En 1980 sort "Raging Bull", film de Scorsese en noir et blanc, lyrique et violent, qui raconte l’itinéraire d’un champion de boxe, Jake LaMotta, dont le véritable combat est contre lui-même, se heurtant au mur de ses propres limites…

Robert De Niro dans "Raging Bull",
de Martin Scorsese, 1980
Il est seul sur le ring, sautillant, vêtu d’un peignoir à capuchon, il est filmé au ralenti, mais ne vous y trompez pas, l’histoire de Jake LaMotta, champion du monde de boxe de poids moyen surnommé le Taureau du Bronx, est le récit d’un homme qui se trouve face au mur, dit Scorsese, et qui ne parvient ni à le détruire, ni à l’escalader.

Est-ce pour autant le récit d’un échec ? La fin, le film nous la donne dès le début, où l’on passe de l’athlète sur le ring à l’homme bedonnant qui tente de réciter du Shakespeare dans sa petite loge afin de nous proposer un spectacle d’un autre genre, pop-corn à la main…

L'invité du jour : Eric Rochant, réalisateur, scénariste, producteur, et depuis 2013, créateur et showrunner de la série Le Bureau des Légendes dont la cinquième saison est disponible sur canal

L’artifice revendiqué par le noir et blanc

"Le noir et blanc, utilisé de façon anachronique (ici en 1980), introduit une distance, marque le fait que c’est une représentation, pose alors la question de la vérité. On va voir des films comme on lit des livres, pour savoir la vérité sur les choses, et les oeuvres nous disent la vérité. Lacan disait que la vérité ne peut être que mi-dite, elle ne se dévoile jamais complètement, du coup, alors comment atteindre la vérité des choses ? Les mots pointent vers la vérité, il faut traverser le langage, mais les images peuvent faire écran. Le noir et blanc permet à l’image de ne pas faire écran. L’artifice du noir et blanc nous oblige à traverser l’image et à aller chercher ce que ça dit, à travers l’image, par et malgré l’image." Eric Rochant

Se heurter à ses limites

"Le personnage joué par De Niro est un abruti dangereux, pour les autres et pour lui-même, et ce qui est extraordinaire c’est que le film raconte l’histoire d’un abruti qui réalise qu’il est abruti, c’est là qu’on atteint le côté dramatique et lyrique de cette histoire : c’est quelqu’un qui se heurte à sa propre limite." Eric Rochant

Un film entre "entertainment" et recherche de la vérité

""Raging Bull" est un film très lyrique et très chrétien, mais c’est un film qui passe par la violence, et donc d’une certaine manière par le spectacle de la violence, et permet une articulation entre "entertainment" et quelque chose de plus profond, une parole philosophique, une recherche de la vérité."  Eric Rochant

Texte lu par Maÿlis Ricordeau :
  • Extrait de De la providence, de Sénèque, chapitre 5, traduction de la Pléiade, Les Stoïciens
Sons diffusés :
  • Extraits du film Raging Bull, de Scorsese, 1980
  • Archive de Scorsese dans l'émission Boomerang, France Inter, 27/11/2019
  • Chanson de Bob Dylan, Isis (extrait du documentaire Rolling Thunder Review de Scorsese)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire