Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

A sa création, le Grand Orient de Belgique est exclusivement masculin, ses loges n'initient que des hommes. Les loges peuvent cependant décider d'accueillir des sœurs selon des modalités propres à ces premières.

En septembre 2009, Bertrand Fondu, alors grand maître de l'obédience déclare, en référence à une commission d'étude interne sur la mixité que les travaux des loges seront pris en compte en ce qui concerne la création de loge mixte, masculine ou féminine. La réflexion juridique du Grand Collège du Grand Orient de Belgique se clôture un mois après. La conclusion parait dans la presse et annonce une position favorable à la mixité.

Le dimanche 16 février 2020, une assemblée générale extraordinaire historique composée de tous les représentants de l’obédience vote à la majorité de 70% la modification de ses statuts et règlements. Le GOB devient une confédération formée d’une fédération masculine, d’une fédération mixte et d’une fédération féminine.

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

mercredi 3 juin 2020

La mémoire : Retrouver la mémoire : nouvelles expérimentations | France culture 14/06/2016


Nous poursuivons l'exploration de la mémoire cette semaine, avec les neurosciences aujourd'hui : deux chercheuses nous aident à faire le point sur les recherches scientifiques et médicales quant à la mémoire humaine et ses troubles, ses pertes, ses dysfonctionnements.

Edward Hopper, Sun in an Empty Room
(1963)
Avec deux chercheuses du laboratoire « Mémoire et Cognition » de l’Université Descartes : Valentina La Corte, post-doctorante, et Sophie Blanchet, maître de conférences. Toutes deux étudient la mémoire et ses dysfonctionnements à l’aide de nouvelles pratiques et technologies, pour accompagner les patients dans la reconquête de leur mémoire, ou dans le ralentissement de sa perte.

En fin d'émission chaque jour, on propose à quelqu'un de partager avec nous un souvenir fondateur pour lui. Cette semaine c'est Marie-José Justamond, la directrice du festival Les Suds, à Arles, qui se prête à l’exercice. Elle évoque sa passion pour la préhistoire. Et la manière dont sa curiosité est rassasiée, une fois par semaine, sur ce sujet et sur d’autres, par la très belle émission de Jean Claude Ameisen : Sur les épaules de Darwin, diffusée sur France Inter.

Programmation musicale :
  • Alex Calder, Memory resolve
  • The Mamas and the Papas, California dreaming
  • Lee Harvey OSMOND, Cuckoo's nest

Aucun commentaire:

Publier un commentaire