Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

mercredi 3 juin 2020

La mémoire : Madeleineproject.fr, une mémoire recomposée en réseau | France culture 15/06/2016


Troisième moment de cette semaine que nous passons à arpenter nos mémoires. Ce mercredi, la mémoire se tisse sur Twitter. Avec l'auteur d'un projet qui sent la madeleine, nous parlons du rôle que joue ce réseau social dans une enquête intime partagée avec d'autres.

@cm2aJeanMace, retweeté le 9 juin 2016
par @clarabdx
Avec Clara Beaudoux, journaliste, auteur de Madeleine Project (ed. du Sous-sol, mai 2016). Madeleine est le prénom de la femme qui a vécu pendant 20 ans, dans l’appartement où l'auteur s’installe un an après sa mort. Dans la cave, elle découvre objets, photos, documents, lettres, dont elle fait rigoureusement l’inventaire sur Twitter. Madeleine Project a donné ce livre, qui publie l’ensemble des tweets et un texte central. 

Une communauté se tisse autour de la mémoire de cette femme, aidant Clara Beaudoux à recomposer sa vie, retrouver des gens qui ont connu Madeleine : en plateau également, Cécile Saint-Martin, enseignante avec Pauline, Ismaïl et Igor, trois de ses élèves de la classe de CM2 A de l'école Jean Macé à Aubervilliers, où Madeleine a enseigné. Cette classe suit la Saison 3 du Madeleine Project, via son compte @cm2aJeanMace ; et par téléphone, Marc, un des voisins de l'immeuble.

Elle s’appelait Madeleine, elle aurait eu 100 ans en 2015. Je m’appelle Clara, j’ai 31 ans. Nous ne nous sommes jamais connues. C’est la femme qui a vécu dans mon appartement avant moi, pendant 20 ans. Elle est morte un an avant que je m’y installe, l’appartement avait été refait à neuf. Mais tout le monde avait semble-t-il oublié la cave. J’y ai découvert toute la vie de Madeleine, objets, photos, lettres. Je me suis plongée dedans. Une enquête à suivre sur Twitter @clarabdx

En fin d'émission chaque jour, on propose à quelqu'un de partager avec nous un moment marquant, quelque chose qui la ou le constitue. Cette semaine c'est la directrice du festival Les Suds à Arles qui se prête à l’exercice. Aujourd’hui elle évoque les taureaux avec lesquels elle a grandi, et qui imprègnent selon elle son inconscient personnel autant que l’inconscient collectif de sa région. Course camarguaise et corrida aux Arènes d’Arles, vers 14h50, dans la rubrique Au Singulier !

Programmation musicale :
  • Jacques Brel, Madeleine
  • Carvey, Garde ton cœur Madeleine
  • Pixies, Magdalena

Aucun commentaire:

Publier un commentaire