Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

dimanche 10 mai 2020

Philosophie du gore : Anthropologie du zombie | France culture 3/02/2019



Le zombie est un des personnages principaux de l’univers gore. Dans la culture haïtienne, il désigne une victime de sortilège vaudou ramenant les morts à la vie. Et si ce qui était insoutenable dans le gore était de voir ce qui fait partie de nous mais que nous cachons ? Le zombie, est-ce nous ?


"La Nuit des morts-vivants" de George A. Romero,
1970
L'invitée du jour :

Barbara Le Maître, professeure en études cinématographiques à l’université Paris Nanterre

Sommes-nous des zombies ?

"Le zombie est un motif qui nous confronte au cadavre que nous serons un jour, qui grandit en nous, et que peut-être nous sommes déjà à l’intérieur, secrètement..." Barbara Le Maître

Le zombie est-il un monstre ?

"La philosophie de Georges Canguilhem (1904-1995) est une philosophie du vivant. Il fait du monstre l’apanage du vivant, il dit qu’il n’y a de monstre que de vivant. On dit communément que le zombie est un mort-vivant, mort et vivant, soit une impossibilité, un scandale… Mais j’ai été très sensible à cette question dans le motif de l’articulation au plan de la figuration entre le mort et le vivant, c’est pour ça que j’ai choisi de réfléchir à partir des motifs du traité d’anatomie de Vésale (anatomiste de la Renaissance) parce que je trouve que ce qu’il y a de touchant c’est que le motif de ces écorchés qu’il représente sont à la fois morts et vivants." Barbara Le Maître

Le zombie ou l’écorché

"Avant le cinéaste Georges A. Romero, les  zombies du vaudou sont très différents figurativement. Ceux qu’on connaît le mieux, au cinéma, ont des allures de cadavres mais toujours un peu ouverts parce que en voie de décomposition, mais parfois cela va jusqu’à l’écorché par exemple dans "Dawn of the Dead", un cadavre écorché couché sur une table se relève et vomit ses organes, ce zombie manifeste plus explicitement son rapport à l’écorché." Barbara Le Maître

Texte lu par Ivan Morane : 
  • La monstruosité comme écart de la norme, extrait de La monstruosité et le monstrueux de Georges Canguilhem, dans La Connaissance de la vie, éditions Vrin, 1965
Sons diffusés :
  • Archive de Gilles Salat, chanteur guadeloupéen, explique ce qu'est un zombie dans l'univers vaudou, RTF, 1950
  • Chanson de Germain Calixte, Zombi baré mwen
  • Extrait de la série tv The Walking Dead, saison 2, épisode 6
  • Extrait du film Dawn of the Dead, Georges A. Romero, 1978
  • Extrait du film The Return of the Living Dead, Dan O'Bannon, 1985
  • Archive d'Antonin Artaud, création radiophonique de 1947
  • Chanson de Geordie Hormel, Boarding up (musique du film Night of the Living Dead de Georges A. Romero)
  • Extrait du film Night of the Living Dead, Georges A. Romero, 1968
  • Chanson de fin : Michael Jackson, Thriller

Aucun commentaire:

Publier un commentaire