Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

lundi 29 juin 2020

Adèle Van Reeth : "L'ordinaire c'est ce qui reste quand on a tout changé" | France culture 04/06/2020


A l’occasion de la parution de son livre « La vie ordinaire » qui sort aujourd'hui, Adèle Van Reeth est l'invité des Matins.

Adèle Van Reeth 
Pandémie, récession économique, inégalités sociales... alors que le monde est propulsé dans une crise exceptionnelle, le confinement a forcé une partie de l'humanité à s'enfermer dans la vie domestique du foyer. 

Cette confrontation avec l'ordinaire du quotidien est le sujet du nouveau livre d'Adèle Van Reeth. Dans « La vie ordinaire », écrit avant le confinement, la philosophe et productrice des Chemins de la philosophie, mêle le récit de sa découverte de l'ordinaire en philosophie, avec celui de sa vie privée, en particulier l'expérience de la maternité. 

Adèle Van Reeth, philosophe, productrice de “Les chemins de la philosophie” sur France Culture, et auteure de “La vie ordinaire” qui paraît aujourd'hui chez Gallimard, est notre invitée. 

Quand l'ordinaire devient extraordinaire 

"Le confinement a été vécu comme une immense congélation. Et nous décongelons depuis le déconfinement. Il y a un nouveau regard jeté sur quelque chose de familier. C’est amusant de voir que cette crise que nous avons vécue rend absolument désirable chaque chose ordinaire du quotidien."

"La vie ordinaire est un obstacle à la pensée. L’ordinaire est d’abord un problème." Adèle Van Reeth


"Ordinaire signifie étymologiquement mettre en ordre. Donc si il faut mettre de l’ordre c’est qu’il y a un désordre. Et l’ordre dérange, il pèse et peut rendre l’existence même insupportable." Adèle Van Reeth

"Il faut distinguer l’ordinaire du quotidien. La vie quotidienne peut être écornée, elle peut être changée. Et l’ordinaire est ce qu’il reste quand tout a changé. L'ordinaire ne s’arrête jamais. Et toutes les tentatives de le fuir, de lui tourner le dos sont totalement vaines."

"Bien souvent quand il s’agit de parler de la vie ordinaire c’est pour en faire l’éloge. Et si je romps avec cela dans mon livre c’est car je pense que la vie sans ce travail de création ne vaudrait pas complètement la peine d’être vécue."

"La vie ordinaire est loin d’être un long fleuve tranquille. Et on réalise qu’au creux de l’ordinaire, il peut y avoir des drames. Cela n’exclut pas la maladie, la mort qui peuvent venir chambouler la vie ordinaire. Sans ignorer pour autant les drames de la vie qui la compose il est urgent de regarder la vie ordinaire dans les yeux et de l’affronter comme elle l’est."

Le virus dans nos têtes. Avec Douglas Kennedy, Xavier Briffaut, Cynthia Fleury…

INTERVENANTS

Adèle Van Reeth
Philosophe et productrice des Chemins de la philosophie

Aucun commentaire:

Publier un commentaire