Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

dimanche 14 juin 2020

Alain Supiot : « La démocratie, malade du marché » | Institut français de recherche sur le Japon 24 nov. 2019



Conférence donnée à l'Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise le 3 juin 2019.

Conférencier : Alain SUPIOT (Collège de France)
Discutant : NISHITANI Osamu (prof. émérite de l’univ. des langues étrangères de Tokyo)
Modérateur : HASHIMOTO Kazumichi (univ. de Waseda)

La démocratie est née d'une pratique plutôt rare, consistant pour les membres d'une société donnée, à former des « assemblées de parole », pour s'accorder sur les règles qui s'imposeront à tous. Cette construction est sapée par l'analyse économique du droit, qui assimile la démocratie à un « marché des idées ». Dès lors, la sphère du marché absorbe celle du politique (marché électoral) et celle du sacré (marché des religions), et la figure du citoyen s'estompe au profit de celle du consommateur.

Alain SUPIOT est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « État social et mondialisation : analyse juridique des solidarités ». Ses travaux se sont principalement déployés sur deux terrains complémentaires : le droit social et la théorie du droit. Il est notamment l'auteur de Homo juridicus. Essai sur la fonction anthropologique du Droit, (Seuil, 2005, traduit en 10 langues, dont le japonais) ; L'esprit de Philadelphie. La justice sociale face au Marché total, (Paris, Seuil, 2010, trad. en 6 langues), La gouvernance par les nombres, (Fayard, 2015, trad. anglaise Hart 2017).

NISHITANI Osamu est professeur émérite de l’université des langues étrangères de Tokyo, où il était chargé d'un cours intitulé « Global Studies Laboratory » : études transdisciplinaires de la mutation du monde contemporain. Il est également l'auteur de très nombreux ouvrages sur la mondialisation, la modernité, la notion de guerre, et traducteur notamment de Georges Bataille, Jean-Luc Nancy et Pierre Legendre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire