Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

samedi 20 juin 2020

∆∆∆ Deuxième vague : faut-il... déjà s'y préparer ? | #cdanslair 17.06.2020


La Chine déploie les grands moyens pour tenter d’empêcher une deuxième vague, alors que le nombre de cas de coronavirus est en augmentation depuis plusieurs jours à Pékin. Vols annulés, marchés fermés, écoles et lieux culturels bouclés, des zones résidentielles placées en quarantaine, prise de température désormais obligatoire et campagne de dépistage massive. Les 21 millions de Pékinois sont de nouveau confrontés au Covid-19 et ne peuvent plus, sauf cas de force majeure, sortir de la capitale.
 
Une situation scrutée de par le monde et qui en France amène à se questionner sur un potentiel rebond de cas de contaminations dans l'hexagone. Cinq semaines après le déconfinement, "le virus continue à circuler sur l'ensemble du territoire national, la prudence doit demeurer afin d'éviter tout rebond épidémique et de limiter le risque de cas groupés" a recommandé mardi le ministère de la Santé. De son côté, le directeur général de la Santé a eu des mots très clairs lors de son audition à l’Assemblée : "L'épidémie est loin d'être terminée. Nous devons maintenir impérativement les bons gestes barrières" et "l'ensemble des mesures sanitaires encore en vigueur". Une stratégie nécessaire pour se préparer à un éventuel "rebond cet automne ou cet hiver". "Ne pas se préparer à une deuxième vague serait une faute majeure", a-t-il même prévenu. Jérôme Salomon a également rappelé que "la vigilance et la prudence doivent rester de mise avec les nombreux déplacements des vacanciers" alors que depuis deux jours, le nombre de décès quotidien remonte dans le pays (+111 ces dernières 24 heures) tout comme le nombre de nouveaux patients hospitalisés.
 
Plus d’un mois après la fin du confinement, si la situation sanitaire est globalement bonne dans l’Hexagone, la France n’en a pas fini avec l’épidémie de Covid-19 et va devoir apprendre à vivre avec le virus. Mais comment ? Maintien des gestes barrières, généralisation du masque, reconfiguration des habitats urbains… 

Alors que de nombreux responsables réfléchissent à l’organisation de la société au temps de Covid-19, la recherche d’un traitement se poursuit et un premier pas encourageant est annoncé. La dexaméthasone, un stéroïde prescrit auparavant pour soigner le syndrome respiratoire aigu, le Sras, a reçu des résultats prometteurs dans l'essai britannique Recovery. Les scientifiques ont découvert que ce médicament réduirait d'un tiers la mortalité chez les patients sous assistance respiratoire, atteints d’une forme grave de Covid-19. L'Organisation mondiale de la santé a salué "le premier traitement avéré qui réduit la mortalité chez les patients atteints par la Covid-19". La dexaméthasone est "déjà utilisée à grande échelle" dans les hôpitaux français a indiqué ce mercredi l'infectiologue Karine Lacombe.
 
Alors la dexaméthasone, qu'est-ce que c'est ? Plus largement où en est la recherche d'un traitement contre le Covid-19 ? 193 clusters sont recensés en France. Où sont-ils ? Faut-il s’en inquiéter ? Enfin comment vivre au temps du Covid-19 ?
 
Invités :

- Éric Caumes - Chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Pitié-Salpétrière à Paris
- Sophie Aurenche - Journaliste au service Reportages à RTL
- Hélène Romano - Psychothérapeute, spécialiste de la prise en charge des traumatismes
- Antoine Flahault - Epidémiologiste, directeur de l'Institut de santé globale à l'université de Genève

Aucun commentaire:

Publier un commentaire