Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

mercredi 10 juin 2020

"La Princesse de Clèves" : l'amant, le mari et l'aveu | France culture 29/04/2020


Chaque jour, nous vous donnons à entendre et à comprendre un grand texte de notre patrimoine littéraire. Aujourd’hui : "La Princesse de Clèves" de Mme de La Fayette, l'extrait de "l'aveu" lu par Robin Renucci.

Marie-Madeleine Pioche de La Vergne,
 comtesse de La Fayette, plus connue
 comme Madame de La Fayette
(1633-1693).
La Princesse de Clèves paraît en mars 1678 de façon anonyme. L’auteure, Madame de La Fayette, craint le ‘’bruit’’ que ne manqueront pas de faire ses pages qui évoquent implicitement les intrigues de la cour de Louis XIV, même si l’action a été déplacée un siècle plus tôt, sous Henri II. Ce roman des passions la propulse au panthéon des grands écrivains du XVIIe siècle : Racine, le vieux Corneille, ou encore Nicolas Boileau. Amie proche de La Rochefoucauld,  ce dernier aurait inspiré l’écriture de ce roman, véritable traité des passions de l’âme. 

A la cour du roi de France, les passions ne peuvent se vivre à l’abri des regards : tout se sait et tout se dit. "L’honnêteté" de la Princesse de Clèves est confrontée à l’amour qu’elle ressent pour M. de Nemours, amour qu’elle s’avoue tout  juste à elle-même, mais qu’elle ne laisse en aucun cas s’exprimer. Ce renoncement est d’autant plus fort pour le lecteur qu’il a accès à la vérité de ses sentiments.

Dans l’extrait que vous allez entendre, il est question d’une lettre égarée par la Princesse de Clèves. La Reine exige qu’elle soit restituée. Les protagonistes "quittent ensuite la ville" pour mieux se retrouver à  la campagne, à Coulommiers, où, loin des conversations de la cour, les aveux sont plus aisés. 

Cet extrait de la troisième partie de La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette  vous est lu par le comédien Robin Renucci, directeur des Tréteaux de France. 

Générique : Balanescu Quartet, "Model", Possessed

Extrait lu : La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette (édition GF, 2019, de Jean Mesnard, pages 175 à 187/Edition Librio, 1995, pages 95 à 105)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire