Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

dimanche 14 juin 2020

∆∆∆ Alain Supiot - Le travail au XXIe siècle | France culture 13 déc. 2019



Il y a cent ans, l’Organisation internationale du travail se donnait pour mission de soutenir les efforts des pays voulant améliorer le sort des travailleurs et d’éviter que ces efforts ne les désavantagent vis-à-vis des pays qui s’en abstiennent. En 1944, la déclaration de Philadelphie préconisait que « tous les programmes d’action et mesures d’ordre économique et financier » soient de nature « à favoriser et non à entraver […] le droit [de tous les êtres humains] de poursuivre leur progrès matériel et leur développement spirituel dans la liberté et la dignité, dans la sécurité économique et avec des chances égales ». Si ces missions n’ont rien perdu de leur valeur ni de leur actualité, les conditions dans lesquelles elles s’exercent ont profondément changé.

C’est ce que cette conférence abordera en éclairant d’abord les défis communs à l’ensemble de la planète (écologie, révolution informatique et normes juridiques) et en les analysant ensuite au prisme de la diversité des expériences et des cultures, celles des vieux pays industriels comme celles des pays émergents.

Alain Supiot est professeur au Collège de France, co-fondateur et membre émérite de l’Institut d’études avancées de Nantes. Ses travaux se sont principalement déployés sur deux terrains complémentaires : le droit social et la théorie du droit. Il vient de publier Le Travail au XXIe siècle (Les Editions de l’Atelier, 2019).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire