Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

A sa création, le Grand Orient de Belgique est exclusivement masculin, ses loges n'initient que des hommes. Les loges peuvent cependant décider d'accueillir des sœurs selon des modalités propres à ces premières.

En septembre 2009, Bertrand Fondu, alors grand maître de l'obédience déclare, en référence à une commission d'étude interne sur la mixité que les travaux des loges seront pris en compte en ce qui concerne la création de loge mixte, masculine ou féminine. La réflexion juridique du Grand Collège du Grand Orient de Belgique se clôture un mois après. La conclusion parait dans la presse et annonce une position favorable à la mixité.

Le dimanche 16 février 2020, une assemblée générale extraordinaire historique composée de tous les représentants de l’obédience vote à la majorité de 70% la modification de ses statuts et règlements. Le GOB devient une confédération formée d’une fédération masculine, d’une fédération mixte et d’une fédération féminine.

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 3 septembre 2020

∆∆∆ "La vertu de l’Etat, c’est la sécurité" | France culture 05/05/2020



Spinoza est célèbre pour son "Ethique", pourtant, ses réflexions politiques sur l’Etat sont importantes, près de 3 siècles plus tard. Entre 1670 et 1677, il écrit deux traités soulevant une question cruciale : l’Etat peut-il réconcilier le maintien de la liberté et l’exigence de sécurité ?

"La vertu de l’Etat, c’est la sécurité"
En période troubles, politiques ou sanitaires, la réflexion sur le rôle de l’Etat s’impose comme nécessaire.

En 1670, Spinoza affirme dans le Traité théologico-politique, que le but de l’Etat est de garantir la liberté des citoyens. Sept ans plus tard, dans son Traité politique, il insiste sur la sécurité…

Ce n’est pas une contradiction : en sept ans, la situation politique de la Hollande s'est dégradée.

Dans son Traité politique, Spinoza affirme : "La vertu nécessaire à l’Etat est la sécurité", mais il mentionne juste avant : "La liberté de l’âme en effet, c’est à dire le courage, est une vertu privée".
Il distingue donc deux vertus, montrant que la sécurité ne s’oppose pas à la liberté, mais qu’elles ne se situent pas au même endroit...

L'invitée du jour :

Céline Hervet, maître de conférences en histoire de la philosophie moderne et en philosophie morale et politique à l'université de Picardie Jules Verne

La liberté ou la voix de la raison

"L’idée pour Spinoza est de préserver les corps pour permettre à l’esprit de penser, et pour cela il faut que le corps soit déchargé de tout danger. Chez Spinoza, ce qui a lieu dans le corps se traduit sur le plan de l’esprit, les deux ne sont pas dissociables." Céline Hervet

La réflexion sur l'Etat, fil rouge de sa pensée

"Spinoza mène une réflexion originale sur l’Etat, qui s’ancre dans les premiers écrits de sa philosophie qui est éminament politique, elle évolue et prend différents accents au fil des oeuvres, dans le "Traité politique", dernier grand oeuvre inachevé et publié à titre posthume, mais elle est déjà en germe en 1670 dans le "Traité théologico-politique" et plus encore dans les parties centrales de l’"Ethique". " Céline Hervet

Textes lus par Eric Herson-Macarel :
  • Extrait du Traité Politique, de Baruch Spinoza, Chapitre I, paragraphe 6, éditions Robert Laffont, traduction par Charles Appuhn, p.870
  • Extrait du Traité Politique, Baruch Spinoza, Chapitre V, paragraphes 4 et 5, éditions Robert Laffont, traduction par Charles Appuhn, p.893
  • Extrait du Traité Politique, Baruch Spinoza, Chapitre VI, paragraphe 3, éditions Robert Laffont, traduction par Charles Appuhn, p.895
Sons diffusés :
  • Archive prise de parole de Christophe Castaner, Ministre de l'Intérieur, le 16 mars 2020
  • Montage indignation contre l'Etat, archives datant de fin mars (dont une avec Olivier Véran et une avec le médecin Ludovic Toro)
  • Jules César, texte de Shakespeare traduit par Claude-André Puget, enregistrement radiophonique du 4 décembre 1960
  • Musique de Andreas Makris, Quintette pour vents
  • Musique de Yanni Konstantinidis, 10 Airs populaires grecs
  • Musique de Bach, Concerto en Fa mineur
  • Musique de Bach, Variations Goldberg
  • Chanson de fin : Charles Trenet, Espoir

Aucun commentaire:

Publier un commentaire