Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

A sa création, le Grand Orient de Belgique est exclusivement masculin, ses loges n'initient que des hommes. Les loges peuvent cependant décider d'accueillir des sœurs selon des modalités propres à ces premières.

En septembre 2009, Bertrand Fondu, alors grand maître de l'obédience déclare, en référence à une commission d'étude interne sur la mixité que les travaux des loges seront pris en compte en ce qui concerne la création de loge mixte, masculine ou féminine. La réflexion juridique du Grand Collège du Grand Orient de Belgique se clôture un mois après. La conclusion parait dans la presse et annonce une position favorable à la mixité.

Le dimanche 16 février 2020, une assemblée générale extraordinaire historique composée de tous les représentants de l’obédience vote à la majorité de 70% la modification de ses statuts et règlements. Le GOB devient une confédération formée d’une fédération masculine, d’une fédération mixte et d’une fédération féminine.

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

samedi 23 mai 2020

Il faut nourrir le peuple ! : Qu'ils mangent de la bidoche ! | France culture 27/02/2020



Comment pratiquer le métier de boucher à l’aune des réflexions sur le bien-être animal et sur le développement durable ? Et d'où viennent les tabous, interdits, suspicions relatifs à la viande ? Entretien en compagnie d'un historien et d'un artisan boucher.

Vente du gibier aux Halles. Après l'ouverture
de la chasse, le gibier est vendu par un boucher dans
 une échoppe des Halles le 6 septembre
1960 à Paris, France.  
Le 28 novembre 1888, à la une du Figaro, Octave Mirbeau, écrivain, journaliste, auteur saignant, signe un article intitulé La Grève des électeurs :

"Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des Révolutions pour conquérir ce droit." 

Ah, la figure du boucher ! Puisqu’il manie les couteaux, puisqu’il est en contact avec le sang, avec la mort, il effraie. Le 14 juillet 1789, après la prise de la Bastille, ce n’est pas un hasard si c’est à un jeune boucher qu’est demandé de couper la tête du gouverneur de Launay. Pourtant, le boucher est plus proche du poète… L’un et l’autre s’intéressent à l’amourette, l’un et l’autre utilisent des feuilles pour leur art, l’un et l’autre peuvent être révolutionnaires.

S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la bidoche ! 

Nous recevons Bruno Laurioux, président du Comité des travaux historiques et scientifiques et de l’Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation et professeur d’histoire du Moyen Âge et d’histoire de l’alimentation à l’université François-Rabelais de Tours - il a notamment co-dirigé l'ouvrage Pour une histoire de la viande. Fabriques et représentations de l'Antiquité à nos jours, paru aux Presses Universitaire de Rennes - ainsi que Hugo Desnoyer, artisan boucher à Paris. Ses deux boutiques sont situées dans le XIVe et XVIe arrondissement de Paris, cette dernière faisant également office de table d’hôtes, “La Table d’Hugo Desnoyer”. Il fournit également plus d’une vingtaine de restaurants à Paris, ainsi que les cuisines du Conseil constitutionnel, du Sénat et de l'Assemblée nationale.

Sons diffusés

Archives : 
  • Extrait du film Que la bête meure de Claude Chabrol 
  • « Opération poulet » dans Les actualités Françaises, le 21/08/1957
  • Roland Barthes dans Lectures pour tous, Radiodiffusion Télévision Française, le 29/05/1957
Musiques : 
  • Les joyeux bouchers par Boris Vian 
  • La complainte du boucher par Bourvil
  • Lecture par Tatiana Werner : Extrait du chapitre 2 du Ventre de Paris d’Emile Zola, 1873

Aucun commentaire:

Publier un commentaire