Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 7 mai 2020

∆∆∆ Un appel de Vincent Lindon : « Comment ce pays si riche… » | Mediapart 6 mai 2020



Le comédien a confié à Mediapart une longue réflexion, lue face caméra chez lui, sur ce que la pandémie révèle du pays qui est le nôtre, la France, sixième puissance mondiale empêtrée dans le dénuement (sanitaire), puis le mensonge (gouvernemental) et désormais la colère (citoyenne). Un texte puissamment politique, avec un objectif : ne pas en rester là.

1 commentaire:

  1. Franck PIERREjeudi, 07 mai, 2020

    Franck PIERRE - Atelier des Nouveaux Entrepreneurs

    Merci Vincent Lindon pour ce texte qui résume parfaitement ce que nous pensons tous, avec le talent pour le dire en plus.
    Maintenant, le peuple français doit se rassembler pour proposer et mettre en place autre chose.
    Nous devons collectivement renverser la table. Cela ne se fera pas avec de simples déclarations, aussi justes et belles soient-elles.
    L'Etat profond et les pseudos élites indignes de ce titre car elles ont trahi les français (dans notre histoire, la trahison de ces dernières est assez récurrente, juin 1940 etc ...) doivent être neutralisés.
    Cela ne se fera pas en discutant autour d'une table. Nous n'avons rien à attendre de cela. Les règles sont faussées dès le départ.
    L'histoire passe toujours par l'état de force et le courage.
    Le temps de la négociation vient après. Nous sommes déjà dans l'épreuve de force. Les tensions montent. Ce sera eux contre nous, le peuple.
    Les corps constitués et les corps intermédiaires comptes de nombreux vrais républicains.
    Ils vont devoir pendre position d'ici septembre 2020. Que ces derniers fassent le bon choix car les français sont en colère.
    C'est une colère sourde avec beaucoup de frustrations. Elle va devenir incontrôlable.
    Le peuple français est endormi depuis trop longtemps. Nous sommes des latins qui aimons palabrer mais aussi beaucoup notre tranquillité.
    Est-ce un défaut ? Peut être, je ne sais pas vraiment !
    Mais quand notre liberté est en jeu, quand notre espoir de vie meilleure disparaît, quand notre propre survie est menacée, quand les lois et la constitution sont dévoyées au profit des uns contre tous alors "ceux qui ne sont rien", "les sans dents" n'ont plus rien à perdre.
    C'est à partir de ce moment là que l'histoire s'écrit. Avec des lettres de sang plus qu'avec des mots.
    L'insoumission et la révolte vont finir dans quelque temps par devenir le seul espoir pour la majorité des français.
    Individuellement, le rapport de force est connu, il ne va pas bien loin. Tous ensemble avec nos différences, le rapport de force n'est plus du côté des puissants.
    Ils ne peuvent plus rien. Ils le savent, nous le savons. Le sol tremble déjà. Ce qui fera la différence ? La confiance en nous-mêmes, collectivement.
    Il y a des pouvoirs qui ne possèdent que l'apparence de la puissance. Nous sommes à un point de rupture. Tout va basculer.
    Tous ensemble, nous ne sommes que les gestionnaires d'un capital que nos anciens nous ont légué. Que sommes-nous en train d'en faire ?
    Aurons-nous le moment venu le courage de regarder dans le yeux nos arrières grands pères et arrières grands mères, grands parents qui ont tant sacrifié à leur propre confort pour nous permettre d'avoir ce que nous avons aujourd'hui ?
    Aurons-nous le moment venu le courage de les regarder dans les yeux quand nous déciderons d'être courageux ou lâches en acceptant la soumission à un ordre et à un système qui est contre nature à ce que nous sommes, nous, français ?
    J'ignore ce que j'aurai fait, moi, en juin 1940. C'est tellement facile de savoir après coup !
    Je veux seulement avoir le courage d'être à la hauteur en 2020 et 2021. Pour moi, ma famille et mon pays et l'idée que je m'en fais.

    RépondreSupprimer