Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 21 mai 2020

Quelles sont les pièces de l’identité ? | France culture 28/07/2018



Qu’est-ce qui fonde la singularité absolue du moi ? Entretien avec le philosophe Paul Audi.

Paul Ricoeur en 1990. Dans son livre
"Soi-même comme un autre" (1990), le philosophe
 s’efforçait de refonder l'ego, le Soi-même, dans
la certitude intime d'être soi par rapport à l'Autre.
Nous avons naïvement tendance à croire que les organismes vivants sont composées d’entités stables qui, au jour de leur mort, désagrègent leurs liens et se dispersent. Cette image, on le sait désormais, est globalement fausse. 

Par exemple, les molécules organiques qui forment nos tissus quittent notre organisme dans une ronde incessante et sont remplacées par d'autres. 

La vitesse de ce renouvellement est très élevée, même dans des tissus comme l'os qui ont l'apparence la plus solide ; nos cellules sont constamment remises à neuf ; nos globules rouges ont une espérance de vie de 120 jours ; les cellules de nos alvéoles pulmonaires sont remplacées toutes les semaines. 

L'unité spatio-temporelle, historique, d'un être humain apparaît analogue à celle du bateau de Thésée qui était perpétuellement réparé et dont les sophistes d'Athènes se demandaient, au fur et à mesure que les pièces en étaient modifiées ou remplacées, s'il s'agissait encore du même bateau. 

Le sentiment que nous avons tout au long de notre existence de la pérennité de notre corps correspond donc pour une grande part à une illusion. Mais alors, qu’est-ce qui fonde notre identité ? Qu’est-ce qui la maintient vivace au cours du temps ? Qu’est-ce qui fait que le moi est, chaque fois, lui-même ?

Invité :

Paul Audi, philosophe, auteur de nombreux ouvrages, qui traitent pour la plupart des relations entre l’éthique et l’esthétique. Son dernier essai "Au sortir de l’enfance" vient de paraître chez Verdier, tout comme "Analyse du sentiment intérieur" qui vient de paraître en poche.

Programmation musicale choisie par Paul Audi
  • Van Morrison, Tupelo honey 
  • Alain Bashung, Elvire

Aucun commentaire:

Publier un commentaire