Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

lundi 15 juin 2020

Confucius : L’importance des rites | France culture 3/01/2017


En compagnie de Rémi Mathieu, nous explorons aujourd'hui les méandres d'une sagesse qui n'abandonne jamais le souci du bon gouvernement.

Portrait de Confucius 
Jean-Baptiste Du Halde
(1674-1743)
Née dans une période troublée - celle des "Printemps et des Automnes", qui voit le pouvoir central s'affaisser au profit de puissants royaumes rivaux - la pensée confucianiste est marquée par l'inquiétude de la politique. 

En retour, et avec son institutionnalisation par la dynastie Han à partir de -202, c'est toute la civilisation chinoise que vient structurer la doctrine de Confucius. Mais comment les textes confucianistes abordent-ils le rapport à la politique ? C'est à travers la notion de rite (禮, lĭ) - chargée de garantir le respect dans les relations interpersonnelles, la moralité de l'éducation, et la bienveillance du souverain - que le Maitre et ses disciples envisagent le corps social.

Le texte du jour

Mencius dit : « Le peuple est ce qu'il y a de plus précieux, les autels des dieux du Sol et des Moissons viennent en deuxième et le souverain en dernier. Ceux qui gagnent la confiance du fils du Ciel deviennent des princes feudataires ; ceux qui gagnent la confiance des princes feudataires deviennent des grands dignitaires. Si les princes feudataires mettent en danger les dieux du Sol et des Moissons, on les remplace ; si les animaux sacrificiels sont gras et forts, les céréales sacrificielles, abondantes et pures, les offrandes rituelles, célébrées au moment prescrit, et que surviennent néanmoins des sécheresses ou inondations, ce sont les autels au dieux du Sol et des Moissons qui sont remplacés ».

Meng zi, VII B14 -327, in Philosophies confucianistes, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, trad. Charles Le Blanc, p.528

Lectures

- Meng zi, VII B14 -327, in Philosophies confucianistes, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, trad. Charles Le Blanc, p.528
- Xun zi, « Traité sur les rites », in Philosophies confucianistes, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, trad. Rémi Mathieu, p.1094

Extraits

- Confucius, de Hu Mei, 2009
Epouses et concubines, de Zhang Yimou, 1991

Références musicales

- Wencheng Lu , Autumn moon on placid lake
- Concert Musiques des Reunions Confuceennes Bagua
- Tricot Machine, Défier les rites
- Liang Tsai-Ping, Han ya hsi sui

Aucun commentaire:

Publier un commentaire