Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

mardi 9 juin 2020

"La Ballade des pendus", un poème de François Villon, lu par Stéphane Hessel | France culture 17/01/2011


Grand connaisseur et diseur de poésie, toute cette semaine est consacrée aux choix de Stéphane Hessel. Aujourd'hui, "La Ballade des pendus", un poème lyrique et testamentaire de François Villon, qu'il aurait composé en prison, en attendant son exécution.

Le grant testament Villon
 et le petit

Poème : "La Ballade des pendus", de François Villon (1489)

Lecture par Stéphane Hessel

Extrait du poème 

"Frères humains qui après nous vivez
N'ayez les cœurs contre nous endurcis,
Car, se pitié de nous pauvres avez, 
Dieu en aura plus tost de vous merciz.
Vous nous voyez cy attachez cinq, six
Quant de la chair, que trop avons nourrie,
Elle est pieça devoree et pourrie,
Et nous les os, devenons cendre et pouldre."

Semaine spéciale Stéphane Hessel

Stéphane Hessel est né à Berlin en 1917. Normalien, français libre, déporté, diplomate en poste à New York, Alger, Saïgon, Genève, c’est un homme engagé dans la défense des droits de l’homme. Il est aussi un grand connaisseur et diseur de poésie, et il a publié en 2006 Ô ma mémoire, la poésie ma nécessité , aux éditions du Seuil, donnant quatre-vingt-huit poèmes qu’il a un jour appris par cœur et qu’il n’a jamais oubliés.

Les poèmes de cette semaine ont été enregistrés à la Maison de la Poésie, dans le cadre d'une manifestation donnée autour des "Géants de la poésie". Stéphane Hessel et André Markowicz y ont donné une joute de poésie.

Equipe de réalisation : Sébastien Labarre, Bernard Le Gac, Benjamin Hu, Claude Guerre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire