Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 21 mai 2020

∆∆∆ Les philosophes face à la maladie : L’épidémie mondiale comme catastrophe intime | France culture 28/04/2020



En 1943, le philosophe Georges Canguilhem affirme : “La santé, c’est le luxe de tomber malade et de pouvoir s’en relever”. La santé et la maladie seraient-elles deux phases d’une seule et même réalité ? Comment le corps évolue-t-il après une catastrophe intime ?

L’épidémie mondiale comme catastrophe intime
L'invitée du jour : 

Claire Marin, philosophe, professeure de philosophie en classe préparatoire et écrivaine 

Lien entre santé et maladie

"On a un lien entre la santé comme un certain jeu, une latitude, dit Canguilhem, la capacité à prendre des risques, la possibilité du corps de faire des écarts par rapport à sa norme habituelle, et la maladie, une forme de rétrécissement… Mais maladie et santé sont des modalités du vivant. Ce que montre Canguilhem, c’est qu’après chaque maladie, on n’a jamais de retour à l’état antérieur, mais la mise en place par le corps de nouvelles normes, au sens où ce dernier a été traversé par la maladie." Claire Marin

On traverse seul la maladie

"Quoi qu’il arrive, on est seul dans la manière dont on expérimente la maladie. Le vécu est singulier, Canguilhem le dit bien : c’est un malade qui vit la maladie d’une manière individuelle et c’est toute la subtilité du travail de médecin de réussir à comprendre comment le patient vit cette maladie, c’est une expérience existentielle et pas seulement un ensemble de symptômes. Aujourd’hui, un certain nombre de soignants sont eux-mêmes affectés par la pathologie, ils l’expérimentent, Canguilhem disait bien comment expérimenter quelque chose de proche de ce que le malade vit permet de comprendre quelque chose de ce vécu. Il est possible que cette vulnérabilité aujourd’hui vécue par les soignants change quelque chose dans la manière de soigner à l’avenir…" Claire Marin

Que nous apprend "La Peste" de Camus ?

"Dans “La Peste”, Camus explique que les hommes sont dépourvus intellectuellement, on a perdu les éléments symboliques qu’on utilisait autrefois : l’épidémie comme colère de Dieu par exemple. Il y avait des représentations symboliques, mythologiques, religieuses qui donnaient un sens aux phénomènes. Quel est alors le réflexe ? Rester dans l’habitude, on continue à faire comme si de rien n’était… Et c’est ce qui s’est passé : on a mis en place des structures pour continuer à travailler “comme avant”, continuer à enseigner “comme avant”… Ce qui était frappant dans les premiers jours c’était qu’on faisait comme s’il n’y avait pas quelque chose d’extraordinaire qui était en train de se passer." Claire Marin

>>> L'épidémie en littérature, à travers 6 grands romans

Textes lus par Vincent Schmitt :
  • Extrait du Normal et le pathologique, de George Canguilhem, 1966, éditions PUF 
  • Extrait de La Peste, d'Albert Camus, 1947, éditions Gallimard
  • Extrait d'Un homme qui dort, de Georges Perec, 1967, éditions Gallimard
Sons diffusés :
  • Chanson de Ted Hawkins, Sorry you're sick
  • Musique de Neil Young, Dead Man
  • Extrait du film Knock, de Guy Lefranc, 1951, avec Louis Jouvet dans le rôle du Docteur Knock
  • Chanson de fin : Dalida, Je suis malade

Aucun commentaire:

Publier un commentaire